Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Équipe d'Argentine

À 18 ans, la première sélection de Diego Simeone

Un 14 juillet 1988, Diego Simeone fête sa première cape en sélection, au Football Stadium de Sidney. Il n'a alors que 18 ans, mais est déjà fort comme un homme.

Modififié
C'est un étrange tournoi. En 1988, l'Australie fête le bicentenaire de sa découverte et invite pour l'occasion le Brésil, l'Argentine et l'Arabie saoudite à taper dans la balle. Le genre de compétition propice aux expérimentations, ce que ne se priva pas de faire le sélectionneur de l'Albiceleste, Carlos Bilardo. El Narigón emmène donc au bout du monde une bande d'espoirs encadrés par quelques champions du monde, dont Oscar Ruggeri, Sergio Batista, et Oscar Garre. Le plus jeune de la troupe a encore de l'acné. Mais ce qui fait figure de stigmate juvénile pour la plupart donne une rugosité à son visage, et la sensation qu'il est plus vieux que ce que sa carte d'identité indique. À 18 ans, Diego Simeone est déjà la grande révélation du tournoi argentin, où il multiplie les kilomètres et les tacles rugueux sous le maillot de Vélez Sársfield.

Un entraînement en jean et T-shirt


« C'était un joueur jeune, mais dont la personnalité sur le terrain en imposait déjà » , se souvient le milieu de terrain José Luis Rodríguez, qui faisait partie de l'expédition australienne. « C'était quelqu'un d'extraverti, poursuit-il, mais qui montrait un grand respect pour les joueurs plus expérimentés. »
« En Australie, Bilardo m'a fait m'entraîner en jean et tee-shirt parce que nos tenues n'étaient pas à portée de main. » Diego Simeone
Un sens de la hiérarchie qui fait obéir El Cholo au doigt à l'œil, quitte à être la risée de ses coéquipiers. « En Australie, s'est rappelé Simeone dans les colonnes d'El Grafico, Bilardo m'a fait m'entraîner en jean et tee-shirt. Les anciens étaient partis se promener et comme le responsable, de la logistique n'était pas là, nos tenues n'étaient pas à portée de main. "Peu importe", me dit Bilardo, "on va s'entraîner comme ça. Tu fais comme si j'étais Batista et Giusti (ses coéquipiers au sein de l'entrejeu)." Au bout d'un moment, les anciens sont arrivés, et quand ils m'ont vu, ils étaient morts de rire. » Pour Bilardo, cette séance en jean-tee-shirt n'a pourtant rien d'un bizutage, mais est plutôt à mettre sur le compte de son caractère obsessionnel.


En Australie, l'Albiceleste va être laborieuse. Son tournoi, elle l'entame par un nul face à l'Arabie saoudite (2-2), avant un match plus prometteur face au Brésil de Valdo, Romário, et Taffarel, mais sans victoire au bout (0-0). Blessé, Simeone ne participe pas aux deux premiers matchs. « Ce fut un tournoi étrange, se souvient Simeone. Lors de la première séance, je me suis tordu la cheville, et Bilardo venait me voir dans la chambre avec le masseur. Moi, je lui demandais d'y aller doucement pour ne pas raviver la douleur, mais Bilardo lui disait : "Masse le plus fort" et il me demandait : "Ça te fait mal ?" Évidemment, je le niais. » Finalement, Simeone sera titularisé pour le troisième match face à l'Australie, alors que Giusti, le titulaire habituel, est suspendu.

Vidéo

Indigne correction


« Bilardo voulait que Diego participe activement à la récupération, mais qu'il attaque aussi, et il a tout de suite montré qu'il avait déjà le niveau pour la sélection. » Jose Luis Rodríguez
« Bilardo savait clairement ce que Simeone pouvait lui apporter, se rappelle José Luis Rodríguez, il voulait qu'il participe activement à la récupération, mais qu'il attaque aussi, et il a tout de suite montré qu'il avait déjà le niveau pour la sélection. » Cette première d'El Cholo au Football Stadium de Sidney sera toutefois sanctionnée d'une indigne correction (4-1) infligée par le pays hôte, dont le seul joueur un brin connu était Frank Farina. « Le problème n'était pas la motivation, nous assure Rodríguez, on était tous fiers de porter ce maillot, mais on a sans doute mis un peu de temps à assimiler les idées de Bilardo. »


Cette claque reçue chez les Socceroos marque le début d'une grande histoire avec l'Albiceleste pour Simeone. El Cholo disputera trois Coupes du monde (1994, 1998, 2002) et deviendra même, un temps, le joueur le plus capé de l'histoire argentine (106 sélections). Son premier but, il l'inscrit deux jours après ses débuts. L'Argentine dispute alors, à Canberra, un match pour la troisième place face à l'Arabie saoudite (2-0). Dès la 4e minute, Simeone frappe. « Je ne suis pas du genre à me laisser abattre, confia-t-il à El Grafico, la preuve c'est que que le match suivant, j'ai marqué un but et on a gagné. »

Vidéo

Indiscutable titulaire


Aussi forte soit l'impression qu'il donne, le jeune Simeone ne sera toutefois pas de la Coupe du monde 1990. Mais ce qui ne tue pas El Cholo le rend évidemment plus fort. « J'ai compris comment ne pas être retenu en sélection pouvait t'affecter, et à partir de là, j'ai abordé chaque sélection comme s'il s'agissait de la dernière. » Avec l'Albiceleste, Simeone remportera la Copa América (1991 et 1993), mais échouera toutefois à soulever la Coupe du monde. Une fois le Mondial 90 passé, il devient un indiscutable titulaire pour tous ses sélectionneurs, de Basile à Bielsa. Une immense carrière internationale peut donc bien débuter en Océanie.

Par Marcelo Assaf et Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 135
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE