Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 28 Résultats Classements Options
  1. // Légende
  2. // 40 ans de Trezeguet

40 choses à savoir sur David Trezeguet

Sa reprise de volée face à l’Italie à l’Euro 2000, son amitié avec Thierry Henry, ses prises de bec avec Domenech, sa fin de carrière en demi-teinte : il y a tant de souvenirs qui restent en tête lorsqu'on pense à David Trezeguet, 40 ans aujourd’hui. Mais il y a tant encore à apprendre sur l’ex-renard des surfaces de l’équipe de France.

Modififié
1. Malgré ses 71 sélections, Trezeguet n'a été titularisé que 29 fois en équipe de France. Pour un temps de jeu moyen de 58 minutes par rencontre et un total de 34 buts. Soit le meilleur ratio buts/minutes jouées de l’ère moderne avec un but toutes les 121 minutes.

2. David aurait pu ne jamais jouer avec l’équipe France. Présélectionné en 1995 pour les championnats du monde avec l’Argentine des moins de 20 ans, il est finalement éjecté de la liste par José Pékerman. La suite, on la connaît.

3. En quarts de finale du mondial 98, contre l’Italie, il n’était pas censé tirer lors de la séance des tirs au but. « Mais comme certains n’ont pas eu le courage d’y aller... » 20 ans et déjà plein d’aplomb.

4. Son maillot de la finale 1998, estimé à 7350 euros aux enchères, a été détruit par les douanes alors qu'Olivier Démolis, un collectionneur, venait de l'acheter via eBay.


5. Sa médaille de champion du monde est quant à elle en lieu sûr. Chez son père, à côté de sa Légion d’honneur.

6. Tout le monde l'a oublié, mais c'est bien à Trezegol que l'on doit la qualification à l'Euro 2000. C'était le 9 octobre 1999 face à l’Islande, la France remporte la bataille 3-2 et se qualifie grâce à un dernier but de qui vous savez.

Vidéo

7. Selon sa biographie, Bleu Ciel, l’Euro 2000 n’est « pas un souvenir positif dans la carrière de Trezeguet » . En cause ? Son statut de remplaçant, qui lui convenait peu.

8. Pour So Foot, Peter Luccin se souvenait des instincts de buteur de David : « Il était toujours plus intéressé à l'entraînement par les exercices devant le but. Il faisait son job pour tout, mais ses yeux scintillaient quand il commençait le travail devant le but. » Ce à quoi Claude Puel ajoutait : « Si on faisait des séances de volées, son ratio était énorme, sur dix, il en cadrait neuf et marquait huit buts. Dès qu'on répétait les gammes à l'entraînement, le moindre ballon devait aller au fond. »

9. La reprise de volée est son geste préféré. Les Italiens s’en souviennent.

10. À l’entendre, il doit ses instincts de buteur au foot de rue, à tous ces matchs « où vous n’avez qu’une touche pour marquer » .

11. Dans une interview accordée à So Foot, son oncle, qui l’accompagnait aux entraînements étant jeune, se souvenait de son style de jeu, bien défini : « Il faisait toujours la même action : appel face au possesseur de balle, remise de la tête, puis course vers le second poteau, où il terminait la plupart de ses actions. »


12. En Argentine, David hérite de plusieurs surnoms : « El Frances  » ou « Flaco » , tandis que son oncle préfère l’appeler « Cabezón » ( « grosse tête » ).

13. À 15 ans, avec son meilleur ami, Christian Amodeo, et un autre pote, il forme un groupe. David est au bongo et se produit le samedi après-midi dans la maison de retraite de ses grands-parents, dans le quartier de Villa Martelli à Buenos Aires.

14. Selon Christian Amodeo, toujours proche de Trezeguet aujourd’hui, David n’a pas changé malgré la gloire et les titres. Apparemment, il est toujours accro aux biscuits secs et a gardé le même style vestimentaire : un jean, des chaussures et ce T-shirt décontracté à l’effigie de Rocky Balboa.


15. Discret, David sait tout de même faire la fête : pour le réveillon de l’an 2000, il quitte Turin pour Buenos Aires et invite une soixantaine de personnes, dont ses potes de Platense, le club avec lequel il a fait ses débuts en pro.

16. En 2012, dans l'émission Hay Equipo, ses amis lui dédient un morceau : « Los Reyes de la Bachata » .

Vidéo

17. Gamin, contrairement à son père et à son grand-père, il supporte River Plate. Avant son départ pour la France, il n’assiste qu’à deux matchs, contre Talleres et Central de Palma. Les deux se soldent par un triste 0-0.

18. Une fois à la Juventus, David dit revenir régulièrement en Argentine pour voir des matchs au stade Monumental.

19. En 2011, il est dans les tribunes le jour de la relégation de River Plate en seconde division. Il dit même avoir fui le stade dès la fin du match à cause de la colère des 60 000 supporters présents ce jour-là.

20. La même année, c’est en passant cinq jours en Argentine et en assistant au match Velez-Boca Juniors qu’il prend conscience qu’il doit quitter les Émirats et revenir jouer chez lui, à River Plate.

21. À peine arrivé à Buenos Aires, il a demandé à son entraîneur, Daniel Passarella, de descendre sur la pelouse pour regarder le stade Monumental. Un rêve de gosse venait de se réaliser. Si bien que, avant chaque match, le Français se regarde alors dans le miroir avec le maillot blanc et rouge de River Plate. Très fier.


22. Trezeguet a beau être né à Rouen, il ne parle pas un mot de français lorsqu'il débarque à Paris en 1995.

23. En 1995, alors qu’il effectue un essai de trois semaines au PSG, Michel Denisot et Jean-Michel Moutier trouvent ses prétentions salariales trop élevées. À l’époque, Trezeguet réclamait 15 000 francs et un appartement pour que sa famille puisse venir vivre à ses côtés.

24. Pendant tout son séjour parisien, il loge près de Saint-Germain, chez Omar da Fonseca, qui lui avait payé les billets d’avion pour effectuer l’essai.

25. Dans la foulée, Omar da Fonseca lui dit qu'il a joué à Monaco et qu'il a réussi à convaincre Jean Tigana de lui faire passer un essai. Lors d'un 5 vs 5 avec Henry, Trezeguet marque cinq des six buts de son équipe et convainc le staff monégasque de le signer. «  On te garde » , lui aurait d’ailleurs soufflé l’entraîneur à la suite de cette petite confrontation.


26. En attendant d’avoir sa chance chez les A, David est convoqué chez les espoirs par un Gérard Houllier qui a pris la peine d’appeler Thierry Henry afin de savoir si son coéquipier avait bel et bien son passeport français. Réponse : oui. Résultat : deux buts et deux passes décisives pour son premier match face à la Slovaquie.

27. À Monaco, Jean Tigana charge Henry et lui d'apporter les bouteilles d'eau aux entraînements et d'aller récupérer les ballons qui atterrissaient derrière les buts. Même champions du monde, les deux attaquants continueront d'effectuer cette tâche tout au long de la saison 1998-1999.

28. Selon Gérard Houllier et Didier Deschamps, David était toujours le premier à aller se coucher dans l'optique d'être prêt pour l'entraînement du lendemain.

29. En mars 1998, avec l'ASM, il ouvre le score à Old Trafford en quart de finale de la Ligue des champions. Déclenchée à l'entrée de la surface, sa frappe est chronométrée à plus de 154 km/h. Un record en C1 à l'époque.

Vidéo

30. En 2000, la Juve hésite entre Anelka et Trezeguet. Sur les conseils de Zidane, la Vieille Dame opte finalement pour le Roi David.

31. À dire vrai, la Juve n’était pas forcément le premier choix de Trezeguet. À Planète Foot, en juin 2000, il disait : « Milan ? Dans mon esprit, c’est le plus grand. Le plus structuré, le plus puissant.  »

32. En Italie, les tifosi le surnomment rapidement « Bati-France » , en référence à Batistuta, son maître.

33. En 2001, Lippi échoue à faire venir Vieri à la Juve. Histoire de rétablir le dialogue avec un Trezeguet blessé, l'entraîneur italien lui lance un pari : « Si tu marques plus de 30 buts cette saison, tu m'offres une montre. Si tu en marques moins, c'est moi qui te l'offre. » Trezegol en marquera 32 cette saison-là.

34. À l'entendre, il n’a jamais joué dans des équipes aussi fortes que celles de la Vieille Dame lors des saisons 2004-2005 et 2005-2006. Facile quand on a Del Piero, Nedvěd, Ibrahimović et Cannavaro à ses côtés.


35. Plutôt que les titres ou la finale de Ligue des champions, le meilleur souvenir de Trezeguet à la Juve reste le titre obtenu en Serie B, comme il le confiait à la Gazzetta dello Sport en septembre 2010 : « La remontée en Serie A représente ma plus belle victoire lors de mes dix ans en bianconero. Une fantastique expérience de vie. Les tifosi nous considèrent comme des héros parce que nous avons choisi de rester. »

36. Entre Domenech et Trezeguet, ça n'a jamais été l'entente cordiale. Les chiffres le prouvent : entre 1998 et 2004, il marque 29 buts en 55 sélections. De l'arrivée du mari d'Estelle en 2004 jusqu’à son départ en 2010, seulement 5 buts en 16 sélections.

37. La veille de la finale de la Coupe du monde 2006, après l’entraînement, Wiltord et Trezeguet restent sur le terrain pour tirer quelques penaltys. Avant de rentrer au vestiaire, David en plante un dans la lucarne. Le lendemain, on connaît l’histoire...


38. À la suite de son penalty manqué en finale de la Coupe du monde 2006, c'est Maradona qui vient le consoler le soir même à son hôtel. «  Tu sais, tous les grands joueurs ont raté un penalty en Coupe du monde, lui aurait glissé à l’oreille El Pibe de oro. Platini l’a fait, moi aussi j’en ai raté un contre la Yougoslavie en 1990, cela fait partie de la carrière des grands joueurs. Ne t’en fais pas, tu en verras d’autres.  »

39. En 627 matchs, Trezeguet a inscrit 308 buts dans sa carrière. Soit une moyenne de 0,49 but par match.

40. Début 2016, un an après avoir raccroché les crampons, Trezeguet « construit une belle amitié » avec François Hollande lors d’un séjour en Argentine. Reconversion politique.

Par Maxime Delcourt
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

40 ans ! Joyeux anniversaire, ô Roi David !




Dans cet article


il y a 8 heures NOUVEAU : 150€ OFFERTS en CASH chez ParionsSport jusqu'au 14 novembre seulement ! il y a 10 heures OFFRE SPÉCIALE LIMITÉE : 10€ offerts sans avoir à déposer le moindre centime 1
il y a 4 heures Drogba repousse sa retraite et marque pour Phoenix 3 il y a 9 heures Gignac va prolonger aux Tigres 7
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
il y a 10 heures Les rescapés de Thaïlande à l'entraînement avec le LA Galaxy 2