1. //
  2. //
  3. // Groupe B
  4. // Real Madrid/Juventus

À Bernabéu, la Juve veut oublier Florence

Ce soir, match frisson au Santiago Bernabéu. Le Real Madrid reçoit la Juventus, pour le match au sommet de ce groupe B. Les Turinois, battus 4-2 ce week-end sur la pelouse de la Fiorentina, doivent immédiatement se ressaisir. D’autant qu’avec deux points au compteur, ils n’ont plus franchement le droit à l’erreur.

0 27
C’était le 5 novembre 2008. Il y a tout juste cinq ans. Alessandro Del Piero illumine de sa classe une soirée de Ligue des champions au Bernabéu. Une frappe du gauche bien placée, puis un coup franc génial : le capitaine turinois permet à la Juve de s’imposer 2-0 en terre espagnole et, fait rare, sort même sous les applaudissements du public madrilène. De la Juve alignée ce soir-là, il ne reste plus grand monde. Chiellini était titulaire, et Giovinco était sur le banc. C’était la Juve post-Calciopoli, celle qui était remontée un an plus tôt de Serie B, et qui tentait de se reconstruire avec Claudio Ranieri. Le parcours en C1, cette année-là, s’est arrêté en huitièmes de finale face à Chelsea. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts. La Vieille Dame a pris un coup de vieux, a dû redistribuer les cartes pour repartir de l’avant. Le renouveau a alors eu un visage : celui d’Antonio Conte. L’ancien milieu de terrain a amené toute sa fougue sur le banc et a transcendé la Juve vers deux Scudetti indiscutables. Les deux Scudetti qui avaient été retirés à la Juve en 2005 et 2006. Or, après avoir reconquis l’Italie, l’objectif de l’été était clair : il faut désormais reconquérir l’Europe. Des investissements sont faits pour une telle ambition, avec les arrivées de Tévez et Llorente. La campagne européenne, comme la saison dernière d’ailleurs, a commencé par deux matchs nuls. Ce soir, la Juve n’a déjà plus le choix : il faut aller prendre des points à Bernabéu. Là même où, cinq ans plus tard, les applaudissements pour Del Piero retentissent encore dans le cœur des tifosi.

Mécanique enrayée

Oui mais… Car il y a un « mais » … Cette confrontation prestigieuse face au Real Madrid d’Ancelotti (un ancien coach de la Juve, au passage) arrive à un drôle de moment. En effet, la Juventus vient tout simplement de concéder la plus lourde défaite de l’ère Conte. Le 4-2 encaissé dimanche à Florence est une véritable bombe : jamais la Juve de Conte n’avait encaissé quatre buts, et jamais, surtout, elle ne s’était fait rattraper alors qu’elle menait par deux buts d’avance. Mais d’un autre côté, cette défaite leur « pendait au nez » . Depuis le début de la saison, en championnat surtout, la Juve avait fait preuve d’une fébrilité jamais vue depuis l’arrivée du coach. Elle s’en était toujours bien sortie, mais toujours en courant des risques qu’elle n’aurait jamais couru la saison dernière, par exemple (comme lors de cette controversée victoire 2-1 sur la pelouse du Chievo, avec un but valable annulé à Paloschi). Conte, donc, va devoir taper du poing sur la table. Et revoir sa copie. Depuis deux ans, son équipe est un rouleau-compresseur, et surtout une mécanique parfaitement huilée. Mais depuis le début de cette saison, la mécanique s’est quelque peu enrayée. La défense n’est plus aussi sereine (Bonucci et Buffon sur le banc des accusés), Pirlo semble en dessous de son niveau habituel, et la blessure de Lichtsteiner, sur le côté droit, a influencé beaucoup plus qu’on aurait pu l’imaginer. Les statistiques ne pardonnent pas : la Juve a déjà encaissé dix buts en Serie A, au bout de huit journées. L’an passé, il avait fallu attendre la 14e journée pour qu’elle encaisse son dixième but.

Bref, pas besoin d’être un fin analyste pour comprendre que quelque chose ne va pas. Reste à comprendre quoi. En Italie, chacun y va de son petit avis, plus ou moins judicieux et pertinent. À commencer par un ancien de la maison, Angelo Di Livio, qui n’y va pas de main morte. « Il manque la faim des années précédentes. Contre la Fiorentina, la Juve n’a pas raisonné comme une grande équipe. Avec deux buts d’avance, elle devait administrer et gérer le match d’une toute autre façon. Elle ne l’a pas fait, et Conte va devoir travailler sur ça » , a-t-il affirmé sur le site de la Gazzetta dello Sport. Dans le camp turinois, on préfère minimiser la défaite de Florence. « Il n’y a aucune crise à la Juve, nous avons juste eu un black-out inexplicable de 15 minutes » , assure Beppe Marotta. Il y a probablement un peu de vrai dans ces deux propos opposés. N’empêche que la Juve se doit de réagir immédiatement. Et ça, c’est une véritable touche d’Antonio Conte : depuis son arrivée sur le banc turinois, la Juve a toujours gagné le match suivant une défaite (huit fois sur huit). Jamais huit sans neuf ?

Tradition favorable

Oui mais… Car il y a encore un « mais » … Cette fois-ci, l’adversaire pour se relancer n’est ni le Chievo ni le Genoa. Il s’agit du Real Madrid. Une équipe qui, comme la Juve, a déjà traversé des critiques depuis le début de la saison. Malgré des victoires éclatantes (4-0 à La Corogne, 6-1 à Istanbul contre Galatasaray, 4-1 contre Getafe), la presse ibérique s’est acharné sur Ancelotti après le revers 1-0 concédé à Bernabéu face à l’Atlético Madrid de Simeone. Le bon Carlo n’a pas bronché et a répondu de la meilleure des façons : avec trois victoires consécutives (dont une miraculeuse à Levante). Cristiano Ronaldo, lui, n’est pas emmerdé par les chamboulements de l’été. Bale ou pas Bale, Mourinho ou pas Mourinho, CR7 en est déjà à 13 buts en 11 matchs toutes compétitions confondues. Moyenne habituelle. Inutile de préciser que le Portugais sera le danger numéro 1 pour une Juve dont l’arrière-garde est encore sous le choc de la défaite en terre toscane. Cristiano a d’ailleurs dû se délecter du quatrième but florentin, sur lequel le Colombien Cuadrado a tapé un sprint de 100 mètres balle au pied, avec le pauvre Barzagli qui tentait tant bien que mal de le rattraper, en vain.

Conte va donc devoir bien préparer son coup. Déjà, première bonne nouvelle : il retrouve ce soir Arturo Vidal, pièce maîtresse de son milieu de terrain, qui n’avait pas pu être aligné face à la Fiorentina. Le Chilien devrait évoluer dans un milieu à cinq, avec Pogba, l’homme fort du début de saison, Pirlo, et Asamoah et Isla sur les côtés. Marchisio, lui, jouera en soutien de Tévez, unique pointe, à moins que Conte ne décide au dernier moment de titulariser Llorente, un homme qui connaît parfaitement le Real Madrid pour l'avoir affronté à de nombreuses reprises avec l’Athletic Bilbao. La défense, elle, reste la même. Pas de changement après la débâcle de Florence, même si certains, à Turin, commencent à réclamer une titularisation d’Ogbonna, acheté 13 millions d’euros cet été. Mais le coach assume ses choix, et devra également les assumer en cas de revers, ce soir. Une issue à laquelle il ne préfère pas penser, car, en plus du moment difficile que traverse son équipe, la Juve a une tradition à respecter. Depuis 1998, et cette finale de C1 perdue à Amsterdam, la Vieille Dame a toujours battu le Real Madrid au terme des doubles confrontations en C1 (2003, 2005, 2008). Mais ce soir, Del Piero ne sera pas là pour faire danser les défenseurs madrilènes. Il faudra trouver un autre sauveur. Qui a les épaules suffisamment larges ?

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Note : 2
Ah quel beau jour que ce 5 novembre 2008...
Alex, il faut que tu reviennes !!
Barry Allen Niveau : CFA2
La fin de l'article est en contradiction avec ce que sky (plutôt fiable) a annoncé dans la soirée d'hier...

Apparemment, Conte va tenter un 4312 avec Buffon, Caceres-Barzagli-Bonny-Chiellini, Pogba-Pirlo-Vidal-Marchisio en faux trequartista, Tevez-Llorente
Llorente n'a pas été bon sur le match contre la Fiorentina (il n'est pas encore prêt) mais avec lui, on sait qu'il suffit qu'il place sa tête sur un bon centre ou qu'il fasse une bonne remise de pivot pour être décisif.
Après c'est sûr que contre le Real c'est légitime d'être un peu plus frileux et que mettre Marchisio en soutien de Tevez ne sera pas si bête que ça, surtout quand on sait que lorsqu'il est en forme, offensivement il apporte beaucoup.
Ne restera plus qu'à Llorente à entrer en cours de match selon la situation.
Un jour de récupération en moins, un autre déplacement, ça va être compliqué pour la Juve, surtout après la petite fessée reçue à Florence. 5 ans que j'attends ça, j'espère un gros match, y'a une revanche à prendre.
@Eric Maggiori, Vidal était sur la pelouse contre la Fiorentina, il est même impliqué sur le 3ème but quand il va sur cuadrado et laisse Borja Valero libre.

@Moulfe, Llorente a été plutôt bon pour moi, il est à l'origine des deux buts de la Juve et il provoque 2 occasuions pour Asamoah et Marchisio qui auraient pu tuer le match.
Tellement hâte de voir ce match, l'après-midi va être longue !
Je pense que la Juv est parfaitement capable de gagner à Madrid... Déjà que leur milieu de terrain est considérablement supérieur à celui du Real (Pirlo+vidal+Pogba+Marchisio vs Isco, Khedira, Modric), parce que, disons-le bien, le milieu de terrain du Réal, cette année, est incroyablement "léger" et fébrile (avec le départ d'ozil et l'absence de Xabi) avec seul khedira à la récupération, Modric qui cherche toujours sa place sur le terrain, et Isco, qui, à mon avis, reste un joueur moyen (ozil, we miss you). Idem pour la défense qui souffre depuis la blessure de Varane et le léger baisse de régime de Ramos. Du coup, je ne pense pas le Real capable de tenir la baraque... Sauf si le monstre, Ronaldo, décide autrement.
CR7 c'est quand même une putain de machine ...
Fredinhovic95 Niveau : Ligue 2
Victoire 3-2 pour la Juve.Sauf si CR7 est en grande forme,je vois pas le Real gagner
Soulcialist Niveau : Loisir
C'est pour de tels matchs de bonhommes qu'on aime entendre retentir la douce musique de la LDC...
Victoire ou nul de la Juve à Madrid. Bien que je les haïssent, je pense que les juventini vont montrer leur vrai force de frappe face au Real. Généralement, quand un club italien joue face à un très gros, le visage de l'équipe se transforme et celle-ci devient beaucoup plus solide.
nicolino57 Niveau : CFA2
@OmarLittle : cf (à mon grand dam) Italie - Espagne 2012
Plus que le résultat, ce sera certainement la manière qui va importer et influer sur le reste de la saison de la Juve. Comme dit dans l'article, la Juve gagne (en serie A ) mais a du mal à y mettre les formes. Ce soir, une bonne vieille victoire dégueulasse en défendant comme des chiens 1-0 n'est pas à exclure. Pourtant je ne suis pas persuadé que ça les rassure plus que ça. Puis Pirlo, on dirait un koala, j'vous jure, on dirait qu'il est sous valium.
Je vois absolument pas la Juve gagner a Bernabeu. Si Conte joue en 442 avec Marchisio en soutien de Tevez-Llorente, l'animation offensive risque d’être très légère, et il y aura pas grand monde sur les ailes. Pirlo est pas bien, derrière ça risque d’être très lent face a Di Maria, Isco et Ronaldo qui va a mon avis encore sortir un match de gros porc surtout qu'en face Lichtsteiner est absent.
En effet la Juve est capable d'aller gagner au Bernabeu, mais à une condition à mon avis : qu'elle ne joue pas en 3-5-2. Comme le dit Barry Allen, il semble que Conte va plutôt se diriger vers un 4-3-1-2. Le 3-5-2 est très adapté aux profils des joueurs qu'on a dans l'effectif, mais face à des machines de guerre avec des ailiers aussi bons que ceux du Bayern l'année passée et du Real cette année, c'est du suicide. Ces 2 équipes dédoublent tellement sur les côtés avec leurs latéraux et leurs ailiers qu'on se retrouve vite débordés avec une telle compo. Après tenter un nouveau dispositif contre le Real, c'est peut être assez casse gueule aussi.

Mais Marchisio en soutien de Tevez / Llorente, c'est une super idée, Marchisio, au delà de son abnégation en phase défensive, est très fort pour jouer en déviation et aporter le surnombre devant. Cette solution permet aussi à nos milieux de terrain de tous jouer dans leur position préferentielle (Pogba en milieu central gauche, Vidal en milieu central droit, Pirlo en regista et Marchisio en électron libre). Une victoire ce soir à Madrid ou même un nul peut avoir de très bonne répercussions par la suite : il peut donner la confirmation à Conte que l'équipe peut jouer dans 2 schémas différents. La juve redeviendrait plus imprévisible en utlisant le schéma adapté selon les adversaires ou les circonstances d'un match. Et on aurait aussi enfin de la place pour positionner Caceres (superbe joueur peu à l'aise en 3-5-2) en tant que doublure de Lichsteiner.

Bref, la Juve a très peu à perdre dans ce match, une défaite ne serait pas rédibitoire, mais a beaucoup à gagner tant sur le plan comptable que sur le plan psychologique et collectif.

Sinon, un nul entre Galatasaray et Copenhague serait une bonne chose aussi tiens...
Juju la Terreur Niveau : DHR
On parle beaucoup de Real-Juve mais il y a une délectable affiche Galatasaray-FC Copenhague aussi ce soir.

Je m'en lèche les babines !
C'est plus un 4-3-1-2 qu'un 4-4-2. Caceres va souffrir face à Ronaldo sachant qu'il revient de blessure,il risque d'être léger physiquement. Le changement tactique tombe à pic mais est en même temps risqué,sachant qu'elle est inédite. Pour moi,la Juve a ses chances. Le Real n'est pas impérial,ils ont un top player,soit le 2ème (voire le 1er pour d'autres) meilleur joueur de la planète. Espérons que Vidal soit à son meilleur niveau,pareil pour Buffon,Barzagli et Chiellini. Un réveil de Marchisio ne serait pas de refus (au passage,Marchisio était présent à Bernabeu en 2008 et même De Ceglie qui était rentré en fin de match). Victoire de la Juve 1-2.
Belle salope* cette Florence
jesse pinkman Niveau : Loisir
Message posté par Charrua
Ah quel beau jour que ce 5 novembre 2008...
Alex, il faut que tu reviennes !!


magnifique... et je suis pas fan du real, mais respect au public pour sa sortie sous standing ovation
L'affiche est sympa mais ça reste un match de poule et on sait déjà que les 2 équipes vont en sortir.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Ajax bat Celtic !
0 27