À Auteuil, une baston pour un ballon

Quelques minutes avant d’expédier son missile au fond des cages de Cros pour le 4e but parisien contre Sochaux samedi, Ibrahimović avait déjà pu se tester en envoyant une praline au-dessus des cages adverses, direction la tribune Auteuil. Comme ça arrive de temps en temps dans ce genre de situation, quelques supporters décident de cacher le ballon pour se marrer. Mais ce qui n’aurait dû être qu’un petit jeu de cache-cache avec les stadiers a terminé en bagarre ouverte, avec des blessés à la clé.

Modififié
1k 48
50e minute de jeu samedi dernier. Une chanson commence à s’élever du bas de la tribune Auteuil avant de se propager dans tous le virage : « Y a plus d’ballon, y a plus de ballon ! » Le fameux ballon en question avait été expédié en tribune quelques secondes auparavant suite à un coup franc manqué du Z. Un jeune supporter décide alors de planquer sa trouvaille sous un siège pendant que les stadiers se lancent à la recherche du ballon perdu. En quelques minutes, une dizaine d’agents sillonne les travées, le tout sous le regard amusé des spectateurs présents en tribune. Après une dizaine de minutes de quête, ceux-ci finissent par cibler l’auteur du larcin. Au moment de récupérer la balle, et alors que tout le monde s’attendait à ce que l’affaire en reste là et que le supporter se fasse simplement rappeler à l’ordre, un des agents de sécurité engagés par le Paris Saint-Germain lui a demandé de lui fournir son numéro d’abonné, signe de sanctions à venir.

Car ceux qui suivent de près l’actualité des supporters du PSG savent bien ce que cela signifie : donner son numéro d’abonné revient au mieux à recevoir une lettre d’avertissement sans frais, au pire à se faire interdire de stade pour plusieurs matchs, voire carrément annuler son abonnement. C’est à partir de là que les choses ont pris une tournure inattendue. Mécontents du sort que s’apprêtait à vivre leur collègue de gradins, une quinzaine de supporters parisiens en sont venus aux mains avec les stadiers, égaux en nombre. Selon un témoin présent en tribune Auteuil Rouge (bas), « les choses ont vraiment dégénérées. On a eu droit à une baston en règle. À la fin, l’un des stadiers s’est même retrouvé le visage en sang dans les coursives. » Finalement, après plusieurs minutes de flottement, le calme est revenu en tribune. Les stadiers parvenant à faire sortir les supporters mis en cause.

Sylvain*, abonné à Auteuil, explique sa surprise : « C’est fou comment une histoire de ballon, une petite blague à l’origine, peut vite dégénérer au Parc des Princes. Il y avait déjà eu une histoire similaire face à l’Olympiakos (en Ligue des champions, ndlr), mais tout s’était passé sans problème. Là, on avait la sensation que les stadiers avaient pour ordre de récupérer le ballon coûte que coûte, par tous les moyens. Je ne cautionne évidemment pas la violence des supporters, précise-t-il, mais pour le coup, ce sont les personnes engagées par le club, et sous les ordres de la direction du PSG, qui ont créé d’elles-mêmes les conditions du dérapage. Alors oui, ce n’était peut-être pas très malin de piquer le ballon, mais de là à sanctionner le mec pour ça, faut pas exagérer. On a l’impression qu’au nom du principe de précaution, tout est bon pour taper sur ceux qui essayent encore aujourd’hui de mettre un peu d’ambiance dans le stade. »

Plus tôt dans l’après-midi, certaines personnes s’étaient également vu interdire l’accès au stade sous prétexte de « sentir l’alcool » . Mis bout à bout, ces évènements rappellent que la direction du PSG est bien décidée à ne rien laisser passer dans son stade cette saison. Pour Sylvain, ces micro-évènements servent avant tout de « prétexte pour tuer dans l’œuf toute tentative de rassemblement et d’animation au Parc. Ils ont tués le mouvement ultra, ils s’attaquent désormais à tous ceux qui oseraient se prévaloir d’un peu de liberté dans le stade… »

ALG

*Le prénom a été changé.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"Mettre un peu d'ambiance dans le stade" Merci vous m'avez bien fait rigoler la!
Lamine Turgut Niveau : CFA

Paris est un peu ric-rac en ce moment niveau budget donc "un sou est un sou" !

(comment ça, les ballons sont offerts par Adidas ?)
Tout ça pour un ballon ? Vraiment ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1k 48