2010, année Deschamps

Trois titres et un retour dans le top 16 européen pour un club qui n'avait plus rien fêté depuis 1993. 2010, c'est l'année Deschamps, il n'y a pas photo. Focus sur les dix moments clés d'une saison "révolutionnaire" pour celui qui va recevoir le prix d'Entraineur de l'Année sur le plateau de Téléfoot.

0 6
- La défaite à Montpellier, le 30 janvier


L'OM part à la Mosson avec l'ambition d'écarter définitivement un prétendant à la première place. La désillusion n'en sera que plus cruelle. Les Olympiens repartent avec un 2-0 dans les valises dont un slalom splendide d'Aït-Fana. Septièmes de Ligue 1, à 12 points de Bordeaux, personne n'ose trop miser sur les Marseillais. Sauf Deschamps, qui a compris qu'un M'Bia trop attiré par le jeu au milieu serait plus fort en défense centrale et qu'un Cheyrou pas assez leader devrait laisser sa place à Kaboré.


- La victoire en Coupe de la Ligue, le 28 mars


Quelques heures avant la finale contre Bordeaux, Deschamps fait connaissance avec “la” rumeur : Laurent Blanc, qui comptait aligner les remplaçants lors de ce match, va finalement mettre son équipe-type. Pression à l'intérieur du club ? De la Ligue ? DD s'en fout, il ne cesse de dire à ses joueurs qu'il faut gagner à tout prix. Histoire de vite gagner un trophée, afin de se débarrasser du signe indien pour aborder la fin de saison sans pression. Il ne s'y trompe d'ailleurs pas quand le lendemain, à la fin de la cérémonie de célébration sur le Vieux Port, il lâche en plein milieu de la mairie : « Allez, il faut rentrer se reposer, on a un plus gros trophée à ramener en fin de saison... » .

- La victoire contre Rennes, le 5 mai


Comme pour se venger d'un Bordeaux qui lui a volé la vedette dans la dernière journée de championnat en 1999 et 2009, l'OM enchaîne les victoires pour s'offrir “un titre à la Lyonnaise”. Lors de l'antépénultième journée, les Phocéens ont donc l'occasion d'être sacrés chez eux. Quand même mieux que l'Etap Hôtel. Oui mais. Deschamps n'oublie pas que le 5 mai, c'est aussi la date de la catastrophe de Furiani. Alors à la fin du match, au premier micro qu'on lui tend, il montre qu'il a plus de tact que la Ligue et rend hommage aux victimes.

- La conférence de presse d'après-match contre Rennes, le 5 mai


Malgré le feu d'artifice et les courses de Valbuena en slip, Deschamps a du mal à se lâcher. « C'est une joie différente de celle d'un joueur, un peu plus contenue » s'excuse-t-il presque en conférence de presse après le match. Les journalistes n'auront pas à se plaindre, la belle formule, ils vont l'avoir à la toute fin : « Cette année, j'ai avalé beaucoup de couleuvres et même quelques boas mais tu es obligé de composer » . Une phrase qui est arrivée plus d'une fois aux oreilles de Jean-Claude Dassier. Et qui a amorcé un peu la fin de leur relation idyllique.

- La drague de Liverpool, le 26 juin


On pouvait s'en douter, un tel bilan, ça attise les convoitises. Lorsque Rafael Benitez annonce qu'il part pour l'Inter Milan, les propriétaires pensent à Hodgson certes, mais aussi à Monsieur Je-gagne-partout-où-je-passe. Ça fait la une de L'Equipe et Double D s'offre un gros coup de pub avec son démenti. Comme en 2004 lorsqu'il refuse la Juventus, il choisit la continuité. En espérant secrètement détenir les pleins pouvoirs lors du mercato.

- La provocation de Ben Arfa avant le stage à Port-Crouesty, le 30 juin


Lorsque Deschamps retrouve son groupe à la reprise, fin juin, il constate que ses joueurs sont revenus accompagnés de kilos superflus. Premier coup de gueule et première directive : fini la junk-food et les sucreries. Le lendemain, avant d'embarquer pour le premier stage de l'équipe, Hatem Ben Arfa va au distributeur de l'aéroport s'acheter un canette de Coca et un Kinder Bueno. Il se met alors dans le sillage de Deschamps et croque la barre chocolatée avec délectation, carré par carré. Il a beau être plus convaincant que Tsonga dans la pub, il se coupe définitivement de son entraîneur.

- L'annonce Luis Fabiano, le 6 août


Avant l'ouverture du championnat, Didier Deschamps passe sereinement par le point presse. Il faut dire qu'il est confiant : non seulement Mamadou Niang ne partira pas, mais en plus un grand attaquant va venir l'épauler : « Dimanche, nous n'avions pas les fonds nécessaires, aujourd'hui, nous les avons. Il faut trois choses pour réussir ce genre d'opération : trouver le bon attaquant puis que le joueur soit d'accord pour venir et enfin que les deux clubs s'entendent. Les deux premières conditions sont réunies » . Gilardino, Luis Suarez... les supporters peuvent se mettre à rêver. Finalement, il s'agira de Luis Fabiano. Mais il ne viendra pas.

- L'après-match contre Valenciennes, le 15 août


Deux matchs, deux défaites. Marseille n'arrive pas à entamer son championnat. Après avoir chargé son président après le match contre Caen ( « Moi j'ai demandé des joueurs, si on n'est pas capables de les prendre ... » ), il en remet une couche après Valenciennes. Alors que le départ de Niang pour Fenerbahçe est officialisé, on parle d'un plan B en attaque. « Ou C, ou même Z » précise Deschamps avec fatalisme. De quoi excéder son président qui lui retire les clés du recrutement pour les filer à José Anigo.

- La défaite contre Paris, le 7 novembre


L'OM n'avait plus perdu au Parc depuis l'automne 2004. Pour situer, dans l'effectif de l'OM, seul Doudou Cissé avait joué ce match. C'était avec la tunique adverse et il avait planté le but de la victoire. Si l'on est pragmatique, comme il faut bien en perdre un de temps en temps, autant donner celui-là. Pour autant, après la rencontre, la Dèche fait passer la pilule auprès des supporters en jouant au mauvais perdant. Le périphérique parisien, l'hôtel : tout y passe.

- La victoire sur Montpellier, le 27 novembre


En s'imposant 4-0 contre Montpellier, l'OM clôt d'une belle manière une semaine durant laquelle il s'est qualifié en huitièmes de finale de la Ligue des Champions avec une journée d'avance. Également en tête de la Ligue 1, le club marseillais est dans les temps. Qu'ils aient un point d'avance ou deux de retard, que Lille, Paris et Lyon enchainent les bons résultats, beaucoup continuent de faire de l'OM le favori à sa propre succession. Sans doute parce que l'entraîneur, c'est Deschamps.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Romain Canuti tu es autant un trou du cul de parisien que ton petit copain Ghemmour!
Sur les 10 dates que tu donnes, 5 au moins sont négatives pour Deschamps! La cerise sur le gateau tu oses cité le match à Paris!... Trou du cul!!! oui tu as bien lu, Trou du cul! Le syndrôme so foot est donc plus profond que ce que je pensais, anti OL, anti OM, anti France, mais discretos on encense le club de la capitale. Navrant.
Une saison se construit aussi des défaites (notamment celle de Montpellier). Celle de Paris est en effet de trop.

Mais bon... Deschamps malgré une impopularité que je ne m'explique pas auprès de certains supporters est ce qu'il pouvait arriver de mieux à ce club. De l'ambition ? Ça doit faire bizarre à certains.

Il nous a rendu de la fierté, et pour ça il aura une éternelle reconnaissance.
@Stev' : je pense que le gros problème pour lui auprès des supporters, c'est d'être arrivé juste après Eric Gerets. Et personnellement, j'ai pas apprecié son silence pendant la période de flottement qui a précédé l'éviction de Pape Diouf. C'était peut-être délicat pour lui, mais s'il avait osé l'ouvrir, les supporters lui auraient peut-être attribué ce mérite.
Tout comme cyril14...
C'est marrant mais en lisant ton article, on sent bien que tu supportes pas l'OM (au propre et au figuré), même si tu trouve l'entraîneur pas mauvais...

En fait étant donné la qualité générale du magazine, je suis étonné qu'il y ait autant de supporters parisiens non objectifs dans cette rédac'. Autre exemple:
http://www.sofoot.com/anigo-l-incendiai … ticle.html
Bon, c'est à savoir, c'est tout, SO FOOT = PSG.

Bonne chance quand même pour le titre, les parigots!
@ cyril14
bien vener ton commentaire...
Si on regarde le début de saison, les 2 olympiques sont censés être les deux gros calibres du championnat. Jusqu'ici ils remplissent le contrat (premières places au championnat + calif en 8eme de CL) mais les encenser relèverait de l'obscurantisme journalistique. Quand ils rassurent sur un match c'est pour mieux nous faire douter le suivant.
Et pro PSG ou pas il y a un fait: le PSG fait plaisir cette saison, joue bien et retrouve un certain statut. Les supporters marseillais se sont gavés l'année dernière et la presse en a fait des tonnes. On en a fait tout un flan? non...
Les medias politiques ont des préférences gauche/droite. Rien de plus normal. Pourquoi un media sportif n'a-t-il pas le droit d'avoir des partis-pris? Au passage So Foot n'a pas oublié de pourrir le PSG quand le club se plantait lamentablement ces dernières saisons.

bref, prends du OL TV ou OM TV sous perf avant d'aller sur So Foot si ça peut aider... ou fait ton propre blog et tout le monde sera content.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Guerre de Trois
0 6