En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du Roi
  2. // Quarts
  3. // Barcelone-Athletic Bilbao (3-1)

À Bilbao le cœur, au Barça les demies

Bousculé pendant 45 minutes, le FC Barcelone arrache une qualification aux forceps contre un Athletic Bilbao admirable de courage et de détermination (3-1). Mais le Barça était encore trop fort...

Modififié

FC Barcelone 3-1 Athletic Bilbao

Buts : Suárez (53e), Piqué (81e) et Neymar (91e) pour le Barça // Williams (12e) pour l'Athletic.

On joue la 39e minute de jeu au Nou Camp. Une demi-heure auparavant, les socios étaient confiants à l’idée de voir leurs protégés en route pour le dernier carré de la Coupe du Roi. Menés au score, les voici désormais assis d’effroi sur leurs sièges. Cette fois-ci pourtant, toute la foule se lève. Suite à un mauvais contrôle d’Inigo Lekue, Neymar en profite pour partir seul au but. C’est le moment que choisit Mikel Balenziaga pour venir percuter le crack brésilien de l’épaule en tant que dernier défenseur. Neymar tombe, puis lève les bras au ciel. Comme il y a dix jours avec la faute de Gorka Iraizoz, le stade s’attend à voir apparaître le carton rouge. Mais non, ce sera un simple jaune. Malgré les sifflets des tribunes, le Barça va devoir continuer de courir après le score et se qualifier à la régulière. Et à ce moment précis, rien ne présage que le tenant du titre va passer, loin de là.

Williams mousse la partie


Pour ce quatrième volet de la saison entre Leones et Culés, Ernesto Valverde et Luis Enrique s’échangent des sourires avant d’entrer sur la pelouse. Luis Suárez revenu de suspension et Neymar à la chevelure iroquoise, le Barça retrouve son application MSN afin de plier une affaire déjà bien engagée au match aller. Sans grosse surprise, Bilbao souhaite tout de suite presser le collectif blaugrana. La mission semble déjà bien compliquée : il faut marquer au moins deux fois pour espérer passer au prochain tour. Toutefois, la mayonnaise de tarde pas à monter. Suite à un échange entre Javi Eraso et Inaki Williams, le ballon arrive dans les pieds d’Aritz Aduriz dans les six mètres, mais Ivan Rakitić sauve les siens en dernier défenseur.

Un avertissement sans frais, mais aussi sans réaction catalane. Dès lors, la sentence devient imminente : Aduriz temporise au milieu, puis adresse un caviar à la fusée Williams. Un dribble sur Marc-André ter Stegen sur la première touche, un extérieur du pied sur la seconde, Bilbao prend les commandes (12e). Le Barça inquiète, incapable d’aligner trois passes consécutives. Williams par deux fois, puis Markel Susaeta sont proches de faire basculer la qualification dans leur sens. Harcelés et méconnaissables, les Barcelonais s’en remettent à de longues ouvertures. Luis Enrique ne rit plus, il fait la moue. Et quand Vermaelen casse le poteau de corner, Bilbao casse la baraque.

Suárez rassure, Busquets stabilise


Peu avant la pause, le Barça trouve des ressources pour répondre aux assauts des Basques émoussés après ces quarante minutes de haute volée. Sans parvenir à recoller au score, les locaux vont reconquérir l’occupation du terrain après le retour des vestiaires. Depuis le côté gauche, Sergi Roberto adresse une merveille de passe pour Lionel Messi, prêt à remiser dans la foulée pour Suárez au second poteau. El Pistolero réserve son classique « une occase, un but » (53e). De retour aux affaires, Barcelone reprend du poil de la bête, même si les Lions rugissent encore. Aduriz, puis Sabin Merino font passer un nouveau frisson dans les travées, mais un pied ou des gants sont là pour empêcher l’égalité parfaite.


Mis en danger, Luis Enrique revoie ses plans et fait entrer sa valeur sûre au milieu de terrain, Sergio Busquets. Avec sa tourelle, le Barça prend tout de suite plus d’aisance à construire ses offensives. En deux minutes, Neymar, Rakitić, Sergi Roberto, puis Piqué mettent Iago Herrerin à contribution, mais le portier est en état de grâce. Bilbao obligé d’aller chercher un second but, Gerard Piqué finit par mettre un terme au suspense, bien servi par Dani Alves (81e). Malgré le but du K.O. inscrit par Neymar (91e), Bilbao sort de la compétition par la grande porte. L’OM peut trembler.


Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 4 il y a 2 heures Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 1
Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 59
À lire ensuite
Paris bat (encore) Toulouse