Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 21e journée
  3. // Marseille/Valenciennes

A l’OM, les « sous-hommes » ont toujours eu la pression

Il faut avoir les épaules solides pour évoluer à l’OM. Le récent communiqué des South Winners (retiré depuis) est venu rappeler que les ultras marseillais savaient mettre la pression sur leur équipe à leur façon. Une tradition locale ou presque dans une ville qui exige beaucoup de son équipe.

Modififié
«  Faisons leur vivre l’enfer dans leur vie de tous les jours. Dans la rue, à la boulangerie, dans les restaurants, en discothèque (quand Mandanda décide de débloquer la cagnotte)… Humilions ces sous-hommes ! » Le 22 janvier, les South Winners dégainent un communiqué pour le moins vindicatif et menaçant. Excédés par les mauvais résultats de leur Olympique de Marseille, le groupe reprend les bonne veilles recettes locales : mettre la pression sur les joueurs et leur faire comprendre qu'ils attendent autre chose d’eux. Depuis, les South Winners ont retiré le fameux communiqué, notamment de peur d’un amalgame possible avec « les tags odieux à l’encontre de José Anigo » , mais sur le fond, le groupe reste sur sa position et cherche à maintenir la pression sur ses joueurs. « Nous avons jugé utile de les secouer sèchement. Malheureusement, avec du recul et vu les faits de ces dernières heures, même si sur le fond, nous avons certainement raison, sur la forme, nous avons sous-estimé l’impact de ce texte. »

Si les mots du premier communiqué peuvent choquer, Jean-Christophe Marquet préfère relativiser. Pour avoir porté le maillot olympien pendant six ans dans le années 90, le défenseur connaît bien le contexte marseillais. « Ce communiqué ne me choque pas du tout. À mon époque, ils avaient vingt ans de moins, on a été très chahutés aussi, rappelle-t-il. Le but recherché, c’est juste une réaction des joueurs. Après ils l’expriment à leur façon, mais c’est qu’ils veulent avant tout une réaction. Ils n’utilisent peut-être pas les bons termes, mais ils veulent une réaction positive, non pas négative. » A l’entendre, les supporters jouent leur rôle. Ils le jouent juste avec un peu trop de conviction. Et ce rôle consiste à tirer le signal d’alarme quand la dernière victoire au Vélodrome remonte à deux mois en arrière.

« La pression était autrement plus importante qu'aujourd'hui ! »

Même à l’époque du grand Marseille au début des années 90, les coups de pression des ultras faisaient partie du paysage, comme le confirme Jean-Marc Ferreri. « L’année où on est champions d’Europe, on perd un match contre Nantes en début de saison, n’a pas oublié l’ancien milieu de terrain. Et je peux vous dire qu’ils nous avaient bien secoués, ils ne voulaient pas nous laisser sortir du stade. Tapie avait dû appeler les flics ! Mais quelques mois plus tard, on était champions d’Europe. Quelque part, cela nous avait servi. » Une thèse d'un passé rugueux confirmée par l'emblématique René Malleville, chroniqueur du Phocéen. « La pression était autrement plus importante qu'aujourd'hui ! Quand le joueur était sur le terrain, il avait le trou du cul à zéro » , fait-il visualiser. Au point de dissuader certains de mettre le cap sur la cité phocéenne. « Avant, certains joueurs n'allaient pas à l'OM parce qu'ils craignaient la pression, poursuit Malleville. D'autres joueurs venaient sans se rendre compte de cette pression car avant, ils jouaient au Havre ou à Lorient. Je me souviens de cette anecdote à la Commanderie, quand des supporters avaient cassé la voiture de Dugarry avec tous les débordements que cela pouvait amener... C'était terrible ! » . Cette saison, aucune voiture n’a connu ce sort.

« Si je veux faire les 24 heures du Mans, je ne vais pas m'amener en Twingo ! »


Ce n’est pas nouveau, les Marseillais ne rigolent pas avec les résultats de leur équipe. Surtout que la génération actuelle de supporters n’a pas mangé que du pain blanc. « Aujourd'hui, la moyenne d'âge des supporters oscille entre 20 et 25 ans, donc ils n'ont pas connu 1993. Ils sont jaloux de ça, et ils veulent le vivre, poursuit René Malleville. Mais dans l'immédiat, c'est impossible. Si je veux faire les 24 heures du Mans, je ne vais pas m'amener en Twingo... Il faut retrouver la tête du championnat, et rivaliser avec Monaco et Paris. Tout cela passe par un repreneur qui va investir réellement dans le club. Margarita Louis-Dreyfus a des moyens, mais elle ne souhaite pas engager plus de monnaie. »

La récente arrivée d'Albert Emon en adjoint de José Anigo ne devrait pas faire rêver les Marseillais dans l'immédiat et calmer les plus virulents. Et avant que les résultats reviennent, les partenaires de Steve Mandanda vont devoir être forts mentalement. Un impératif à Marseille. « Ceux qui restent, c’est ceux qui résistent à la pression. Ceux qui partent, ce sont ceux qui ne la supportent pas, tranche Jean-Marc Ferrerri. Valbuena, par exemple, on voit qu’il est solide. C’est le climat méditerranéen, ça ! Moi j’avais besoin de pression, quand il y a la clameur du public, tu te sens pousser des ailes. » Ou tu as peur en allant à la boulangerie.

par Antoine Donnarieix et Paul Piquard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 21 juin 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 9: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses jeudi 21 juin Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1 jeudi 21 juin Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 8 jeudi 21 juin Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? jeudi 21 juin Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 10 jeudi 21 juin Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 jeudi 21 juin La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou
À lire ensuite
Messi, le début de la mue