Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. // En route vers l'Euro 2016
  2. // Top 100 Italie

69, année égotique

Omar Sivori l’a obtenu avant lui, mais la double nationalité faisant déjà débat à l’époque, Gianni Rivera est considéré comme le premier joueur italien à gagner le Ballon d’or. Retour sur l'année 69, consécration individuelle pour le Golden Boy.

Modififié

C’est l’histoire d’un esthète. D’un mec qui n’aime pas défendre. D’un mec qui préfère distribuer des caviars. D’un mec qui, en finale de Ligue des champions contre les premiers remous de l’Ajax de Cruyff, joue plus relâché que jamais. D’un mec qui offre le deuxième but du match à Prati d’une merveille de talonnade décisive. D’un mec qui se permet de dribbler le gardien adverse, d’attendre le retour de la défense avant de centrer et de faire encore une offrande à son collègue Prati. D’un mec qui a tout simplement survolé la Ligue des champions cette année-là pour s’offrir le seul trophée qu’il n’avait encore jamais gagné : le Ballon d’or. Un titre en solo pour un donneur de buts. 69, année égotique.

Bobby Charlton vs Gianni Rivera


Tout commence le 18 septembre 1968. Alors que les parents de Zlatan ne se sont certainement jamais rencontrés, encore moins accouplés, le Milan AC se rend à Malmö pour un premier tour loin d’être aussi simple que prévu. En cinq minutes de jeu, Olsberg et Elmstedt mettent à mal la défense du Milan et il faut un sang-froid absolu de leur capitaine et numéro 10, Gianni Rivera, pour revenir à la maison un peu rassurés, avec le fameux but à l’extérieur dans la besace.

Vidéo

Au retour, en revanche, c'est une autre histoire. Les Suédois ont beau ouvrir le score, ils se prennent un gros retour de bâton dans la gueule à partir de l’heure de jeu. Trois buts en une demi-heure, Rivera finissant le boulot sur penalty en toute fin de match. En quarts de finale, c’est une opposition beaucoup plus serrée et fermée. Un seul but de Prati en deux matchs contre le Celtic suffit au bonheur des Rossoneri. En demies, ils retrouvent le Manchester de Sir Bobby Charlton. Le choc des Titans. Si le nom du Britannique apparaît au tableau d’affichage de cette double confrontation, et pas celui de l’Italien, c’est bien Gianni Rivera qui se rendra à Santiago Bernabéu pour la finale.

La maturité en plus


Une rencontre que Gianni illuminera de ses crochets brutaux, de ses passes rythmées à la perfection et de ses longues courses en avant. Mais pas que. Rivera sait désormais aussi défendre et bosser pour l’équipe. Depuis qu’il est arrivé au Milan en 1960, pistonné par Juan Alberto Schiaffino, son prédécesseur et mentor, d'où son surnom de Golden Boy, il apprend à devenir un milieu complet. Un vrai battant. C’est d’ailleurs peut-être ce qui lui a manqué en 1963 quand il finit deuxième du classement du Ballon d’or derrière Lev Yachine. Il a beau faire sauter tous les verrous en Italie et gagner la C1, il paye son manque de maturité face au vétéran soviétique. Mais voilà, en ce 28 mai 1969, après avoir été intronisé capitaine quatre ans auparavant, Gianni se conduit en patron sur le terrain. Deux passes décisives pour une infinité de ballons touchés. C'est simple : ce jour-là, toutes les relances passent par lui.


Vidéo

Et certes, le Milan n’obtient qu’une troisième place en Serie A, la faute à une mauvaise deuxième partie de saison, certes, le Milan se fait sortir en quarts de finale de Coppa contre le Torino. Mais la maîtrise dont font preuve les Rossoneri en Europe ne peut rester vierge de toutes récompenses. Et ça, ils le doivent en grande partie à leur chef d’orchestre. Au moment du couronnement de Rivera, Nereo Rocco, l’entraîneur du Milan dans les années 60, avec qui Gianni a été en froid à une période, déclare : « Sans Rivera, Milan devient une équipe quelconque. » À 26 ans, le Golden Boy mérite enfin son surnom.



Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ils ont marqué le foot italien : Gianni Rivera (2)




Dans cet article


Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 85
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible