1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe B
  3. //

2006-2014 : Respect pour l'Espagne !

Comme en 2010, il y avait en 2014 une Roja de trop et la vaincue d'hier soir a passé le témoin à celle malheureuse d'il y a quatre ans. Respect aux Espagnols de 2006-2014 qui sont morts debout et qu'on aurait tort de ne pas voir rebondir à l'Euro 2016…

Modififié
23 76
2014, ou le contrecoup d'un leadership longtemps recherché

Pourquoi depuis 2006 ? Parce que c'est l'année du deuxième sacre en C1 du grand Barça conquérant qui sera la matrice du jeu de la sélection hispanique. Même si seuls Iniesta, Puyol et Valdés avaient disputé la finale contre Arsenal (2-1), ce furent les débuts de la reconquista du foot de sélection ibérique perceptible au Mondial 2006 (quart de finale, 1-3 contre la France). Deux ans plus tard, à l'Euro 2008, la Roja regagnait enfin un titre majeur après son Euro 1964 à dom (2-1 contre l'URSS). Puis elle enquilla avec son premier Mondial en 2010 et un troisième Euro en 2012. Cette triple couronne inédite qui la remontait enfin au niveau des grandes nations n'était qu'une façon de corriger la plus grande anomalie de l'histoire du foot. Comment l'Espagne n'avait-elle gagné qu'un Euro 1964 alors que ses clubs avaient fait une razzia dès 1956 dans toutes les coupes d'Europe et qu'elle produisait régulièrement des joueurs de grand talent ? La malchance, l'injustice, quelques générations de joueurs parfois moyens ou juste bons, ou bien des conflits « interrégionaux » niés mais réels (entre Basques, Castillans et Catalans) avaient installé la Roja dans une lose devenue proverbiale. Il appartiendra à Aragonés et Del Bosque de resituer la place véritable du foot espagnol sur l'échiquier international : au sommet de cette « caste » très fermée. Au milieu du Brésil, de l'Italie, de l'Allemagne et de l'Argentine. Pas moins.

On a senti qu'après le style dominateur et flamboyant de l'Euro 2008, la Roja de Del Bosque des succès de 2010 et 2012 avait opté pour un tiki-taka constrictor qui a fait plier tous les ténors du foot mondial. En 2012, on toucha même le sommet de l'étouffement par la (longue) possession en se privant carrément d'un n°9 ! Sans doute une petite forme de vengeance après toutes ces années de lose désespérante : Del Bosque, ancien international, ainsi qu'Aragonès et Aimé Jacquet, ont connu les périodes noires de leurs sélections respectives. Alors quand le bon vieux Vicente a mesuré tout le profit qu'il pourrait tirer du jeu des Blaugrana (à nouveau vainqueurs de la C1 2009 et 2011), il n'a pas hésité à l'imposer à la Roja. Un style très critiqué : l'Espagne gagna le Mondial 2010 avec le plus faible total de buts marqués… Vicente n'avait en fait qu'appliqué une formule qui marche à l'heure où tous les adversaires blindaient derrière sans trop vouloir prendre le jeu à leur compte. La Roja assuma donc la possession et s'appuya sur ses fameux petits gabarits, les « modèles réduits » comme Xavi, Iniesta, David Silva, monstres techniques et tactiques, acteurs d'un foot futé et révolutionnaire. En fait peu importait la manière pour Del Bosque : l'Espagne devait combler un palmarès indigne de son rang et sur ce point crucial, il a parfaitement réussi. Jusqu'à ce Mondial 2014…

Syndrome « Équipe de France 2002 » , objectif Euro 2016

Comment en est-on arrivé à l'élimination d'hier soir ? Il suffit de reprendre deux citations quasi prémonitoires de Xabi Alonso et Iker Casillas… Au début de l'année, le premier avait déclaré à France Foot : «  Nous ne voulons pas connaître le même sort que la France en 2002. » San Iker, héros d'hier injustement brûlé aujourd'hui (et les tab à l'Euro 2008 et 2012 ? Et l'arrêt décisif face à Robben en 2010 ?) s'était confessé à GQ avant la finale de C1 contre l'Atlético. Il avait évoqué le long règne victorieux de la Roja et du challenge de Brésil 2014 : « Notre génération a désormais le droit à l'échec. » Tout était déjà dit, non ? De 2006 à 2014, toute une génération extraordinaire a bataillé très dur en clubs et en sélection : 9 ans de combats acharnés et de succès inestimables ont fini par cramer un groupe gagné par la lassitude. Une triple couronne pour la Roja, une triple C1 pour le Barça, la Decima pour le Real, des Clásicos planétaires devenus légendaires (C1, Liga, Coupe du Roi !), des titres en pagaille en C3 et l'apothéose 2014 avec une finale 100 % ibérique en C1 et une victoire du FC Séville en C3…

Le foot espagnol ne pouvait pas monter plus haut. Tout simplement. Même les quatre Ballons d'or de Messi (Barça) et le deuxième de Cristiano (Real) mettent indirectement en évidence l'excellence d'un foot espagnol écrasant ! La faim de victoires était pourtant encore là. Mais… Récemment, Emmanuel Petit nous avait décrit ce sentiment de lent déclin vécu par les Bleus 98-2000 : « Nous, les joueurs, on ne se rendait pas compte qu'on était moins bons. On était champions du monde et champions d'Europe et de ce fait quasi incapables de nous remettre en cause. Ce n'était pas de l'arrogance, mais juste un sentiment de force collective qui conduisait à un certain déni quand les choses ont commencé à mal tourner. Seule l'extrême brutalité de notre élimination du Mondial 2002 au premier tour nous a fait comprendre qu'on était nettement moins compétitifs. Mais en 2002, en Asie, c'était trop tard pour s'en rendre compte. » Après le 5-1 face aux Pays-Bas, Manu avait senti instinctivement que l'Espagne 2014 allait être victime du même syndrome «  Équipe de France 2002 » . Bien vu, Manu ! Xabi Alonso a fait lui aussi le constat tardif de ce syndrome : « On n'a pas su maintenir la conviction, la faim, sans doute en raison des nombreuses victoires. On n'a pas pu maintenir ce niveau. On n'avait pas les mêmes sensations sur le terrain que lors des autres championnats. C'est un peu tout. Mentalement, on n'était pas prêts et physiquement, on était un peu justes. Donc, tout ça ensemble fait qu'on n'était pas dans les meilleures conditions et on n'a pas été à la hauteur.  » Aujourd'hui, quand on revoit les images de l'après-finale de l'Euro 2012 où les joueurs espagnols avaient communié ensemble avec leurs enfants sur la pelouse du stade olympique de Kiev, on ne peut s'empêcher de penser que la Roja n'aspirait plus qu'à revenir « à la casa » et à y rester. Trop de souffrances les attendaient à nouveau pour espérer gagner le Mondial 2014…

En passant, on remarquera que le Brésil ne réussit pas à l'Espagne. C'est le traité de Tordesillas de 1494 qui l'avait privée du gros morceau de colonie d'Amérique du Sud : le Brésil, justement, attribué au Portugal. Plus globalement, en parlant de jeu, le style sud-américain en général a toujours posé problème à cette Roja à cause de certaines similitudes (technicité, jeu de passes courtes, harcèlement et pressing, grinta) : hier, la Roja a perdu contre son double démoniaque sous les « olé ! » de corrida « andalose » … Mais pour en revenir au « syndrome Brésil » , on notera que le choix malheureux du Brésilien Diego Costa en 2014 s'inscrit en contre-exemple absolu du choix d'un autre Brésilien, Marcos Senna, en 2008, un des artisans majeurs du titre à l'Euro… Alors, morte l'Espagne ? On va attendre dans un premier temps de savoir si Vicente del Bosque reste ou non à son poste (son contrat avec la Roja court jusqu'en 2016). On souhaiterait qu'il prolonge pour le voir aborder le challenge de l'Euro en France qui déterminera sa faculté ou non à redonner du souffle à la Roja. Une Roja qui recèle de vraies potentialités : les U19 sont champions d'Europe (2011, 2012) et les Espoirs sont doubles champions d'Europe en titre (2011, 2013). Qui, parmi les « anciens » , pourra faire la soudure avec la jeune génération de De Gea, Carvajal, Isco, Jesé, Herrera, Muniain, Deulofeu et Thiago Alcántara (le Munichois de 23 ans dont l'absence au Brésil a pesé lourd) ? Iniesta, l'un des moins décevants de ce Mondial, est toujours là. On peut compter aussi sur les possibles « revanchards » que sont désormais Ramos, Jordi Alba, Javi Martínez, Busquets, Fàbregas, Koke, Mata, Pedro. Morte et enterrée l'Espagne ? Vraiment ?...

Par Chérif Ghemmour
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

ToxikCheese Niveau : Loisir
J'ai beau ne pas supporté l'Espagne et le foot ibérique en général, on ne peut qu'admettre leur supériorité sur les 6 dernières années et on est en droit de se dire qu'ils vont mieux rebondir que ne l'a fait la France après 2002


Et ils seront toujours une grosse équipe mondiale, prétendant à la victoire finale dans les futurs compétitions internationales.



Mais quand même, quel kiff cetle élimination !
Une étoile pour l'Espagne, aucune pour les Pays-Bas : ça relève quand même de l'injustice historique la plus crasse eu égard à l'histoire du foot.
Note : 1
Quelle saison pourrie pour Juan Mata , le pauvre !
Cut the crap, l'Euro 2016 il est pour nous.
Dans l'analyse, il ne faut oublier le facteur chance, très important dans ces formats de courtes compétitions. L'Espagne est passée par les tirs au but contre l'Italie en quart de finale de l'Euro 2008. Et maintenant Silva qui rate le 2-0 contre les Pays-Bas. Le cycle victorieux de l'Espagne n'aurait pu ne jamais commencer, ou ne pas encore achevé...
La relation entre le fait que le Docteur Fuentes s'est fait juger et l'Espagne qui ne gagne plus en sport co on en parlent ou pas ?
Message posté par ToxikCheese
J'ai beau ne pas supporté l'Espagne et le foot ibérique en général, on ne peut qu'admettre leur supériorité sur les 6 dernières années et on est en droit de se dire qu'ils vont mieux rebondir que ne l'a fait la France après 2002


Et ils seront toujours une grosse équipe mondiale, prétendant à la victoire finale dans les futurs compétitions internationales.



Mais quand même, quel kiff cetle élimination !


La France a pas SI MAL rebondi quand même après 2002. C'est quand même en grande partie grâce à la génération dorée 98-2000 qu'on arrive en finale du Mondial allemand.
Realsymphony Niveau : CFA
bon c est vrai en 2008 ils nous ont sorti un grand tournoi
mais en 2010 et 2012 ça ressemblais plus a un hold up
en 2010 toutes les victoires je pense ont eté 1-0 donc malgré leur domination ils ont benéficié d un peu de chance , idem en 2012 contre les portugais c etait vraiment de la pure chance
deja je vais le dire franchement je m attendais a une faible equipe d espagne , mais pas aussi faible que cela , je me disais qu ils allaient se qualifier 2eme a 4 pts par exemple , mais jamais je n aurai imaginé un tel parcours
le probleme de l espagne en ce mondial c est que del bosque a compté sur des joueurs qui ont eté les artisants de l exploit en 2010 au lieu d evaluer le niveau individuel de chaque joueur , de toute l equipe seul iniesta et ramos ont surnagé , les autres etaient au fond de l ocean .
mais je ne le blame pas totalement del bosque , puisque si il avait procédé aux changements radicaux pour cette CDM il aurait eté largement critiqué , l espagne avait besoin de cette deroute pour se reconstruire et pour redescendre sur terre
( ah que c est bien de finir ces exams )
PhoenixLite Niveau : Loisir
Message posté par Razor7500
La relation entre le fait que le Docteur Fuentes s'est fait juger et l'Espagne qui ne gagne plus en sport co on en parlent ou pas ?

Non. On est un peu plus intelligents que ça sur ce site, je pense.
C'est ce groupe qui a achevé son parcours hier, du moins une partie.
Mais ce n'est pas l'échec du foot espagnol qui domine toujours l'Europe, que ce soit avec ses clubs ou ses joueurs expatriés.
Ils ont une belle génération à venir, qui a déjà de l'expérience dans les grandes compétitions, ce sera intéressant de les voir à l'oeuvre à l'Euro 2016.
Leur style va changer, des joueurs comme Isco, Jesé, Delofeu ont un jeu plus direct, plus moderne.
Mais après ses choix pour cette CDM, Del Bosque doit démissionner.
Message posté par Razor7500
La relation entre le fait que le Docteur Fuentes s'est fait juger et l'Espagne qui ne gagne plus en sport co on en parlent ou pas ?


Pour en parler il faudrait que ton postulat soit exact.
L'Espagne qui ne gagne plus en sport co ?
LDC et Europa League 2014 ?
Cyclisme ? Eh oui, c'est un sport d'équipe...
Note : 5
Message posté par Godolas
Cut the crap, l'Euro 2016 il est pour nous.


Grave !

PS : c'est qui "nous" ?
Message posté par PhoenixLite

Non. On est un peu plus intelligents que ça sur ce site, je pense.


Oui je me disais aussi que ca devais se jouer a ce niveau la, ca doit être mon coté footix alors.
"ce furent les débuts de la reconquista du foot de sélection ibérique perceptible au Mondial 2006 (quart de finale, 1-3 contre la France). "

En huitième plutôt ?
dobbystereo Niveau : DHR
Message posté par AnBrog
Dans l'analyse, il ne faut oublier le facteur chance, très important dans ces formats de courtes compétitions. L'Espagne est passée par les tirs au but contre l'Italie en quart de finale de l'Euro 2008. Et maintenant Silva qui rate le 2-0 contre les Pays-Bas. Le cycle victorieux de l'Espagne n'aurait pu ne jamais commencer, ou ne pas encore achevé...


L'Espagne a mérité en 2008...

L'Espagne n'a pas mérité en 2010, les PB méritaient pour le parcours et surtout par justice par rapport a 74 et 78, mais au vu de la finale seule : l'espagne méritait !

2012, l'Espagne n'a pas mérité dans son parcours, mais en finale contre l'Italie y'a pas photo : 4-0 !
Realsymphony Niveau : CFA
Message posté par MerenGone
C'est ce groupe qui a achevé son parcours hier, du moins une partie.
Mais ce n'est pas l'échec du foot espagnol qui domine toujours l'Europe, que ce soit avec ses clubs ou ses joueurs expatriés.
Ils ont une belle génération à venir, qui a déjà de l'expérience dans les grandes compétitions, ce sera intéressant de les voir à l'oeuvre à l'Euro 2016.
Leur style va changer, des joueurs comme Isco, Jesé, Delofeu ont un jeu plus direct, plus moderne.
Mais après ses choix pour cette CDM, Del Bosque doit démissionner.


moi je voudrais plutot le voir continuer avec eux pour avoir comment va-il gerer cette periode de transition , comment va il reconstruire l equipe , est ce qu il va changer le style de jeu
mais je sens qu il va démissionner , tu propose qui comme potentiel successeur ?
Message posté par Trap


Pour en parler il faudrait que ton postulat soit exact.
L'Espagne qui ne gagne plus en sport co ?
LDC et Europa League 2014 ?
Cyclisme ? Eh oui, c'est un sport d'équipe...


L'Espagne en tant qu'équipe nationale bien sur, les clubs sont internationaux depuis un petit moment maintenant. Et le cyclisme un grand respect pour toi d'avoir osé annoncé cette discipline, chapeau bas !
Le prince des ténèbres Niveau : CFA2
Bien que les medias espagnols soient souvent d'une mauvaise foi et d'une patriotisme sans nom à l'égard du sport, je pense qu'ils ont mis le doigt sur un fait très juste hier soir: le cas Diego Costa.

Del Bosque s'est planté dans les grandes largeurs sur l'attaquant de l'Atlé. Bien qu'il soit un très bon joueur, le mec est juste perdu sur le terrain et son style ne correspond pas du tout au jeu de la Roja. Mais cette histoire de naturalisation a du pousser Del Bosque à lui promettre un statut de titulaire pour achever sa décision.

Pour ceux qui ont suivi un peu la liga, vous avez pu voir que Costa s'est constamment mis sur la gueule avec les joueurs du real et du barça lors des confrontations directs cette année. N'ayant aucun vécu avec la selection, je doute que l'intégration ait été facile pour lui. Alors oui, les année mourinho ont crées des tensions entre cadres du Barça et Real, mais les mecs avaient un putain de vecu en selection ensemble, ce qui facilite grandement la remise en question.

La, le pauvre Costa, même pas un vrai espagnol, débarque 3 mois avant la coupe du monde, sur une jambe, et prend la place a des mecs comme Villa, Negredo ou Llorente qui devaient être beaucoup plus appréciés du vestiaire.
ToxikCheese Niveau : Loisir
Message posté par FinnTheDog


La France a pas SI MAL rebondi quand même après 2002. C'est quand même en grande partie grâce à la génération dorée 98-2000 qu'on arrive en finale du Mondial allemand.


l'Euro 2004 était dégueu
CDM 2006 au top mais c'est dut en partie au retour du Z
Euro 2008 dégueu
CDM 2010 on en par pas
Euro 2012 dégueu

Franchement, hormis 2006 ou ya du avoir un bug dans la matrice (ouais en 2014 je dis encore "bug dans la matrice" et j'assume !) c'est difficile de faire pire...
Il y a la chance, c'est vrai. En trois compétitions auparavant, l'Espagne n'a jamais eu un match où tout va mal et qui fait que le PSG peut perdre contre Reims ou Lorient.
Il y a l'absence de Puyol, qui aurait pu remettre les choses dans le bon sens après les Pays-Bas.
Il y a l'absence de Valdes, qui aurait été titulaire.
Il y a le fait de tomber contre les Pays-Bas de grandes gueules comme Robben et van Persie, qui ont tout fait pour en mettre six ou sept alors que la plupart des équipes (Italie, France, l'Allemagne a joué en marchant à 3-0 contre le Portugal...) auraient fait tourner le ballon à 3-1...
Par contre, le coup "faut-pas s'inquiéter, les espoirs sont champions du monde et d'Europe", c'est des couillonnades, c'est la dernière marche qui est la plus difficile à franchir.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
23 76