1. //
  2. // 10E JOURNÉE
  3. // Schalke 04/Borussia (1-3)

À Dortmund le derby de la Ruhr

Dans une Veltins Arena pleine à craquer, le Borussia Dortmund s'est imposé face à son rival de Schalke 04. De quoi prendre une revanche sur l'an dernier, mais aussi de quoi rester au contact du Bayern Munich. Quant à Schalke, il serait temps de se réveiller et de revenir vite dans legame. Surtout avec un tel effectif.

Modififié
2 5

Schalke 04 - B. Dortmund
(1-3)
M. Meyer (63') pour Schalke 04 , P. Aubameyang (12'), N. Şahin (51'), Błaszczykowski (74') pour Borussia Dortmund.


Comme partout ailleurs dans le football, rien n'est plus important que le derby. Battre le rival et finir devant lui à la fin de la saison, c'est presque une exigence de la part des supporters. Et ce derby de la Ruhr n'échappe pas à la règle. Même si Schalke ou Dortmund réalise une saison de merde, le club sait qu'il sera pardonné s'il a réussi à taper son meilleur ennemi. Mais cet après-midi, la marche semblait un peu trop haute pour les Knappen, qui, bien qu'évoluant à domicile, se sont fait dominer par des Schwarzgelben de plus en plus sereins, que ce soit en défense ou en attaque.

Une action d'école

Dans le Ruhrpott (nom commun pour désigner la Ruhr), le match entre Schalke et Dortmund cristallise toutes les attentions. « Der Pott kocht » , la casserole bout, comme on dit là-bas. Un peu trop même. À la Veltins Arena, le match est retardé de quelques minutes, à cause de jets de fumigènes sur la pelouse de la part des supporters de Dortmund. Roman Weidenfeller essaye tant bien que mal de calmer les fans du BVB, rien n'y fait. Ceux-ci poussent même le vice un peu plus loin, en balançant un fumi dans les tribunes des supporters de Schalke. Un foutage de merde digne d'un derby. La partie finit par commencer, et d'entrée, Dortmund prend la direction des opérations. En dépit des blessures ou des méformes de joueurs majeurs, le collectif noir et jaune est rôdé, beaucoup plus que celui des Bleu Roi, en tout cas aujourd'hui. Jens Keller joue les bricoleurs et tente un Dennis Aogo à la place d'un Jermaine Jones à la récupération, ainsi qu'un Christian Fuchs milieu offensif gauche. Dortmund joue mieux, mais Schalke se bagarre bien. À l'instar de ce duel entre Kevin-Prince Boateng et Kevin Grosskreutz, qui se câlinent un peu trop tendrement, le match est intense. Pas le droit à l'erreur. Schalke l'apprend à ses dépens en relâchant son attention, et se voit punir par une action d'école, conclue par Aubameyang (14e). Schalke n'y arrive pas, l'équipe semble coupée en deux, quand Dortmund semble se mouvoir en un seul bloc. Mais cette sérénité cache un certain paradoxe : les Knappen réussissent plus de passes, et les Schwarzgelben sont très souvent en retard sur l'homme.

Boateng rate son péno, Dortmund déroule

Ce qui devait arriver arriva : à la demi-heure de jeu, Szalai se fait découper par Subotić, pénalty pour Schalke. Seulement, Weidenfeller est un « Elfmeterkiller » , un tueur de pénos. Et ça, Boateng l'a peut-être un peu oublié durant son passage en Italie. Son pénalty, pas spécialement bien tiré, est détourné par le portier du BVB, qui gagne encore quelques points à la course pour le Mondial. Mais le Null-Vier ne lâche pas le steak, bien décidé à montrer qui est le patron dans cette Veltins Arena. Et Aogo de mettre par terre un Kevin Grosskreutz qui est l'ennemi numéro un à Gelsenkirchen. Dortmund ne se laisse pas impressionner, et laisse venir son rival. Qui n'y arrive pas. Nuri Şahin décide alors de prendre les choses en main et cale une superbe frappe sur laquelle Hildebrand ne peut rien (51e). À 0-2, les joueurs de Schalke se disent peut-être que c'est perdu, mais veulent au moins sauver l'honneur, pour leurs supporters. Et Max Mayer, à peine entré en jeu, se charge du boulot, lui, l'enfant qui a grandi ici, lui qui fréquente la Gesamtschule Berger Feld, située au pied du stade.

Youtube

Les Königsblauen reprennent un peu d'entrain, et Dortmund laisse toujours venir. Pour mieux prendre son adversaire en contre, bien entendu. Henrik Mkhitaryan tape une gratte, temporise devant la surface et sert un Błaszczykowski complètement seul. Celui qui venait tout juste de remplacer Aubameyang porte le score à 3-1 pour les visiteurs. Plus aucun but ne sera marqué, même si l'arbitre Knut Kircher aurait pu accorder un pénalty pour une main de Hummels dans la surface. Mais même ce but n'aurait pas suffi à revenir au score. Dortmund remporte le 143e Revierderby. « À la fin de chaque saison, on essaye de finir devant Schalke, et ça s'est bien passé l'an dernier » , avait déclaré Şahin avant le match. Avec onze points d'avance sur son rival, le BVB est bien parti pour réitérer cette performance.

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Haha les supporters du bvb qui sortent les mouchoirs pour dire au revoir aux supporters de schalke qui quittent le stade prématurément!

Bon match du bvb. Un prince bien énervé. Et pourquoi grosskreutz est il l'homme à abattre?
nyakichan Niveau : CFA2
Grosskreukz avant d'etre un joueur de Dortmund, c'est un pur supporter du mur jaune, un enfant qui a grandis à Dortmund, d'ou les sifflets bien virulent lorsqu'il avait le ballon
ah bon, merci de l'information!
Pour info le mec c'est tatooer l'écusson du bvb syr la cuisse!
Ça fait vraiment chier de l'admettre, mais le BVB était au dessus. Il y a beaucoup de qualité dans cette équipe, du côté de Schalke ça galère toujours à être efficace. C'est comme si l'équipe se chiait dessus.
La satisfaction ça reste Meyer qui confirme.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2 5