Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // C1/C3
  2. // AS Monaco

4 minutes

Monaco ne jouera plus de match européen cette saison. Le parcours du club de la Principauté s’est arrêté ce jeudi soir à White Hart Lane contre une équipe de Tottenham déjà qualifiée à la sortie d’une démonstration de force (4-1). Mais c’est sur le continent, à Bruxelles, que Monaco a surtout abandonné une partie de son avenir européen. À Anderlecht, mais aussi à Valence. Une sortie de route en plusieurs dérapages.

Modififié
4 minutes. C’est le temps qu’aura mis Monaco pour se faire éliminer de la Ligue des champions. Valence, Mestalla au cœur du mois d’août. Pour ce match aller des barrages de la Ligue des champions, Echiéjilé s’oublie au bout de 4 minutes et permet aux Espagnols d’ouvrir le score. Résultat, une défaite 3 à 1. Au retour, c’est Fabinho qui se rate après 4 minutes de jeu laissant Negredo tromper Subašić. Voilà l’ASM reversée en Ligue Europa. Le début de la fin. Jeudi, Monaco devait s’imposer à White Hart Lane tout en espérant un miracle à Bruxelles où Anderlecht recevait Qarabağ. Moralité, la bande à Leonardo Jardim s’est fait boxer par une équipe des Spurs bis qui ne jouait plus rien : 4-1. À la mi-temps, Tottenham menait déjà 3-0. C’est la première fois depuis la demi-finale aller de la Coupe UEFA 1997 contre l’Inter Milan que Monaco encaissait trois buts en première période. C’était au siècle dernier. Voilà, Monaco s’arrête donc dès la phase de poules moins de six mois après avoir poussé la Juventus dans les cordes en quarts de finale de la Ligue des champions. D’un point de vue sportif, c’est une régression. D’un point de vue médiatique, c’est encore pire.

L'Emirates avait été plus accueillant...


À Tottenham, pour un match qui était placé sous la bannière de « l’exploit » , seuls trois médias français avaient fait le déplacement. La veille, en conférence de presse, la cellule de communication du club était la délégation la plus garnie de l’assistance. Dans ce silence, Monaco n’a pas réussi à déjouer le destin. C’est drôle, car en février dernier, c’est à quelques centaines de mètres de White Hart Lane, chez l’ennemi héréditaire des Spurs, Arsenal, que l’ASM a écrit un chapitre de son histoire. L’histoire a des raccourcis parfois cyniques. Mais comment une équipe si solide au printemps dernier a-t-elle fait pour terminer troisième de sa poule de Ligue Europa ? En ne réussissant aucun bon match complet. En peinant à marquer des buts (5 en 6 matchs). En ayant une défense très moyenne. Bref, cette aventure européenne en Ligue Europa s’est arrêtée avant même d’avoir commencé. Entre l’élimination à Valence et la fin du mercato, Monaco a vendu Abdennour, Kurzawa et Martial. Soit trois titulaires. Avant eux, Kondogbia, Berbatov et Carrasco avaient quitté l’aventure. Ça fait beaucoup pour espérer garder le même niveau sportif. Sauf que Monaco est un club où les défaites sont accueillies comme les victoires. Par l’immobilisme. Même si, jeudi soir, le vice-président Vadim Vasilyev n’a « pas aimé ce qu’il a vu » et qu’il « attend une autre attitude contre Saint-Étienne » . Une colère froide mais mesurée. Car au fond, cette Ligue Europa emmerdait un peu tout le monde.

Un mal pour un bien ?


À Monaco, on a moyennement apprécié les déplacements européens du jeudi soir. Surtout quand il s’agissait d’aller se frotter à Qarabağ, à Bakou. Trois jours après, l’équipe prenait d’ailleurs l’eau à Bordeaux (3-1). « Entre les déplacements, le décalage horaire et la fatigue, les joueurs n’ont jamais eu la tête au match en Gironde » , lâche un membre de l’encadrement de l’ASM. Maintenant que Monaco se retrouve hors de l’Europe, le calendrier est allégé. Un seul match par semaine, parfait pour terminer à la deuxième place. « Jouer moins de match n’est jamais positif, quand on joue tous les trois jours, on est plus fatigués, mais ça nous donne du rythme pour la fin de saison » , estime pourtant João Moutinho avant la débacle de White Hart Lane. Pour Vasilyev, « Monaco n’a plus d’excuse pour la seconde place de Ligue 1 avec le calendrier allégé » . Au vrai, la C3 motive moins que la Ligue des champions. Moins médiatique, moins bien dotée financièrement et moins relevée. Surtout, vous arrivez après deux soirées de Ligue des champions et il faut être costaud pour vendre du rêve. Au Louis-II, il y avait moins de 4000 personnes contre Anderlecht pour un match décisif. Que reste-t-il à Monaco pour oublier tout ça ? Terminer deuxième de Ligue 1 – actuellement, Monaco a deux points de retard sur Angers – et s’envoyer un petit parcours dans une Coupe nationale. Avec un seul match par semaine, la bande à Leonardo Jardim a plus de chance d’y arriver qu’en jouant tous les trois jours. « À part le PSG, personne en France n’arrive à être compétitif sur tous les tableaux » , conclut Jardim. L’an dernier, Lyon avait montré que le moyen le plus court de se qualifier pour la Ligue des champions était de se faire éliminer rapidement en Ligue Europa. Monaco doit s’en inspirer. Comme ça, l’été prochain, le club de la Principauté aura six matchs de poule pour se tester et non plus 4 minutes. Ça change la vie.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall
il y a 13 heures Tex est en Russie pour la Coupe du monde ! (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 28: L'Angleterre encore à la peine, la diète de Fekir et des « blagues » japonaises Hier à 16:59 Froger vers l’USM Alger Hier à 12:15 Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 9 Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre