1. // Amical
  2. // Norvège/France

22, v'là les Bleus !

« Cherchez pas : vous z'y êtes pas ! » , comme disait Coluche... Laurent Blanc a donc dévoilé sa première liste pour le match amical du 11 août, Norvège-France. A la place des 23 punis de l'Afsud, 22 appelés. Quelques surprises, quelques noms attendus et quelques joueurs qui joueront très, très gros. Même en amical, chez les Vikings...

0 2
Depuis l'aube de L'Humanité (pas le journal, hein !), soit depuis toujours chaque aventure humaine est précédée d'un rite sacrificiel. C'est comme ça : religion, superstitions, purification, boucs émissaires, faire plaisir aux dieux, etc.... Lolo 1er, roi président et grand prêtre n'y a pas échappé. Il sacrifié sur l'autel de la Maison Bleue (accrochée à la colline) tout un peloton de trentenaires qui pouvaient encore croire à visiter à nouveau Clairefontaine et ses terrains annexes. Fini ! Sébastien Frey (30 ans), Mickaël Landreau (31 ans), Jean-Alain Boumsong (30 ans), Julien Escudé (31 ans), Benoît Pedretti (29 ans) et David Trezeguet (33 ans) ont sans doute vu s'envoler leurs dernières chances de jouer en équipe de France. On sait qu'avec la mentalité « open » (anglo-saxonne, UK et RFA) de Blanc tout reste possible pour un rappel éventuel, mais vu l'âge des écartés, la messe est sûrement dite. Amen, et passons aux 22 élus...


Du sang vraiment neuf

D'abord, les vrais « tout-nouveau, tout-beau » , les sept joueurs qui n'ont jamais été convoqués en équipe de France A : Mathieu Debuchy, Mamadou Sakho, Benoît Trémoulinas, Yohan Cabaye, Blaise Matuidi, Charles N'Zogbia et Jérémy Ménez. Hormis peut-être Trémoulinas dont on savait que son talent et sa proximité évidente avec Blanc aux Girondins le plaçaient d'emblée en position favorable, c'est vraiment avec ces néo-Bleus qu'il y a eu des surprises. Eut égard au très jeune âge de Sakho (20 ans), à la concurrence tout court pour Debuchy (a priori au départ challengé par Chalmé, lui aussi pas appelé : un signe ?), ou au manque de « visibilité » de Matuidi (bon joueur mais pas aussi « exposé » que le Lillois Cabaye, plus attendu depuis longtemps). Et puis, mine de rien, Matuidi, ça fait un Stéphanois en Bleu : on avait perdu l'habitude... Pour Charles N'Zogbia (24 ans), on se demandait si le fait de jouer aujourd'hui à Wigan ne le déclassait pas. Qui plus est, plutôt attaquant gauche, on pouvait penser qu'il était barré pour longtemps vu là aussi la concurrence au poste. Apparemment, non : il entre dans la danse. Welcome, boy ! Enfin, pour Ménez, on s'en doutait un peu aussi mais là c'est devenu réalité : c'était le dernier talent de la génération de 87 à n'avoir jamais été appelé. Ceci dit, il n'avait pas prouvé grand-chose sur la durée. De retour en grâce à la Roma, il peut enfin rejoindre ses « copains d'avant » , Benz, Nasri et Ben Arfa.

Pression pour Nasri-Benzema-Ben Arfa

Les trois bannis du Mondial 2010 ont été rappelés, donc. A priori, c'était logique. Sauf que... Benzema est sous le coup d'une procédure judiciaire et qu'il sort d'une saison blanche (forcément, au Real). Que pour Ben Arfa, c'est pareil : un talent pur, un joueur du futur dont l'avenir se rétrécit saison après saison et une édition 2009-10 loin d'être pleine, ainsi qu'un départ quasi certain de l'OM... Enfin pour Nasri, correct à Arsenal mais toujours barré en sélection (Gourcuff, ou Lass Diarra etc.) en milieu relayeur-créateur. Moralité : pour ces trois là, qui ont déjà pas mal de sélections (surtout Benzema, 27 capes, et Nasri, 15 sélections, Hatem, que 7), il va falloir prouver et même plus ! L'équipe de France démarre un nouveau cycle et les places vont être très chères. En attendant le retour des punis de l'Afsud, ces trois là plus Ménez vont subir avec ce match contre la Norvège une obligation dé résultat bien plus pesante que les bizuths Debuchy, Sakho, Trémoulinas, Cabaye, Matuidi et N'Zogbia. Les quatre de la génération 87, pour ce qu'ils ont vécu avec les sélections jeunes (champions d'Europe 2004 des – de 17) et en club, représentent un peu le socle de l'équipe de France qui jouera le Mondial 2014 (si la France se qualifie). Gros challenge pour eux...

Les « Affranchis »

Nicolas Douchez, Stéphane Ruffier, Aly Cissokho, Adil Rami, Yann M'Vila et Guillaume Hoarau avaient déjà été convoqués en équipe de France, mais sans être entrés en jeu. L'univers des Bleus, ils connaissent un peu. A part pour le poste de gardien où Ruffier part a priori titulaire au vu de son « ancienneté » (il avait été appelé en Afsud quand Carrasso s'était blessé), tous ces joueurs sont carrément susceptibles d'honorer leur première sélection. Tout dépendra en fait du nombre de remplacements autorisés pour les deux équipes. Il n'y pas de règles en la matière. En général, c'est 6 changements possibles. Eriksson avait changé une fois ses 11 Anglais à la mi-temps en match amical, alors... On peut penser que dans ce groupe cité, Adil Rami part avec l'assurance de faire la doublette avec Mexès en défense centrale. Là aussi au bénéfice de l'âge (il va sur ses 25 ans) et à l'ancienneté (plusieurs fois convoqué).

[page]

Les habitués

Outre Benzema, Ben Arfa ou Nasri, on note le retour sans surprise de Lassana Diarra, Loïc Rémy, et Jimmy Briand. Trois noms clefs vu qu'ils auraient mérité de disputer le Mondial 2010. La maladie a retenu Lassana, le retour de longue blessure a handicapé Briand et la stupidité raymondienne a barré Rémy... Bien contents de revoir ces trois là. Ils devraient d'ailleurs réintégrer le groupe France des 23 joueurs que Lolo Blanc mettra sur pied pour l'avenir. Briand devra quand même plus démontrer que les deux autres : il débarque à l'OL, ça devrait l'aider à s'imposer en Bleu. Juste un mot sur Moussa Sissoko, lui aussi déjà sélectionné auparavant (2 capes : France-Autriche 3-1 et France-Féroé 5-0, en qualifs de Mondial 2010) : à lui de jouer...

Le cas Mexès

Philippe Mexès : 28 ans et... 13 sélections (entre novembre 2002 et juin 2009). Forcément, ça cloche quelque part. La vérité, c'est qu'il n'y a jamais eu d'injustice avec Philippe : il n'a jamais convaincu en bleu. Point barre. Pas de procès d'intention, c'est le constat glacial qu'on peut lui appliquer en équipe de France. Impérial pendant des années à la Roma, et en retour de grâce là-bas ? On s'en fout : la sélection c'est autre chose. Un peu comme pour Evra, saigneur à Manchester, mais Petit Poucet en équipe de France. Philippe a été catastrophique contre l'Autriche (1-3 à Vienne, en septembre 2008). Manque de pot, 15 jours plus tôt en Suède (3-2 à Göteborg), il avait déjà plongé... D'autres mauvaises perfs l'ont logiquement éloigné de l'équipe de France. Alors, voilà... C'est un nouveau coach, Laurent Blanc (l'idole de Philippe !) qui l'appelle. Avec a priori un long bail à lui proposer. Après la Norvège, vu la pauvreté de joueurs dans l'axe défensif, Philippe sera quasiment sûr reconduit pour affronter le Belarus et la Bosnie. Plus que pour n'importe quel autre, c'est maintenant ou jamais pour Mexès...

Dernier mot : Lolo Blanc n'a pas encore choisi son capitaine. Il compte en tester plusieurs, au fur et à mesure lors des matchs contre la Norvège puis le Belarus et la Bosnie : « Sauf si quelqu'un s'affirme de suite. Il faut faire un bon choix, car un bon capitaine peut avoir son importance. Il faut que je rende compte qui a cette personnalité, cet esprit et cette mentalité collective » . Patrice Evra est donc mal barré pour garder le brassard... Qui en doutait ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Dommage d'affaiblir les espoirs en retenant Sakho, M'Vila et Sissoko. D'autant plus, qu'en général, on affaiblit aussi ces jeunes joueurs en les exposant trop tôt, à un niveau où ils n'ont pas encore prouvé grand chose (RIP Mavuba). Enfin jouer titulaire en espoirs est peut-être plus enrichissant que cirer le banc en A.

Pour le reste, du classique et de l'attendu. Ceux qui sont déjà venus doivent prouver qu'ils valent mieux que les absents (pression pour moi sur Rémy également, s'il n'arrive pas à partir c'est également que des doutes pèsent encore sur son potentiel.). Ceux qui ne sont jamais venus doivent prouver qu'ils méritent de revenir avec un bémol pour les plus jeunes qui de toute façon auront de nouveau leur chance un jour ou l'autre.

Les grands perdants ne sont pas les trentenaires non retenus, à mon avis la page est déjà tournée, on ne reconstruit pas dans une logique de court terme vu d'où l'on part. Il faut plutôt les chercher dans les générations entre deux : Flamini, Cheyrou ... très mauvais signe pour eux. Ils semblent sacrifiés à la volonté de repartir de loin, avec un groupe bcp plus jeune. A moindre mesure Ciani et Chalmé également, mais mon petit doigt me dit que Blanc n'a pas besoin de les appeler pour les connaitre et qu'ils pourraient facilement réapparaitre en cas de bonnes perfs en clubs.
Concernant le capitaine, je tire mon chapeau à celui qui le trouvera ! Car si Evra avait su brosser Raymond dans le sens du poil et manipuler tout l'monde avec son "état d'esprit de saigneur" (vu ce qu'il avait déclarer après un match MU-Arsenal, on pouvait déjà voir que le gars manquait fortement de recul et d'esprit...), il lui sera très difficile de ^prendre Lolo Blanc pour un con...

Cette fois ci le problème est que, tous les joueurs susceptibles de prendre le brassard ne sont pas sûrs d'être titulaires tant la concurrence sera féroce : les 2 Diarra. Mais surtout, d'autres ont déçu pendant et après la coupe du monde par leur manque de flegme : Toulalan. Ce dernier a tout pour devenir "le boss" de cette nouvelle équipe, mais même pour lui la concurrence sera rude... Quand à Gourcuff ou Lloris, il semble que leur tendresse juvénile les grille d'office.

Et si finalement Blanc ne désignait pas UN capitaine mais DES capitaines, 2,3 ou 4 qui tourneraient selon qu'ils soient titulaires ou pas ? Un très bon moyen de former son "noyau dur" avec les joueurs cités au dessus.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Les 22 au crible
0 2