30 ans de Berlusconi en 30 matchs de légende

L’ère Berlusconi aura donc duré trois décennies et quelques mois avec un bilan flatteur de 28 titres et 18 places de dauphin. Les matchs légendaires se sont succédé les uns après les autres, qu'il s'agisse de victoires triomphales ou de déroutes historiques. L'ascenseur émotionnel.

Modififié
1k 73

1986 : Torino-Milan 2-0

La première rencontre avec le nouvel organigramme. Le Milan est quatrième et se déplace chez le Torino qui le suit au classement. Sur la feuille de match, Baresi et Maldini, qui deviendront les plus capés. Ce n’est qu’à la troisième tentative que Berlusconi découvre le goût de la victoire, à Pise.

Youtube

1987 : Milan-Parma 0-1

Les Gialloblu viennent s’imposer pour la deuxième fois à San Siro en l’espace de quelques mois, et à chaque fois en Coupe d’Italie (phase de poules, puis huitièmes). À la tête de cette équipe de Serie B, un certain Arrigo Sacchi, dont le jeu pratiqué fait chavirer le patron du Milan. Coup de foudre, contrat l’été qui arrive et le vrai début de l’aventure bersluconienne après un an et demi de chauffe.

Youtube

1988 : Napoli-Milan 2-3

La suite, on la connaît. Le trio néerlandais, la base d’Italiens dont la plupart formés au club et le mano a mano avec le Napoli de Maradona tenant du titre. La victoire au San Paolo est à la fois une passe d’armes, mais aussi une prise de conscience. Comme l’avait prédit Silvio, le Milan peut aller très haut. Et plus personne ne lui rit au nez.

Youtube

1989 : Milan-Real 5-0

Un an plus tard, les Rossoneri font leur retour en C1 par la grande porte. Le nul 1-1 au Bernabéu ne reflétait pas la physionomie de la rencontre. Tir corrigé au retour avec le score final déjà fixé à l’heure de jeu. Le foot italien sort définitivement de la période catenaccio.

Youtube

1989 : Milan-Steaua Bucarest 4-0

Que resterait-il de cet exploit sans le triomphe final ? Le Nou Camp affiche complet, 90 000 tifosi rossoneri. Un véritable exode. Comme pour exorciser définitivement le début des 80’s et les deux relégations en Serie B. En une mi-temps, l’affaire est pliée.

À Pavie, les Chinois sont déjà partis

Youtube

1989 : Milan-Nacional Medellin 1-0

Oui, mais Silvio avait demandé d’être sur le toit du monde et non de l’Europe. À Tokyo, l’ambiance est particulière, l’adversaire, lui, est coriace : le Nacional Medellin du fantasque Higuita et de Pacho Maturana. Il faut patienter jusqu’à la 119e et un coup franc de Chicco Evani. Le caïman a déjà atteint son objectif suprême, en moins de quatre ans.

Youtube

1990 : Verona-Milan 2-1

Le nouveau Milan est bien lancé, alors le premier vrai couac fait stupeur. Avant-dernière journée de Serie A, tête du classement occupée avec le Napoli. Les Lombards craquent, trois cartons rouges dont Van Basten, si calme d’habitude. Polémiques et Fatal Verona volume 2.

Youtube

1990 : Milan-Benfica 1-0

Quelques semaines plus tard, les Rossoneri doublent la mise en Coupe d’Europe des clubs champions grâce à Rijkaard. En deux finales, les Néerlandais ont inscrit tous les buts. Vingt-six ans plus tard, le Milan reste encore la seule équipe à avoir conservé le plus prestigieux des titres de club.

Youtube

1991 : OM-Milan 3-0

Quarts de C1 et un style qui s’égratigne. Menée 1-0 à trois minutes du terme et donc éliminée, la direction du Milan tente de la jouer filoute lorsque les projecteurs du Vélodrome partent en vrille. Refus de poursuivre la rencontre en espérant une victoire sur tapis vert. Ce sera le cas, mais pour l’OM avec, en prime, une suspension d’un an de compétitions UEFA.

Youtube

1992 : Foggia-Milan 2-8

La vengeance sera terrible, le Diavolo concentrant ainsi toutes ses forces sur le championnat qu’il ne remporte plus depuis déjà quatre ans. C’est un sans-faute, zéro défaite, une première. Débuts réussis pour Capello et feu d’artifice pour la dernière journée alors que les hommes de Zeman menaient 2-1 à la mi-temps. Plus large victoire de l’ère Berlusconi.

Youtube

1994 : Milan-Barcelone 4-0

Cruyff fanfaronne, convaincu de ramener la Ligue des champions sur les Ramblas pour la première fois. Le Milan doit faire sans Baresi et Costacurta suspendus. Maldini glisse dans l’axe aux côtés de Galli, c’est une volée mémorable avec le montant touché deux fois. Faut pas chauffer le Milan.

Youtube

1996 : Bordeaux-Milan 3-0

On fêtait les vingt ans cette année. La fin d’une génération. Les Girondins remontent la défaite subie 2-0 à l’aller, ça ne s'arrête pas là, puisque Duga pose ses valises à Milanello dans la foulée.

Youtube

1996 : Milan-Rosenborg 1-2

Le premier gros coup de pompe. Deux années sombres et deux retours ratés. Celui de Sacchi, en lieu et place de Tabárez, coïncide avec le dernier match de la phase de poules de C1. Un nul, et les Lombards passent. Raté.

Youtube

1997 : Milan-Juventus 1-6

Le clou est enfoncé quelques mois plus tard lorsque les champions d’Europe infligent la plus lourde défaite de l’histoire. Sacchi est officiellement dépassé, Lippi devient la nouvelle référence.

Youtube

1999 : Perugia-Milan 1-2

Le titre le plus inattendu, en remontant sept points en sept matchs à une Lazio nettement supérieure sur le papier. La seule fois où la règle tacite de la défense à quatre n'a pas été respectée. C’est l’œuvre de Zaccheroni, mais c'était vraiment moins une.

Youtube

2001 : Inter-Milan 0-6

Les Rossoneri retombent vite dans des années troubles, les joueurs sont empilés, beaucoup passent en coup de vent. Heureusement, ce n’est pas mieux à l’Inter. Alors, un soir, avec le duo improvisé Cesare Maldini-Tassotti sur le banc, San Siro prend des airs de Wimbledon.

Youtube

2003 : Milan-Juventus 0-0 (3-2)

Le second cycle démentiel après celui de Sacchi-Capello. Berlusca a remis les moyens et a misé sur Ancelotti. Entre la demie et la finale face à ses pires ennemis, la tension est insoutenable. Mais à ce petit jeu, le Milan et le regard glacial de Shevchenko l'emportent.

Youtube

2003 : Milan-Roma 2-2

Et un nul obtenu dans les arrêts de jeu qui s'additionne au succès 4-1 à l’aller. Dix-sept ans après sa prise de fonctions, Silvio s’offre enfin la Coupe d’Italie. Il était temps.

Youtube

2004 : Deportivo-Milan 4-0

Un de ces black-out dont le club est régulièrement capable. Vainqueurs 4-1 à l’aller, les Rouge et Noir ne pêchent pas en présomption, mais plutôt en concentration, une de leurs limites. Il y a déjà 0-3 à la mi-temps. La débâcle du Riazor.

Youtube

2005 : Milan-Liverpool 3-3 (2-3)

Cauchemar, traumatisme, choc. Tout a été dit sur cette rencontre qui avait parfaitement démarré avec l’ouverture du score précoce du capitaine. Puis le doublé de Crespo, les fameuses six minutes, la double parade mystérieuse de Dudek et les danses de ce dernier lors de la séance des penaltys. Les fantômes d’Istanbul.

Youtube

2006 : Milan-Lyon 3-1

Scénario du match complètement fou, mais surtout dernier but d’Andrei Shevchenko avec le Milan, l’Ukrainien étant évidemment le meilleur buteur de l’ère Berlusconi. Ah, oui, son retour piteux deux ans plus tard n’a jamais existé.

Youtube

2007 : Milan-Manchester 3-0

Il y a eu la fameuse revanche. Le match phare de la 5e Ligue des champions du parrain est la demie retour face aux Mancuniens vainqueurs 3-2 à l’aller. San Siro est en ébullition. C’est le dernier baroud d’honneur de la génération Carletto.

Youtube

2007 : Milan-Boca Juniors 4-2

Premier Mondial des clubs. Treizième et dernier trophée international du cycle Berlu. Le 18e dans toute l’histoire du club. Celui de trop. À partir de ce moment, le Milan s’autoproclame club le plus titré au monde et se repose définitivement sur ses lauriers.

Youtube

2009 : Milan-Werder Brême 2-2

Un nul sans histoire. Oui et non. Déjà, il élimine le Milan avec la règle du but à l’extérieur. Surtout, il empêche Silvio de compléter son grand chelem personnel en remportant la dernière compétition manquante : la Ligue Europa (ou la Coupe de l’UEFA). C'était l'ultime tentative, c'est une élimination dès les seizièmes.

Youtube

2009 : Fiorentina-Milan 0-2

La vraie der' du capitaine après la fête gâchée une semaine plus tôt. Le stade Artemio-Franchi lui réserve une ovation à la hauteur de son statut de légende. Un statut que Berlusconi ne digère pas, prenant soin de laisser Maldini bien à l'écart du club par la suite.

Youtube

2009 : Milan-Inter 0-4

Deuxième journée de championnat, 3-0 à la pause. Le Milan a tout gagné, et à plusieurs reprises, mais il n’a jamais réussi à faire l’en-plein en une seule et même saison. C’est le cousin interiste qui sera le premier à réussir cet exploit, et cette démonstration de force en est un avant-goût.

Youtube

2011 : Roma-Milan 0-0

Huitième et dernier scudetto du cycle Berlusconi, en trente tentatives. Pas énorme si on y réfléchit bien. Il est sous le signe de quelques anciens, mais aussi d’Ibrahimović, Robinho et Boateng. On est passé à un tout autre style.

Youtube

2012 : Milan-Novara 2-1

Une rencontre anodine, sans enjeux, et pourtant, la fin d’une ère. La der du trio Nesta, Gattuso, Inzaghi, ainsi que Seedorf qui officialisera son départ dans la foulée. Tous touchent le ballon durant l’action qui mène au but vainqueur de Superpippo. Conscients de la page qui se tourne, de nombreux tifosi pleurent en tribunes.

Youtube

2014 : Atlético-Milan 4-1

La dernière apparition européenne du Milan berlusconien, histoire de bien faire comprendre que sa créature avait définitivement perdu son standing. Malheureusement, le message a mis énormément de temps à arriver à destination. Dur de regarder la réalité en face.

Youtube

2016 : Milan-Juventus 0-1

Dernières années catastrophiques, mais une note presque positive pour finir. Certes, les Milanais ne rencontrent aucun obstacle digne de ce nom pour atteindre la finale, mais ils font preuve d’une farouche opposition face à une Juventus ultra-dominatrice depuis cinq ans. Silvio conclut comme il avait démarré, par une défaite.

Youtube



Par Valentin Pauluzzi
Modifié

Dans cet article

souzadeoliveira Niveau : Ligue 2
Note : -2
Corruption, dopage, mafia, fascisme, pédophilie... Sympa le Berlu et son Milan.
Note : 1
Quand on a l'&tat du Qatar à son derche, on évite de la ramener.
Je_Vous_Aime Niveau : Loisir
Et la confrontation aller-retour Milan-Barça en 2013 ?
Note : 1
Il y a quand même des matchs qui n'ont rien à faire dans ce classement. Notamment sur la fin.
Coach Kévinovitch Niveau : Ligue 1
Message posté par souzadeoliveira
Corruption, dopage, mafia, fascisme, pédophilie... Sympa le Berlu et son Milan.


Pédophilie? Ruby "Rubacuori" (la voleuse de cœurs) était majeure. J'aimerais savoir de quoi tu parles du coup.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : National
Note : 1
Que de rancoeur sur cet article, en particulier venant de supporters du club champignon par excellence.. paradoxal mais compréhensible, même si, les gars, c'est pas parce que vous supportez des clubs médiocres qu'il faut venir essayer de nous salir avec vos miasmes morbides...

Bref, toujours est il que sur ces 30 dernières années, le Milan était l'un des si ce n'est Le plus grand club au monde. N'en déplaise aux jaloux aigris qui semblent, par l'espoir d'une devouverte d'ignominie, se consoler de l'impossibilité de grandeur dont est frappée leur équipe.
Risible. Mesquin (club).
Ronniesheva Niveau : CFA
Message posté par MaxR
Pas mal, mais j'aurais bien vu la demi-finale de 2006 perdue contre le barça sur un but (injustement?) invalidé de Sheva pour bien mettre en évidence la folie qu'était le Milan en LDC de 2003 à 2007. Et aussi le 3-0 de cette année contre l'Inter, pas mal pour un dernier derby de l'ère Berlusconi.


totalement injuste, la preuve en image
http://www.dailymotion.com/video/x37civ … OG_HTML5=1
Totti Chianti Niveau : CFA2
Note : 1
Message posté par Georgesleserpent 2.0
Que de rancoeur sur cet article, en particulier venant de supporters du club champignon par excellence.. paradoxal mais compréhensible, même si, les gars, c'est pas parce que vous supportez des clubs médiocres qu'il faut venir essayer de nous salir avec vos miasmes morbides...

Bref, toujours est il que sur ces 30 dernières années, le Milan était l'un des si ce n'est Le plus grand club au monde. N'en déplaise aux jaloux aigris qui semblent, par l'espoir d'une devouverte d'ignominie, se consoler de l'impossibilité de grandeur dont est frappée leur équipe.
Risible. Mesquin (club).


J'ai beau essayé de rétablir l'injustice de ce -1 mais je n'y arrive pas.
Pas moyen de te mettre de +1, désolé mon Georges!

Comment peut-on venir cracher sur le Milan de la sorte?
Y en a, ils ont peur de rien.
Que vous le vouliez ou non, il s'agit du club ayant gagné le plus de trophées lors de ses 30 dernières années.
Avec souvent du très beau jeu. "Révolutionnaire" parfois.
Je vous épargne la liste des grands joueurs du Milan AC lors de la présidence Berlusconi... elle est trop longue!

Quant aux commentaires sur Berlusconi et la politique, ils démontrent assez souvent une méconnaissance crasse de la situation.
En fait, vous parlez sans savoir pour la plupart et vous ne faites que répéter les conneries de bar... et de bar français en plus.
Bref, quelques fois, il vaut mieux ne rien dire plutôt que de ne dire que des conneries.

Et au passage, je ne suis ni Milanista ni berlusconien.
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Le Milan Ac représente tout à fait la différence entre la paresse intellectuelle du mouton ( = "tout le monde" (sic) dit qu'il y a eu un club au firmament ces 30 dernières années et "les résultats" le prouvent)

Et l'indépendance d'esprit et de réflexion ( = un club a visé les sommets et grâce à un cocktail de professionnalisme, de travailk tactique, de business, de politique, de réussite et peut être de quelques arrangements, y est parvenu)
Georgesleserpent 2.0 Niveau : National
Note : 1
Merci Totti, mais que veux tu, certains ont l'impression de s'élever en voyant des complots partout.

@la paillade
Bravo, t'es un esprit libre. Ça force le respect.
Sinon, concernant tes "critères" quand à la détermination des constats faits par un "esprit indépendant", d'une part, je vois vraiment pas où est le problème à travailler la tactique, à être pro, et à faire du marketing autour du club. Aujourd'hui, aucun club ne le fait pas.
Concernant le fait de mêler politique et foot, la aussi il est très rare que les présidents de club investissent par pure passion.
Concernant les arrangements, j'attends tes preuves. Et puis, venant d'un esprit libre tel que le tiens, j'ose espérer qu'au prochain article sur l'OM, tu dénonceras les pratiques scandaleuses qui ont fait gagner à la France sa seule LDC. Car la, pour le coup, c'est avéré, or il incombe aux élites (toi en l'occurrence) de guider la masse idiote vers la vérité.
Note : 3
J'en peux plus de cette allergie des footeux français vis-à-vis du foot italien, ça en devient grotesque, il y a une obsession maladive vis-à-vis de la réussite insolente du foot italien comparé à son voisin du nord.

Je suis Juventino en plus, je n'ai aucun intérêt à défendre le milan mais il faut rétablir certains faits, le milan se fait volé le scudetto en 1990 avec ce match face à Vérone où 3 milanais excluent empêche toute victoire, où est la corruption de berlusoni? milan se fait exclure 1 an de toute compétition européenne en 1991 où est berlusconi et sa corruption ? le but refusé de sheva en 2006, le but refusé contre le werder brême en 1989 tout à fait valable ? contre l'étoile rouge en 1989, les décisions étranges en 1989 contre le real à Bernabeu (les hors-jeu sifflés répétitifs à tort contre le milan) , où est encore ce si puissant berlusconi ?

arrêtez avec vos fantasmes, et de vous prendre pour les bergers du peuple. Sinon parlons aussi des périodes troubles du dopage des joueurs de leeds et nottingham dans les années 70, du bayern et ses matchs étranges lors des finales européennes contre leeds et autre, de l'ajax et son dopage généralisé etc...
Totti Chianti Niveau : CFA2
Message posté par Casiraghi
J'en peux plus de cette allergie des footeux français vis-à-vis du foot italien, ça en devient grotesque, il y a une obsession maladive vis-à-vis de la réussite insolente du foot italien comparé à son voisin du nord.

Je suis Juventino en plus, je n'ai aucun intérêt à défendre le milan mais il faut rétablir certains faits, le milan se fait volé le scudetto en 1990 avec ce match face à Vérone où 3 milanais excluent empêche toute victoire, où est la corruption de berlusoni? milan se fait exclure 1 an de toute compétition européenne en 1991 où est berlusconi et sa corruption ? le but refusé de sheva en 2006, le but refusé contre le werder brême en 1989 tout à fait valable ? contre l'étoile rouge en 1989, les décisions étranges en 1989 contre le real à Bernabeu (les hors-jeu sifflés répétitifs à tort contre le milan) , où est encore ce si puissant berlusconi ?

arrêtez avec vos fantasmes, et de vous prendre pour les bergers du peuple. Sinon parlons aussi des périodes troubles du dopage des joueurs de leeds et nottingham dans les années 70, du bayern et ses matchs étranges lors des finales européennes contre leeds et autre, de l'ajax et son dopage généralisé etc...


Je t'aurais bien mis un deuxième +1 mais décidément, aucun succès avec ces plussages!
Totti Chianti Niveau : CFA2
Note : 1
Message posté par MacchiaGobbo
T'as l'air super bien renseigné toi.


En même temps, c'est évident!

Corruption, mafia, fascisme... bin oui, il est Italien. Voyons, fais un effort!
Dopage... Il faut bien ça pour tenir dans les soirées Bunga Bunga.
Pédophilie... Il est vieux et chrétien, donc pédophile. CQFD.
Totti Chianti Niveau : CFA2
Message posté par Casiraghi
non mais le premier qui a lancé la salve c'est souzadeoliveira supporter du psg et qui critique dès qu'il en a le temps le calcio. Il mélange politique et faits des mandats de Berlusconi en tant que premier ministre (président du conseil des ministres) et en tant que titulaire à la tête d'un club de football.

Quand il parle du fascisme on voit son inculture, berlusconi étant depuis jeune ultra-libérale et pas corporatiste comme mussolini et bien que détestant la ligue du nord (mezzogiorno oblige) il ne peut être en aucun cas qualifié de parti faciste.

Enfin son nom de parti Forza Italia provient des cris des supporters à la coupe du monde 90 .... donc qu'il se cultive. d'ailleurs il n'est pas revenu sur le sujet, ce "supporter" ce qui corrobore les propos de Totti Chianti comme quoi certains devraient se cultiver sur les mandats de Silvio.


Loin de moi l'idée de soutenir Berlusconi d'ailleurs.

Mais si on vient attaquer son bilan à la tête du Milan alors on s'en sort plus.
J'en veux bien pour ma Roma, moi, d'un président qui reste 30 ans au club en investissant autant... et je me contente de la moitié (voire même du quart) des trophées récoltés.
J'suis pas exigeant finalement. Si?
tranquilo_chiquito Niveau : DHR
Note : 1
on l'aime le calcio les amigos, ne vous inquiétez pas.
ayant grandi avec le calcio des années 90 j'ai toujours eu de la sympathie pour beaucoup de clubs italiens et ce championnat en général.
il y auras toujours des gens pour critiquer telle ou telle chose, mais le grand milan n'est pas un rêve, il a bel et bien existé et pour moi c'est le club le plus classe au monde, rien que ca !!!!

Note : -2
Message posté par Casiraghi
Bota67 tu expliqueras aux supporters de la Viola alors en 1957 lors de cette fameuse finale pourquoi le réal madrid s'est vu offrir un pénalty ayant lieu en dehors de la surface, qu'un but parfaitement valable de l'ancien ailier Julinho de la Fiorentina a été refusé et que plusieurs fautes graves ont été "oubliées" par l'arbitre. Ce n'est pas de moi, ces histoires viennent d'historiens du sport. Donc déjà non l'Italie a autant subi que d'autres.


Mal commun aux supporters de ce genre de clubs - grands du Nord italien..mais aussi Barca, Bayern.. - : invoquer des cas isolés pour justifier de décennies de magouilles systémiques, invoquer quelque prétendument "tous pourris" aussi..

Si tu veux, on peut remonter aux Mitropa cups, à certaine Squadra mussolinienne.. Ca va être rigolo.. C'est une spécificité du football italien assurément, que d'avoir si précocement et si profondément été vérolé par le politique..puis au nom des institutions, du prestige : le couillon de supporter fanatisé de défendre l'indéfendable ; tout compte fait les politique auraient tort de se priver..

La maladie du supportérisme et de ses vues à oeillères, je la laisse à autrui ; les réserves que m'inspirent des Milan, je les porte aussi (et de longue date sur ce site) à l'endroit d'un Barca, d'un Ajax, bref, ces accusations d'anti-italianisme sont vraiment puériles, on dirait des enfants qui se refusent à croire que n'existe point le père Noël..

Le fascisme? Oui bien sûr, il a pris fin à la mort de Mussolini, bonne blague.. Entre autres accointances, je me permets de rappeler, piste de compréhension, que Berlusconi était membre de la fort démocratique P2..

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L’empereur du milieu
1k 73