1. //
  2. // Interview Gaétan Bong

« À l'Olympiakos, les gens aiment leur club jusqu'à la mort »

Leader de Championship avec Brighton, Gaëtan Bong a retrouvé cette saison la confiance en un projet ambitieux. Le tout après une expérience mitigée en Grèce et une pige de trois mois à Wigan. Rencontre entre Michel, Philippe Montanier et Yvon Pouliquen.

Modififié
Pourquoi avoir accepté l'offre de Brighton ?
Tout simplement parce que j'étais à l'Olympiakos. À la fin, ça ne s'est pas très bien passé. J'ai rompu mon contrat avec eux, en Grèce il y a des problèmes de retards de paiement. Derrière ça, j'ai signé pour trois mois à Wigan, histoire de finir la saison. Cet été, j'ai eu plusieurs offres, notamment de clubs français de Ligue 1, mais pour être honnête, je n'avais pas très envie de revenir en France. J'ai fait huit ans là-bas, donc c'est un championnat que je connais déjà très bien. L'entraîneur qui est aujourd'hui à Brighton est l'ancien coach de Newcastle (Chris Hughton, ndlr). C'est quelqu'un qui me connaissait, il avait voulu me faire venir à un moment donné, mais ça ne s'était pas fait. Il a repris Brighton l'an passé et il m'a dit qu'il voulait faire une équipe pour monter, que j'étais sa priorité en défense, donc on a discuté. C'est vraiment cette personne qui m'a fait me décider parce que je me posais beaucoup de questions par rapport à la Championship. Mais quand j'ai vu Brighton, le club, j'ai vite compris. Je pense qu'il y a beaucoup de clubs, notamment en Premier League, qui n'ont pas ces installations-là.

Comment s'est passé votre rencontre ?
Quand on s'est rencontrés, il savait que j'avais d'autres propositions, donc ça a été très rapide. La première chose qu'il m'a dite, c'est qu'il savait que je pouvais aller plus haut. Il m'a dit qu'il voulait monter, qu'il voulait que je sois une de ses pièces maîtresses. Après, moi, je marche au feeling. C'est ce qui a guidé la plupart des choix dans ma carrière. Avec Brighton, j'ai vite compris que c'était un club avec de l'ambition, que le coach était quelqu'un qui connaissait le très haut niveau. Il a su trouver les mots pour me convaincre.

Qu'est-ce que tu as trouvé quand tu es arrivé à Brighton ?
La première chose, c'est que j'ai trouvé un championnat très physique. Quand je dis physique, c'est réellement très physique, bien au-delà de ce que l'on peut imaginer. Pour Brighton, j'ai découvert un club ambitieux et qui se donne les moyens de ses ambitions. Le discours a été très simple : pour monter, il fallait des armes. J'ai aussi découvert une très belle ville, une grande famille avec les supporters où tout le monde va dans la même direction.

Justement, tu me parles de famille. Toi, tu es arrivé du Cameroun très jeune, tu as été formé au FC Metz. Comment s'est passée ton arrivée du Cameroun en France ?
C'est très simple. Quand je suis arrivé en France, je n'étais qu'un bébé. Pour moi, la France c'est tout. Je suis camerounais, mes parents sont camerounais, je joue pour la sélection nationale du Cameroun, mais sachant que je suis arrivé très tôt en France, j'ai fait tous mes premiers pas ici. C'est en France que j'ai découvert le foot. Je suis arrivé à Metz par un concours de circonstances. Déjà, à ce moment-là, la personne qui m'a fait venir est Francis De Taddeo. Il était directeur du centre de formation et me suivait depuis longtemps. J'ai été à la Madine ensuite, c'est une histoire de feeling. C'est dans ce club que j'ai fait mes premiers matchs en pro. Je me suis blessé pendant presque un an et j'ai été prêté à Tours pendant un an (en 2008-2009, ndlr). C'est là que j'ai vraiment pu m'exprimer avec une belle équipe, Koscielny et Giroud notamment. Cette année-là, on rate de peu la montée en Ligue 1 et je signe à Valenciennes. C'est une question d'hommes, là c'est Philippe Montanier qui m'avait convaincu.

Un an avant, M. Pouliquen me dit que je suis son latéral titulaire. Et une semaine avant la fin du mercato, il me dit qu'il a changé ses plans et qu'il veut me prêter.

Tu parles souvent de feeling, mais si tu es parti de Metz, c'est avant tout à cause d'une cassure avec le coach de l'époque, Yvon Pouliquen.
Oui, si je suis parti du FC Metz, c'est parce que je ne m'entendais pas du tout avec M. Pouliquen. Je le dis clairement parce que c'était le cas. On voyait le football d'une façon différente, j'étais jeune. Un an avant, il a un discours précis où il me dit que je suis son latéral titulaire. Et une semaine ou dix jours avant la fin du mercato, comme le font certains entraîneurs, il me dit qu'il a changé ses plans et qu'il veut me prêter. Donc après Tours, quand je reviens à Metz, je lui ai dit clairement que je suis resté sur ses dernières paroles. Il a réussi à créer une cassure entre moi et le FC Metz qui est ma famille.

Est-ce que tu lui en veux aujourd'hui ?
Non, je ne lui en veux pas. Pour moi, je n'ai rien vu d'Yvon Pouliquen. J'ai joué de nombreuses années en France et je ne l'ai jamais revu reprendre une équipe. Je ne peux pas dire que je lui en veux, je peux juste dire qu'il m'a permis de me trouver en disant qu'il ne comptait pas sur moi. Il m'a obligé à quitter Metz, ce que je n'étais pas prêt à faire, mais la suite m'a donné raison.

En Ligue 1, tu as découvert une nouvelle philosophie avec Montanier. Comment était-il, quelles étaient ses idées et comment arrivait-il à les transmettre ?
C'est vraiment dur pour moi de parler de Philippe Montanier. C'est quelqu'un que j'apprécie énormément, donc peut-être que je ne serai pas le plus objectif. J'ai beaucoup de respect pour lui sachant que je l'ai eu pendant trois ans. C'est un coach très proche de ses joueurs, il arrive à en tirer le meilleur parce qu'il donne beaucoup de confiance. Il aime jouer au ballon, c'est ce que j'aime. Dans le foot, il y a beaucoup d'entraîneurs qui disent qu'ils veulent jouer au ballon, mais très peu qui l'assument. Je pense qu'avec Valenciennes, on a montré qu'on aimait ça.

Quelle place a-t-il aujourd'hui dans ta carrière ?
Je garde de lui le souvenir d'un homme qui arrive très bien à lire ses joueurs. Avec lui, je crois que j'ai joué à tous les postes (rires). J'ai joué ailier gauche qui était mon poste de formation, j'ai joué milieu défensif, j'ai joué défenseur central et ensuite latéral gauche. Il m'a montré que j'étais capable d'évoluer à plusieurs postes. C'est grâce à lui que j'ai été à la Coupe du monde en Afrique du Sud. C'est l'année où j'ai le plus marché, avec plusieurs buts, des passes décisives. Montanier a toujours su me parler et il n'y en a pas beaucoup dans ce cas.

Justement, en juin 2010, tu disputes le troisième match de poules du Mondial contre les Pays-Bas limite en attaquant gauche. Comment tu peux l'expliquer ?
Montanier connaissait parfaitement mon parcours. Il sait que j'ai été formé ailier avant de reculer à Metz. On s'était vu à Tours quand lui était à Boulogne. Quand j'ai travaillé avec lui, on a bossé pour que j'évolue dans mon rôle défensif, que je monte à bon escient. À l'entraînement, c'était différent, je jouais plus haut et je faisais aussi le boulot. Quand Danic s'est blessé à Valenciennes, il m'a fait jouer ailier gauche. J'en étais capable. C'est un poste auquel j'ai évolué à l'Olympiakos aussi.

En août 2013, tu signes donc à l'Olympiakos. On sait ce que représente le club en Grèce. Quel a été le discours pour t'attirer là-bas ?
Ma priorité à l'époque était de jouer en Angleterre, mais l'Olympiakos discutait avec moi depuis déjà un petit moment. Le discours a été très simple : je savais que j'allais jouer la Ligue des champions, ça a tout fait basculer. Je suis ambitieux, je ne voulais pas la jouer que sur PlayStation. C'était un rêve pour moi. J'aurai eu la chance de jouer une Coupe du monde, jouer la Ligue des champions, c'est le haut niveau. Sans ça, on ne peut pas dire qu'on a joué au plus haut niveau.

Quand tu arrives en Grèce, le pays est déjà en crise. Comment ça s'est traduit pour toi, même si l'Olympiakos n'a pas été le club le plus touché ?
Au début, ça s'est très bien passé. J'ai continué à faire ce que je savais faire, j'ai joué l'Europe. Il faut savoir séparer les choses. En Grèce, tu ne peux pas comparer la crise et l'Olympiakos. C'est différent. Le club est tellement riche dans un pays différent de la France. Ça reste la Grèce. La crise est arrivée par la suite. J'ai connu les retards de paiement, des primes non payées. Quand on vient me prendre à Valenciennes, on travaillait tous les mois, j'étais payé à la fin de chaque mois, c'était dur, mais on fait notre métier et on ne vit que pour ça. Au bout d'un moment à l'Olympiakos, j'ai commencé à me dire que je jouais au football, mais que j'avais aussi une famille. Quand on est dans un club comme ça, voir de telles choses, accepter des choses qui ne devraient jamais exister, au bout d'un moment, tu ne peux plus. Ce n'était plus du plaisir, j'ai préféré stopper et prendre une autre trajectoire.

La différence entre la France et la Grèce, c'est qu'en France, on aime qu'un petit club batte un gros. En Grèce, c'est différent. On veut que l'Olympiakos gagne tout le temps, car il représente la Grèce en Europe.

Le président Marinákis a une réputation claire en Grèce : on évoque souvent des histoires de corruption, de pots-de-vin, d'avantages des arbitres pour l'Olympiakos. C'est quelque chose que tu as vu, toi, en Grèce ?
J'ai vu les choses, mais aussi dans l'autre sens. Je me rappelle un match contre le PAOK où on perd le match sur un penalty existant. À ce moment aussi, je me suis posé la question. J'en ai entendu beaucoup dans le club. Nous les joueurs, on se concentre sur ce qu'on doit faire. La corruption, je ne peux pas le dire. C'est un pays qui n'est pas facile, mais moi, je n'ai rien vu, vraiment. Il y a beaucoup de choses bizarres dans ce club. La seule différence avec l'Olympiakos, c'est qu'en Grèce, le club est le numéro un. Tout le monde veut qu'il gagne. En France, c'est l'inverse. Tout le monde veut que le petit club batte le gros. En Grèce, ce n'est pas ça. L'Olympiakos représente la Grèce dans toute l'Europe.

Pendant son passage au Panathinaïkos, Djibril Cissé avait dénoncé ces problèmes et avait porté plainte contre Marinákis. Est-ce que tu en avais parlé avec lui avant ton arrivée ?
Non, je n'ai pas eu la chance de l'avoir au téléphone. À ce moment-là, pour moi, la situation était différente vu que c'était l'Olympiakos, le numéro un, pas comme le Panathinaïkos. Je risquais d'avoir plus de problèmes avec le Pana qu'autre chose. J'ai parlé plutôt avec un de mes agents, car Mirallas était passé par l'Olympiakos avant. J'ai été vraiment protégé, mais malgré ça, on ne sait pas toujours tout dans ce pays. Si on n'a pas de caractère, on ne peut pas s'imposer et on peut accepter des choses qui ne sont pas acceptables.

L'Olympiakos est aussi un club de passion. Quel souvenir tu gardes des supporters ?
J'ai eu la chance, il y a un mois, de croiser une dizaine de supporters de l'Olympiakos à Brighton. Ils m'ont reconnu et se sont arrêtés au milieu de la route. Ils criaient mon nom et ils chantaient « Olympiakos, Olympiakos » , alors que je n'y suis plus. Je n'ai jamais vu un public comme ça. On peut parler de certains grands clubs, mais là, c'est inimaginable. Je me rappelle aussi d'un match à Manchester où à la fin, je parlais avec les joueurs de United. Ils m'expliquaient qu'on n'entendait plus les supporters grecs à Old Trafford que les Anglais. Je n'avais jamais vu ça. Lors des derbys, c'était tellement électrique qu'on avait parfois peur d'aller sur le terrain. Ces gens-là aiment leur club jusqu'à la mort.

La dernière fois qu'on a entendu parler de toi en France, c'était aussi pour tailler Michel que tu as connu à l'Olympiakos. Comment tu peux expliquer avec du recul que ça ce soit aussi mal passé avec lui ?
Honnêtement, quand j'ai tweeté ça, c'était juste pour parler de ma situation personnelle aux joueurs marseillais. J'ai vu et connu beaucoup de choses avec Michel. Je pense qu'on a de très bons entraîneurs en France. Michel a été un grand joueur, mais, pour l'avoir eu en tant qu'entraîneur, je voulais prévenir que ça allait être dur. Je souhaite que ça marche pour l'OM, Marseille se doit d'être en haut du tableau. Pour moi, Michel n'est pas un grand entraîneur. On ne doit pas confondre grand joueur et grand entraîneur. J'ai du respect pour lui, mais je suis quelqu'un qui dit la vérité. Quand j'ai dit ça, mon téléphone n'a pas arrêté de sonner. Certains joueurs n'osent pas le dire. Avec moi, à l'Olympiakos, il y avait des grands joueurs. Si certains ont préféré s'en aller, c'est qu'ils ne pouvaient plus supporter ce côté « quand on gagne, c'est moi » de Michel. C'est facile. Il a bossé avec de nombreux joueurs français, donc je me devais de le dire, aussi pour les joueurs noirs. Je ne peux pas tout dire, mais il y a beaucoup de choses à dire. Je souhaite pour Marseille qu'il fasse tout l'inverse de ce qu'il a fait à l'Olympiakos.

Est-ce que des joueurs de l'OM t'ont appelé pour avoir des renseignements sur Michel ?
Non, après, entre joueurs, on parle beaucoup. On discute tous, souvent. J'ai juste fait passer un message : quand ça marche, Michel te prendra dans ses bras, quand ça ne marche pas, il va dire que les joueurs ne veulent pas jouer, il va rejeter la faute sur eux. Ce n'est pas un entraîneur qui protège ses joueurs.

Cette saison-là, tu as quand même été champion.
Oui, un titre, c'est quelque chose. L'année a été longue, ça n'a pas été simple. On avait aussi réalisé de très belles choses en Ligue des champions. Le secret, c'est d'avoir été soudés entre joueurs malgré un entraîneur qui parfois ne nous aidait pas. C'est ce que je retiens aujourd'hui.

Au Cameroun, il y a beaucoup de corruption, et moi, je ne suis pas ce genre de joueurs, qui "achètent" leur place. Pour l'instant, j'ai donc mis de côté la sélection nationale.

Malgré ce titre, tu n'as pas été à la Coupe du monde 2014 au Brésil avec une grosse concurrence à ton poste.
C'est plus compliqué que ça, c'est plus qu'une concurrence. Au Cameroun, il y a beaucoup de choses qui sont sorties comme la corruption. Et moi, je ne suis pas ce genre de joueurs. Je viens, je joue et je ne suis pas quelqu'un qui va acheter sa place. En 2010, Paul Le Guen m'a pris sur mes qualités, pas autre chose. Je voulais faire cette Coupe du monde au Brésil, mais j'ai pris du recul, je n'étais pas prêt pour y aller. Le sélectionneur Finke m'avait rappelé, mais je lui ai dit que je ne voulais pas revenir tant que certaines choses n'avaient pas changé. Pour l'instant, j'ai mis de côté la sélection nationale. Je ne veux pas jouer pour la sélection si l'on ne juge plus simplement le sportif.

L'image qu'a laissée le Cameroun lors de la Coupe du monde 2014 a été largement discutée. Est-ce que toi, en tant que camerounais, devant ta télé, tu as été déçu ?
Oui, des choses m'ont déçu, mais ce ne sont pas les joueurs que je juge. C'est plus haut que ça. On sait qu'avec le Cameroun, ce n'est jamais simple. Je pense que tout n'est pas clair. Quand on sait qu'il y a de la corruption par rapport à certains joueurs, des échanges de bons procédés pour avoir des places sur le terrain, c'est sûr que ça devient électrique.

Avec le Cameroun, on parle souvent du rôle que peut avoir Samuel Eto'o au sein de la sélection. On dit qu'il est plus qu'un simple capitaine.
Samuel a toujours été plus qu'un capitaine. Il faut faire la part des choses. Peut-être que par moment, il a été maladroit, que des choses ont été mal faites, mais ça reste un humain. La plupart des choses, c'était pour aider notre pays. Pour les primes, c'est lui qui a tapé du poing sur la table. Il y a beaucoup de choses qui se passent, on n'est pas toujours d'accord entre joueurs. Il a fait son rôle de capitaine, de grand frère, tout est discutable. Maintenant, il a arrêté sa carrière avec la sélection et il a encore de grandes choses à faire pour le Cameroun.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Itw très sympa.
Par contre, c'est moi où il insinue que Michel serait un tantinet raciste ?
Non il dit juste qu'il aime pas les noirs
Bah pour l'instant c'est pas du tout l'impression que j'ai ! Après chaque contre performance il défend les joueurs en disant qu'on a fait un bon match etc.
Concernant les noirs c'est absurde je commente même pas ..
Apres je suis d'accord Michel je pense pas que ce soit un grand coach, tactiquement il a tjr impose sa patte après 4mois.. On verra d'ici la fin de saison.
Et sinon, il a des arguments pour étayer ses propos au sujet de Michel ? Pourquoi ça n'est pas un grand entraîneur ? Juste parce qu'il "ne protège pas ses joueurs" ?

Que Michel ne soit pas Guardiola, soit, je peux le comprendre mais la moindre des choses quand on fait des affirmations dans la presse, c'est d'avoir des arguments.

Enfin, je vais m'arrêter là, Gaëtan va se mettre à croire que moi aussi j'en ai après les joueurs noirs. On pourra quand même noter que c'est fou le nombre de joueurs de couleur MÉDIOCRES (qui sont d'un faible niveau et donc qui ne sont que des second couteaux) qui sont "victimes de racisme".
Il manque un "pas" dans mon post vous l'aurez compris
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Après quatre mois à Marseille quand tu vois la qualité de la défense tu te poses quand même des questions sur les séances defensives hein. Quand bien même la qualite des joueurs serait pas top, la rigueur ça ne demande pas une qualité technique digne de Waddle.

Pour l'attaque ça commence à venir mais ça manque de qualité et de solutions.

Pour ce qui est de se defausser oui ça lui est arrivé : sur la direction, les joueurs etc. Il a commencé à se radoucir suite au retour en forme de l'equipe....Soit ce que decrit Bong.
Ah bon ? Donc la relance de Mendy contre Groningen tu crois que c'est pas à 100% la faute de Mendy ? Rekik contre Montpellier ? N'Koulou contre Lorient ? Tout Ca ce sont des erreurs individuelles qui sont dur à travailler à l'entraînement !
Pas du tout d'accord. Il a dit une fois "lorsque les résultats ne vont pas, le premier fautif est l'entraîneur. Lorsqu'il y a de bons résultats, c'est grâce aux joueurs" c'est vrai que c'est le premier coach a le dire!
Pour suivre l'Olympiakos et les médias grecs, de fait Michel était classé comme n'étant pas le plus grand fan des joueurs africains. Il avait eu pas mal d'histoire avec des Yatabaré et Dossevi ( qu'on retrouve par exemple aujourd'hui prêté au Standard.)

Les médias grecs avaient même fait la une au moment ou Michel avait signé à l'OM en mettant en avant les images des joueurs grecs de l'Olympiakos qui disaient, en gros, qu'ils y allaient avoir des places libres à Marseille
C'est stupide de dire ca. Est-ce vraiment insultant de dire que les joueurs africains de l'Olympiakos ne sont pas des joueurs fin techniquement ? Bah non puisque c'est la vérité et c'est sûrement pour ça que Michel ne les titularisait pas.
Cette année, ses leaders sont Lass, Mandanda, Batshuayi (des joueurs d'origines africaines) donc racistes le Michmich ? Je ne crois pas.
De plus, Dja Dje Dje a saute Manquillo donc bon.
"Je suis quelqu'un qui dit la vérité.[...]Certains joueurs n'osent pas le dire.[...]Je ne peux pas tout dire, mais il y a beaucoup de choses à dire."

Une grande gueule ce Bong, et pas si courageux que ça...
Hier à 09:24 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
Hier à 13:48 Nantes, la mascotte et le plagiat 25
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 11:48 Brian Fernández arrive à Metz 4
jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 13 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport)