1. // Championship
  2. //
  3. // Ipswich Town-Fulham

À coups de Ross

Ross McCormack est un sentimental. Un buteur vedette, enfin porté à son sommet à Fulham, qui ne marche qu'à l'amour qu'on lui donne. C'est ce qu'il a trouvé à Craven Cottage mais aussi ce qui l'avait lassé à Leeds hier. Reste que l'attaquant écossais est devenu un homme capable de devenir le meilleur joueur de Championship. Avec autorité. This is Mac the Attack.

Modififié
103 0
Ici, c’était une idole. Elland Road l’aimait comme personne. Mieux encore, la foule se plaisait à chanter sa gloire : «  De, de, de, derup, de, de, de, derup, Ross McCormack ! » Du côté de Leeds, Ross McCormack avait trouvé la gloire, enfin. Mais sa vie est comme ça, il n’en a jamais assez. Il veut toujours plus. Plus beau, plus grand. C’est une constante. Alors, lorsqu’il estime avoir fait le tour d’un sujet, McCormack s’en va. Avec fracas, souvent.

« J'ai dit à Mourinho : "Si tu as des couilles, viens entraîner Leeds pour accéder à la Premier League." »Massimo Cellino
Il y a quelques jours, le propriétaire de Leeds United, Massimo Cellino a expliqué avoir proposé à José Mourinho le banc des Peacocks : « Je lui ai dit : "Si tu as des couilles, viens entraîner Leeds pour accéder à la Premier League, puis à la Ligue des champions. Tu veux jouer au football ? Alors viens avec moi." » Mais, là aussi, Cellino a dû ranger sa grande gueule. Car depuis son arrivée en avril 2014, l’Italien doit vivre face à la pression populaire d’un stade qui ne l’aime pas. Selon lui, le gestionnaire a toujours été incapable de retenir les talents et fait n’importe quoi avec leur amour d’enfance. Comme cet été 2014, où, face à l’absence de promesses du président, Ross McCormack, alors meilleur buteur de Championship, lui claque la porte à la tronche. Et laisse derrière lui l’amour d’un peuple.

Glasgow, Le Guen et le Range Rover


« Je n’avais pas prévu de le vendre. J’ai été irrespectueux, il a été agressif. Dans ces conditions, McCormack ne pouvait pas rester » , expliquera quelques semaines plus tard Massimo Cellino.
« Je viens de quitter un club qui n’est plus celui que j'ai aimé étant gosse. »Ross McCormack à son départ de Leeds
Ross, lui, venait de signer à Fulham et affirmait alors « qu’il venait de quitter un club qui n’était plus celui qu’il avait aimé étant gosse  » . Le gamin de Glasgow est comme ça. C’est un sentimental, un buteur qui marche à la passion et à rien d’autre. Le problème est de taille et a longtemps poussé McCormack loin des sommets qu’il s’était fixé. Au départ, c’était un héros. Un jeune devenu roi chez les Rangers après avoir égalisé lors d’un déplacement à Porto en Ligue des champions en 2005.


C’étaient les débuts, la coupe de poulet et une crête blonde à la Alan Smith. Et McCormack a compris qu’il n’aurait jamais sa place dans la durée, lui le fan du Celtic - «  J’ai toujours voulu tout donner à Ibrox et j’ai donné mon meilleur pour réussir avec les Rangers. Mais j’ai toujours supporté le Celtic depuis que je suis enfant. » - ce que Paul Le Guen lui fera comprendre à son arrivée à Glasgow en 2006. Si l’entraîneur a rapidement échoué du fait de choix douteux (installer Jérémy Clément capitaine à la place de l’emblème Barry Ferguson), McCormack doit se faire un nom, ailleurs.
Ce sera à Motherwell, puis à Cardiff, avant de finalement exploser à Leeds. Car à Cardiff, le buteur écossais assure dans le jeu mais galère dans les statistiques. Leeds United sera alors un révélateur après une première année qu’il qualifie de « torture personnelle  » . Encore une fois, il attend. Il bouffe de la réserve, croque le banc derrière Luciano Becchio avant que Brian McDermott ne débarque pour lui offrir sa confiance. Sûr le terrain, McCormack assure enfin, et dehors, il se calme après une jeunesse passée à manger des cuites jusqu’à exploser son Range Rover en octobre 2009 en rentrant de soirée sur Cardiff. L’homme se pose, se canalise et épouse la belle Courtney St John. Encore une fois, à l’été 2014, la Premier League lui fait les yeux doux. West Ham se renseigne, Boro veut se reconstruire avec lui mais ce sera Fulham, pour quelques onze millions d’euros. Où Craven Cottage va complètement s’offrir à lui malgré les résultats. Il s’est accompli et a prouvé au point de devenir un incontournable, tant dans sa manière de célébrer ses buts avec passion que dans le jeu où il excelle. Au point, également, d’avoir gratté, cette saison, malgré la tempête qui touche Fulham, une place parmi les trois joueurs nommés pour le titre de meilleur joueur de la saison avec Alan Judge (Brentford) et Andre Gray (Burnley).

Pointure 44


« Tout le monde sait le prix que Fulham a payé pour que je vienne, mais je ne ressens pas de pression supplémentaire. »Ross McCormack
Récemment, Ross McCormack expliquait ceci : « Tout le monde sait le prix que Fulham a payé pour que je vienne mais ça n’a rien à voir avec moi. Je ne ressens pas de pression supplémentaire. J’essaye d’apporter mon expérience avec toujours le rêve affirmé de jouer un jour en Premier League. C’est mon obsession, c’est aussi simple que ça.  » Voilà pourquoi Ross avance. Cet été, son avenir devrait une nouvelle fois être au cœur des débats avec peut-être, enfin, le pas vers l’élite. Car cette saison, le buteur maison a tout simplement porté les Cottagers (21 buts) avec le jeune Français Moussa Dembele.


L’avenir de Fulham passera par celui de ses néo-piliers. En conférence de presse, le coach Slaviša Jokanović a affirmé voir « l’avenir de Fulham à travers McCormack » tout en sachant qu’ « il serait très dur de le retenir, cette fois encore » . Aujourd’hui, Craven Cottage profite de ses derniers moments avec son buteur après un maintien enfin en bonne voie. Ross McCormack, récemment rappelé en équipe nationale, continue lui de donner de l’amour, dans le geste et la parole. Avec son éternel numéro 44 dans le dos. Le symbole, encore. Celui d’un flocage affectif qui date de ses années à Glasgow, le dernier avec qui sa grand-mère l’a vu jouer. Un sentimental, vous disait-on.

Par Maxime Brigand
Modifié

Dans cet article

Aucun commentaire sur cet article.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
103 0