1. // L'affaire du Zaman

A bout de souffle

Dans “l'affaire du Zaman”, les “auraient”, “seraient”, “peut-être”, “probablement”, les “selon” et des paquets de sources toujours “proches du dossier” ont alimenté les journaux français et étrangers. Difficile de discerner le vrai du faux. Tentative de remise à plat, entre deux passes, un contrôle poitrine et une jambe en l'air d'une prostituée mineure à la solde d'une nouvelle star.

0 1
Le lieu du crime : le Zaman Café


Le Zaman Café est un bar de nuit du 8ème arrondissement de Paris, à deux pas des Champs-Elysées. Sorte de resto-cabaret typé oriental, ouvert de 5 h à 10 h du matin, le Zaman fait partie d'une frange très particulière des clubs parisiens, d'après un habitué des nuits de la capitale souhaitant garder l'anonymat : « Le monde des Champs, c'est un milieu assez hermétique. Ce genre de bar, comme le Zaman, est fréquenté par une clientèle très particulière, plutôt friquée genre des émirs ou des footballeurs. Et ce n'est pas le plus agréable pour faire la fête. Il y a une différence entre les fêtards et les friqués. C'est un petit monde étrange qui pense que l'hôtel au-dessus du Fouquet's est le plus grand palace parisien. Cela ne m'étonne pas que les footballeurs traînent là-bas, ce sont quand même des blaireaux. Il n'y a rien qui ressemble plus à un footballeur qu'un gamin qui vient de gagner au loto. Alors forcément, avec tout cet argent, ils s'amusent, mais avec des plaisirs de pauvres. Ce ne sont pas des bourgeois à la base » .


La descente de police et l'enquête


Depuis novembre 2009, la police judiciaire enquête et soupçonne un jeune trentenaire d'entretenir un réseau de prostitution autour du Zaman. Après les procédures habituelles dans toute enquête (écoutes, filatures, observations), quarante poulets déboulent au club le 12 avril. Dans leurs filets, la BRP (Brigade de Répression du Proxénétisme) pêche les bons poissons, interpelle dix personnes et découvre 18 filles de joie. En écoutant les demoiselles, la BRP se rend compte que l'affaire prend une nouvelle tournure. Une des filles a avoué avoir fait des passes alors qu'elle était mineure au moment des gâteries. L'information est transmise au parquet de Paris, qui demande alors à entendre les clients visés. Dans la liste, la prostituée Zahia D. balance, entre autres, les noms de Ribéry, Benzema et Govou. Le Munichois arrive le mardi à Paris, en tant que témoin dans l'affaire, de l'aveu de l'avocate de Ti'Franck, Sophie Bottai. Le vendredi, quatre des personnes interpellées sont mises en examen et écrouées : le gérant du bar, son serveur de frère, Karim R. (le rabatteur des footeux) et Abou, l'animateur présumé du réseau d'escort-girls.

Mardi dernier, le serveur est libéré alors qu'Abou reste à croupir dans sa cellule à Fresnes.


Qui est Abou ?


Abou a une trentaine d'années, est originaire de la région lyonnaise et voulait devenir une star. Une star de quoi ? Peu importe, son objectif était d'être connu. Pari réussi. Dans sa quête de notoriété, il arpentera les castings de la Nouvelle Star (Saisons 2 et 3) mais récoltera 15 “non” sur 16 possibles dans quatre villes différentes. Finalement son obstination à prendre la lumière paiera, puisqu'en montant à Paris, il trouve un job d'animateur sur la chaîne de la TNT La Locale et anime une émission au titre modeste “Abou Show”. Il s'en servira pour gonfler son carnet d'adresses et intégrer le milieu de la nuit parisienne, notamment vers les Champs-Elysées. Le Zaman deviendra son repaire, et ses filles une autre source de revenus.


Qui est Zahia ?


« J'ai couché avec ces hommes mais je ne leur ai pas dit mon âge. Ribéry, Benzema, Govou... je les aime tous. Ils m'ont traitée avec un respect absolu, m'ont gâtée et se sont bien occupés de moi » , telle est la déclaration de Zahia D. parue dans le Daily Mail qui l'a propulsée sur le devant de la scène. « Monnayer ses charmes est une chose, se retrouver en première page de tous les journaux en est une autre » , s'insurge de son côté l'avocat de Zahia D., Daniel Vaconsin, sur les ondes de RMC jeudi soir. Zahia D. est donc bien une prostituée, mais qui « n'a commis aucun délit » ajoute Vaconsin. Par son témoignage aux policiers de la BRP, la jeune majeure a déclenché l'emballement médiatique autour de Ribéry, Govou et Benzema. Originaire d'Algérie, elle vivait jusqu'au dévoilement de l'affaire dans le Val de Marne chez ses parents, qu'elle entretenait, mais se cache aujourd'hui chez une de ses amies à Paris. La demoiselle est connue dans le milieu de la nuit parisienne comme abonnée au Zaman, accompagnée d'une bande de copines, et chassant la passe bien payée.




La réponse des joueurs de l'Equipe de France


Jusqu'aujourd'hui, seul Franck Ribéry, par la voix de son avocate Sophie Bottai, a confirmé sa relation avec Zahia D. Entendu en tant que témoin dans cette affaire, rien n'est en revanche venu confirmer le montant des passes demandées ou la fréquence des rencontres. Et après tout on s'en cogne un peu.

L'avocat de Sydney Govou, Thierry Braillard, a lui rapidement affirmé que son client n'était « lié ni de près, ni de loin à un quelconque réseau de proxénétisme » . Les dirigeants lyonnais ont de leur côté confirmé que leur ailier avait bien été entendu, en qualité de témoin, par la justice parisienne.

Quant à Karim Benzema, leparisien.fr annonce que l'attaquant du Real sera entendu toujours en tant que témoin, lors de la première semaine du mois de mai. La presse espagnole, via Marca, précise que l'ancien Gone va se rendre à Paris l'esprit « tranquille » .


L'emballement médiatique


Quand les célébrités ou personne à notoriété sont liées de près ou de loin à des affaires à l'éthique douteuse, l'embrasement est inévitable, la presse trouvant toujours un public avide de détails sur la vie privée de leurs vedettes. A deux mois de la Coupe du Monde, l'évocation des noms Ribéry, Govou, Benzema ne pouvait qu'amplifier ce qui, à l'origine, ne devait être rangé que dans la colonne fait divers.

Pourtant, il serait bon de rappeler que l'emballement de cette dernière semaine tient en deux points :

- Les seules déclarations de la prostituée vendues au Daily Mail ou encore le procès-verbal de son audition auprès de la BRP, rendu public par Le Monde mercredi.

- L'hypocrisie d'une presse, faussement surprise qu'un footballeur préfère aller se soulager au Zaman plutôt que de rentrer tranquillement chez lui les soirs de matches pour se mater un Ruquier gloussant sur Zemmour sur la 2, verre de Tropicana A.C.E à la main.

Ne faisons pas les naïfs. Qu'un joueur de foot se fasse choper avec une clope ou un joint au bec, ou avec une prostituée en bout de ligne aurait eu le même effet. A force de construire une fausse image de gendre idéal, de modèle pour les jeunes, à coups de discours langue de bois inlassables, les joueurs professionnels, en cas d'écart de “bonne” conduite, se retrouvent forcément à la merci d'une “langue de pute”/“langue de vipère” dès la moindre suspicion.


Dans cette histoire, seuls, finalement, sont intéressants le démantèlement du réseau instauré par le proxénète Abou, les sanctions infligées aux clients conscients de la minorité de mademoiselle au moment des faits et de savoir, pour les passionnés de football ou de barbouzes, par quel miracle la fuite a pu gicler juste avant un Bayern-Lyon, où Franck Ribéry était attendu pour jouer un des premiers rôles.


Par Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
La fille était mineure aux debuts dans cette boite ou son copain abou est serveur, dailymail thesun est explique son parcours cette pauvre fille Marocaine et verifier les gars vous sources. En plus je crois que cette fille a aussi droit que on lui foutes la paix.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 1