En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 30ème journée

4-Lyon = 3

Rejoint dans les dernières minutes par un OGC Nice fier-à-bras (2-2), l'OL a laissé filer deux précieux points dans la lutte pour le titre. Dans le même temps, Saint-Etienne a concédé le match nul à domicile face à Valenciennes (1-1).

Modififié
Nice 2 - 2 Lyon

Au cours des prochaines heures, voire même, des prochains jours, le terme hold-up devrait sortir une bonne centaine de fois de la bouche de Jean-Michel Aulas. Pourtant, ce terme, comme tant de fois, ne serait pas utilisé à bon escient. Au Stade du Ray, chaque équipe a eu sa mi-temps. La première, Lyonnaise, a bénéficié à Kim Kallstrom et Lisandro Lopez, tous deux buteurs, et laissait encore espérer un incroyable come-back lors des dernières journées. La seconde, niçoise, a laissé les supporters azuréens sur leur faim, jusqu'à la 90ème minute et un scénario à la napolitaine. Mouloungui sur pénalty, d'abord, puis Civelli, plein de réussite, sont venus récompenser le bon match des joueurs d'Eric Roy, qui avaient jusque-là de bonnes raisons de regretter la défaite qui se dessinait minute après minute. Spectaculaire, la fin de match coûte cher aux joueurs de Claude Puel. Très cher même, puisque ce soir, les Lyonnais comptent huit points de retard sur le leader lillois, une marge qui, si elle n'est pas décisive, fait de l'Hexagoal une petite utopie sur les bords du Rhône. Pendant ce temps, les Niçois eux, empochent un point qui s'annonce crucial dans la course au maintien dont Lens pourrait être le grand perdant ce soir.

Saint-Etienne 1 - 1 Valenciennes

Comme souvent, un match nul qui n'arrange personne. Tenus en échec à Geoffroy Guichard, les Verts ont quasiment tiré un trait définitif sur une qualification européenne. Dans le même temps, de courageux valenciennois auraient sûrement préféré plus qu'un petit point qui, dans le cadre de la course au maintien s'annonce important mais pas salvateur. Au cours d'une rencontre globalement dominée par les hommes du Forez, les visiteurs ont cru, dix minutes durant, tenir les trois points de la victoire grâce à l'inévitable Grégory Pujol. De retour en bonne forme, Dimitri Payet, s'est chargé de l'égalisation. Pour le reste, peu de spectacle et surtout peu de réalisme. Ce soir, tout Valenciennes croise les doigts pour que le voisin lensois coule définitivement.

Lille 3 - 1 Caen

Il fut un temps, où le LOSC, terreur des "gros", pas encore à l'aise dans son costume de prétendant au titre, perdait des points contre les "petits". Les joueurs de Rudy Garcia ont d'ailleurs pris un malin plaisir, en ce beau soir de printemps, à mettre un terme définitif à une période déjà révolue. En effet, spectacle et efficacité étaient à nouveau au rendez-vous au festival de Villeneuve d'Ascq. Chedjou, Hazard et Sow, pour la vingtième fois de la saison, ont montré à des Caennais ambitieux qu'il ne suffisait pas de taquiner la gonfle pour remporter une rencontre. L'addition aurait même pu être plus salée si Sow, d'un lob inspiré, n'avait pas trouvé la barre transversale normande. Jaloux, El Arabi y est quand même allé de son petit but. Cela étant, l'Hexagoal se rapproche de plus en plus du Nord...

Sochaux 1 - 1 Brest

Le onzième face au douzième et deux équipes plutôt joueuses. Le public de Bonal s'attendait logiquement à des buts ce soir, de son attaque de feu si possible. Pas en réussite, le public sochalien, qui pensait avoir assisté à une simple affaire de penalties, un de Boudebouz et un de Grougi en début de deuxième mi-temps. Pas grand chose à se mettre sous la dent entre temps. Mais pendant que les absents avaient torts, les patients ont été récompensés à la 92ème minute, quand Ideye libère Bonal. De toute façon, jouer le ventre-mou, c'est vraiment pas cool.

Arles-Avignon 0 - 2 Monaco

Ca y'est, c'est officiel. Au cas où certains en doutaient Arles est définitivement le club le plus mauvais de Ligue 1. Dans ce duel d'unijambiste, les Arlésiens ont eu la bonne idée de s'amputer de leur dernière jambe valide dès la deuxième minute, quand Lorenzi retient Park à l'entrée de la surface et se fait exclure d'entrée de jeu. La suite n'est qu'un long calvaire pour la lanterne rouge vif. Un supplice auquel Moukandjo et Park mettront fin. Monaco, si souvent et justement décrié revient à un point d'Auxerre, premier non-relégable. La lutte s'annonce féroce.

Rennes 0 - 0 Auxerre

Rennes n'a plus envie. Comme si les joueurs de Frédéric Antonetti savaient, avant tout le monde, qu'ils étaient destinés à cette place du con qu'est la quatrième position. Peu d'envie, pas vraiment de jeu, et un match nul et vierge qui aurait rapidement pu se transformer en défaite, si les Auxerrois s'étaient montrés plus réalistes. Une efficacité qui fuit les joueurs de Jean Fernandez, qui sentent le souffle de l'AS Monaco dans leur nuque.

Nancy 0 - 0 Bordeaux


Quand le soleil revient, le synthétique devient rapidement obsolète, voir pénible. C'est la seule excuse que pourraient employer les deux entraîneurs pour expliquer la tristesse du spectacle proposé à Marcel Picot. Rien, rien et rien, à part de long ballons et un Damien Grégorini qui rend une quatrième copie blanche en quatre matches. Pablo Correa veut se barrer et franchement, on le comprend.

PSG 0 - 0 Lorient

Voir le compte-rendu grand format

Toulouse 0 - 1 Montpellier

Dans le jargon, c'est ce qu'on appelle un coaching gagnant. Dans une Ligue 1 trop souvent qualifiée de frileuse, René Girard a montré qu'il était possible de remporter un match au bagou, avec les tripes et l'envie. Pas vraiment dominateurs, les protégés de Loulou Nicollin ont profité des errements techniques des Toulousains pour décrocher une victoire précieuse en vue de la sixième place. C'est Souleymane Camara, quatre minutes après son entrée, qui s'est chargé d'offrir la victoire aux siens. Pendant que Toulouse s'enfonce dans le ventre mou du classement, les Héraultais reviennent à quatre points du PSG. Leur fin de saison pourrait finalement avoir un enjeu.

Par Swann Borsellino.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88
À lire ensuite
City régale la chique