1. //
  2. // Finale
  3. // FC Barcelone/Athletic Bilbao

20 choses qu'il faut savoir sur Tito Vilanova

De Tito Vilanova, on sait qu’il a eu un cancer de la thyroïde, qu’il est apprecié des joueurs, qu’il a de grosses cernes et qu’il est complètement fou d’avoir accepté le relais de Guardiola. Voilà, 20 autres trucs à savoir sur le second rôle le plus médiatisé de la planète football.

Modififié
7 21
Un but dans l’élite :
Rarement titulaire lorsqu’il était joueur, Tito le milieu de terrain n’a inscrit qu’un seul but en championnat pendant sa carrière. C’est le 30 avril 1995, à Oviedo, que le catalan s’est déniaisé et a permis au Celta Vigo d’arracher le point du match nul à la 88e minute du match. En trois saisons avec le club galicien, Vilanova n’aura participé, au final, qu’à 26 matchs de première division. Les seuls de sa carrière. Bon bah, faut croire qu’il n’était pas très bon.

L’ennemi Barça :
En tant que joueur, Vilanova n’a jamais foulé la pelouse du Camp Nou. Que ce soit avec le maillot blaugrana ou avec un autre. Avec le Celta Vigo, Vilanova a pourtant joué quelques minutes contre son club formateur. 32 minutes au total plus exactement. Le 3 janvier 1993, il entre en jeu pour les 22 dernières minutes et participe à la victoire des Galiciens (2-0 au final) contre une Dream Team où évolue notamment Guardiola et Andoni Zubizaretta (l'actuel directeur sportif est aussi l’homme qui a misé sur lui). En 95, toujours à Vigo, Vilanova dispute les 7 dernières minutes d’un match dans un Barça orphelin de Pep. Résultat final : 1-1.

Le marquis :
À la Masia, Vilanova était surnomé «  El Marques  » . Le marquis. Et pas nécessairement pour sa conduite de balle exquise. En réalité, Vilanova était un peu précieux au moment d'entrer sur le pré. Charly Reixach, l’adjoint de Cruyff, raconte : « Il n’aimait pas salir son maillot et, pour lui, c’était impensable de faire un tacle. Quand il voyait un terrain en mauvaise condition, ça le foutait en colère, parce qu’il savait qu’il allait se salir…  » . Tito l’aristo ?

Un but contre le Barça :
En 1995, Vilanova dispute l’une des plus belles saisons de sa carrière sous le maillot de Badajoz (deuxième division à l’époque). Le club d’Estrémadure loupera, cette saison-là, la montée à cause d’un seul petit but. Vilanova dispute, lui, 33 matchs avec le numéro 14 de Cruyff derrière le dos. Pas emmerdé, il se permet même le luxe de marquer contre le Barça B, l’un des deux seuls buts de sa saison. Là encore, à la 88e minute.

Titres précoces :
Son palmarès de joueur est désespérément vierge, mais Tito a fait partie de l’une des meilleures promotions de la Masia, en remportant avec les équipes de jeunes du Barça deux Championnats d’Espagne consécutifs. Contre le Real Madrid, sur un score prémonitoire de 6-2, puis l’année suivante contre l’Athletic Bilbao, 2-1.

Glouton :
Il a toujours été maigre, et pourtant Vilanova a la réputation d’être un (outre)mangeur depuis qu’il est adolescent. Au Barça, il fait partie depuis quelques anneés déjà de la Penya des Golafres (les gloutons, en VF). Ce club de rabelaisiens est composé de quelques directeurs du club, et compte aussi sur la présence hebdomadaire de Pep Guardiola. L’objectif : s’en foutre plein le bide avec des produits du cru. Prends ça, Norbert !

Un geste de classe :
Tito achève sa carrière de joueur dans l’anonymat général à Gramenet. Le club catalan est alors en troisième division espagnole et Vilanova a le genou qui siffle. Lors de sa dernière année, le futur adjoint de Pep se fait les croisés. Il décide alors d’aller voir le président du club, Antonio Morales, pour lui demander de ne pas le payer. Un geste de classe dont se rappelle encore le dirigeant : « Il est venu me voir pour me dire qu’il ne considérait pas normal qu’il soit payé alors qu’il ne pouvait pas jouer. La majorité des joueurs n’auraient pas fait ça, mais lui, c’est un seigneur. »

Premier coach de Messi:
Après avoir raccroché les crampons, Charly Reixach, alors directeur du centre de formation barcelonais, lui donne sa première chance en tant qu’entraîneur. Vilanova se retrouve alors aux commandes des cadets du Barça. Une équipe dans laquelle on retrouve les jeunes Piqué, Cesc et Messi. Vilanova restera ainsi le premier entraîneur de l’histoire du club à avoir dirigé la Pulga.

Petit Robert :
« L’encyclopédie » . Voilà comment Andres Iniesta surnomme Vilanova. « Il connaît tout sur le football. C’est quelqu’un de très pointilleux qui fait énormément progresser les joueurs qu’il a sous ses ordres. »

Petit coup de Mou :
« Pito » . Voilà comment José Mourinho a surnommé Vilanova, après lui avoir préalablement enfoncé son doigt dans l’œil, lors du match retour de Supercoupe d’Espagne disputé au Camp Nou. Mourinho a fait du Special One en clashant comme il se devait un mec qu’il jurait ne pas connaître : «  C’est qui ce Pito ? je ne connais pas. Ca me dit rien. » Précision qui a son importance, en espagnol, « Pito » peut signifier deux choses : un sifflet ou... une bite (en argot).



Juande et le 6-2 :
Juande Ramos, ancien coach de Séville et de Tottenham, était entraîneur de Vilanova à Lleida (deuxième division). Les deux hommes s’appréciaient et se sont retrouvés quelques années plus tard pour un clásico rentré dans l’histoire de la Liga ; celui du 6-2. Ramos est l’un des premiers à avoir déclaré que Vilanova avait l’étoffe d’un entraîneur, avant même que Guardiola n'officialise son départ.

La haine et le doigt :
Vilanova n’aime pas beaucoup Mourinho. Chose qui ne date pas de l’affaire du doigt dans l’œil, mais de bien avant. Lorsque l’Inter du Portugais est sacré champion d’Europe, Vilanova déclare ceci dans une interview concédée à El Pais : « Si on regarde les titres qu’il a gagnés, Mourinho est un grand entraîneur. Peut-être le plus grand… Mais je voudrais juste savoir ce qu’il a apporté au Calcio ? Quelle est sa contribution à ce sport, hormis les titres ? Au Barça, nous essayons de gagner avec des joueurs du cru et ça, c’est quelque chose qui a son importance. Il faut de la valeur pour suivre un tel modèle. » Depuis qu’il est en Espagne, Mourinho n’a jamais serré la main à Vilanova. Signe qu’il savait bien qui était Pito et qui montre ce qu’il pense de lui. Entre les deux hommes, des étincelles sont à prévoir pour la saison prochaine.

Viré par son actuel patron :
Vilanova ne va pas avoir le temps de voir grandir les futures stars blaugranas. En 2003, Laporta prend les commandes du club avec son bras droit de l’époque : Sandro Rosell. Ce dernier, actuel président du Barça, décide alors d’une refonte totale du centre de formation. Tito Vilanova est prié de prendre la porte. Aujourd’hui, le même homme qui l’a viré il y 9 ans attend de lui qu’il continue le cycle débuté par Guardiola. Encore un cadeau empoisonné ?

Piston :
Dans la famille des pistonnés il y a eu Jordi, puis récemment Jessua Cruyff, petit-fils de qui vous savez (il joue désormais en équipe B de Wigan). Et puis il y aussi eu Guim Laporta, fils de l’ancien président polémique du Barça (désormais au centre de formation d’Arsenal…). Tito Vilanova n’a pas pu s'empêcher non plus de donner un petit coup de pouce à son rejeton Adria, afin qu’il intégre la Masia. À 15 ans, le jeune milieu de terrain du cadet B du club vient tout juste d’être sacré champion d’Espagne et a fêté la nomination de son père comme il se doit sur son profil Twitter. Un compte dans lequel Manuel Neuer est rebaptisé Noier et où il raconte des blagues pas drôles sur des photocopieurs… C'est ça, l’avenir ?

Le cerveau, c’est Tito :
Guardiola ne s’est pas trompé en prenant Tito Vilanova comme adjoint. Si le Philosophe est reconnu comme l’un des plus grands entraîneurs du football actuel, c’est un peu en partie à son bras droit qu’il le doit. Outre son travail d’analyse des équipes adverses, le futur entraîneur blaugrana est celui qui a eu l’idée de replacer Messi dans l’axe et de le convertir en machine à buts. C’est également lui qui a lourdement conseillé à Guardiola de rapatrier Piqué et Fabregas. Chiper Villa à Valence est également son idée. Mais ce n’est pas tout. Vilanova est aussi celui qui a convaincu Guardiola de faire confiance à Busquets et de se séparer de Yaya Touré pour lui faire de la place. Reste à savoir s’il sera toujours aussi clairvoyant en tant que patron d’équipe…

A(r)gents et titres:
À l’instar de Pep, Vilanova a accepté de prendre le contrôle de l’équipe sans savoir quel salaire sera le sien. Heureusement, son agent, José Maria Orotbig, est le même que celui de Guardiola. Il a déjà un salaire de référence à proposer aux dirigeants… Après tout, il a de quoi négocier un bon contrat pour l’adjoint le plus titré de l’histoire du FC Barcelone. D’ailleurs, si l’on excepte Mourinho, Vilanova sera l’année prochaine l’entraîneur le plus titré du championnat, alors qu’il n’a encore jamais entraîné la moindre équipe.

Premier remplacement de Guardiola :
Ce n’est pas la première fois que Vilanova remplace Guardiola au Barça. Le 5 mai 89, Johan Cruyff commence à bâtir sa dream team. À l’occasion d’un match amical de pré-saison contre les amateurs de Banyoles, le Hollandais décide de donner sa chance aux jeunes. Guardiola dispute et rate les premières 45 minutes du match. Cruyff est furax contre Pep qu’il accuse de courir «  moins vite que (s)a grand-mère » . À la mi-temps, il décide alors de lancer pour la première fois Vilanova dans le grand bain. Tito dispute la totalité de la deuxième mi-temps. Le Barça gagne 6-2. Il est heureux, mais ne sait pas encore que sa première avec le groupe pro barcelonais est aussi sa dernière. Ce soir-là, Vilanova aurait peut-être préféré que le batave lui parle aussi de sa grand-mère.

Victime d’un beau-fils :
À l’intersaison 89, Cruyff annonce à Vilanova qu’il peut se trouver une nouvelle équipe. Au milieu de terrain, la concurrence est rude et ses chances de jouer sont minimes voire inexistantes. Il y a Amor, Guardiola, Bakero, Laudrup, Begisristain, sans oublier Danny Muller. Danny qui ? Bah, le fiancé de la fille de l’entraîneur.

Idole :
Plus jeune, Vilanova avait pour idoles Maradona et Schuster. Tito a révélé avoir pleuré lorsque le teuton a claqué la porte du Barça pour prendre celle du Real Madrid. La fameuse Luis Figo 1.0.

Désintéressé :
Printemps 2007. Guardiola vient d’être nommé à la tête du Barça B pour sa première expérience en tant qu’entraîneur. Il est à la recherche d’un adjoint. Pep se souvient alors de son ancien pote de chambrée à la Masia. Vilanova est alors en passe de s’engager en tant que directeur sportif du club de Terrassa (ville natale de Xavi). Le club de troisième division lui propose un salaire dix fois supérieur à celui qu’il pourrait gagner en étant adjoint de Guardiola. On connaît la suite…

Par Javier Prieto-Santos
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Shevchenko Niveau : CFA2
Il me fait penser à Tassotti, l'homme de l'ombre au Milan qui mériterait qu'on lui confie les clés de l'équipe-première. Je pense qu'il peut faire du bon taf mais la prochaine année sera blanche... dans les deux sens du terme. J'espère qu'il pourra imposer ses idées.
On verra pour l'année prochaine, mais ne donons pas la barça pour mort avant même l'été, l'avantage est qu'on lui laissera un peu de temps, le real sera fort, mais j'attends de voir, feront-ils aussi bien que cette année en liga? difficile. Leur vrai objectif sera la CL mais cette compétition est tjs difficile est imprévisibile.
Par ailleurs, les couacs du barça de cette année (blessures, points perdus bêtement), ne seront pas tjs là...
La grande inconnue est si Tito pourra créer une nouvelle dynamique et un projet neuf.
une sorte de "Peter Taylor" ...
Reste à savoir si la paire Guardiola-Villanova, une fois divisée, connaitra le même funeste destin solo que le couple Clough/Taylor.
Guardiola même pas parti qu'on nous casse déjà les couilles avec son adjoint en mousse qui va se viander en moins de dix journées. Je sens que l'été va être très long.

Je commenterais même pas le fond de l'article, c'est de l'auto-persuasion catalane et du léchage de burnes d'un mec qu'à rien prouvé sur le banc.

Vivement Pito en Chine que le Barça arrête son cirque.
@ashram, toi t'es un visionnaire. Vas-y files nous les résulats du cote et match pour l'année prochaine.
Altaïr Ibn La'Ahad Niveau : DHR
moi ce qui me casse vraiment les couilles, c'est le fait qu'on aura des bagarres de gamins de 5 ans a chaque clasico...
genre: Tito cogne Mourinho et lache: "et puis d'abord c'est lui qui a commencé!" et josé qui se plaint encore et toujours...
elle devient vraiment chiante* cette liga
@Rahan +100000
Tout est dit. Més!
mes qué un club...une multinationale.
Xavi et Puyol commencent à se faire vieux, que c'est bon ça !
Sinon en effet ça ne sert à rien de le critiquer, les dirigeants du barça sont pas des kamikazes, ils savent ce qu'ils font en le mettant entraineur.
Je trouve les probarçaantireal et les prorealantibarça de plus en plus ridicules, maintenant c'est même plus de la subjectivité, c'est à qui dira le plus de méchancetés sur l'autre.

De plus je serais prêt à parier que la plupart n'ont aucun rapport avec "leur" équipe.

Même les socios real/barça sont moins obstinés...
Que d'aigreur...

En préambule il ne faut pas oublier que nous sommes en France, contrée où l'on préfère les collectionneurs de médailles en chocolat comme Poulidor que les Anquetil et Bobet....

La réalité ce n'est pas que vous n'aimez pas le Barca mais que vous détestez le fait que le Barca, sous Guardiola, est très difficilement critiquable.
Voilà un club qui produit du très beau jeu et il faut franchement être de très mauvaise foi pour ne pas le reconnaître, ca ressemble à du Handball quand les équipes en face refusent de jouer au foot et font la muraille de chine... et dans ce cas-là vous désignez le Barca comme responsable du spectacle décevant, désolant...

Ce même modèle de jeu qui a permit à la Roja de gagner l'Euro et la Coupe du Monde.

Cette équipe a collé les pires taules de l'histoire au Real et à Mourinho, a laminé Manchester en finale ( et pourtant j'étais pour Manchester dans cette finale ) et le compliment appuyé d'un Fergusson désabusé à la fin valait tous les ballons d'or...

Alors on les attaque sur quoi ? le comportement ? Zut alors, Guardiola n'est pas polémique, pas plus que son adjoint.
Et ses joueurs sont bien loin du comportement des Ronaldo / Balotelli etc... ils ne la ramènent pas et sont discret en-dehors du terrain ( à part Piqué ).
Le modèle du club alors ? Hé non ils font de beaux recrutements mais intègrent aussi des jeunes de leur centre de formation et même en demi de ligue de champion et tant pis s'ils sont un peu tendres car on pense à l'avenir ( le vilain mot ! )...

Je vous laisse vous palucher sur la défaite du barca cette saison, c'est vrai qu'avec des joueurs qui n'ont plus ,ou moins en tout cas, faim ( et comment s'en étonner avec 13 titres glanés + une coupe du monde / Euro ).
Un défenseur central qui passe plus de temps avec sa copine qu'à bosser, le latéral gauche qui contracte un cancer, pareil pour Vilanova. Le maillon essentiel du milieu de terrain ( Xavi ) qui, ô surprise, commence à avoir les jambes lourdes à 34 ans... l'attaquant titulaire Villa se fracasse un genou etc etc...

On appelle ca une équipe en fin de cycle tout simplement.
C'est la meilleur équipe de l'histoire, personne n'a autant raflé de titres mais ca vous arracherait la mâchoire de le reconnaître...

La seule chose que l'on peut critiquer, c'est le côté indépendantiste Catalan pesant qui colle au club.

Les 3 ballons d'or de Messi ? c'est vrai que personnellement je ne lui aurai donné qu'un et les deux autre à Xavi et Iniesta mais ca n'est pas le Barca qui est responsable de le désignation au cas où vous l'auriez oublié...

En quoi cet article sur Vilanova est " lèche-burne " ?!? il a eu le nez fin sur plusieurs joueurs c''est normal de le reconnaître...

Rien ne dit qu'il réussira, peut-être est-ce un excellent adjoint mais pas fait pour le premier rôle comme Carlos Queiroz ?
J'attend aussi de voir leur recrutement pour voir si ca va redémarrer l'année prochaine.

Il faut remplacer Abidal, que Fabregas tourne à fond dès Aout pour remplacer Xavi et Piqué compte t-il redevenir un joueur ? si ce n'est pas le cas il faudra un défenseur central en plus.
Plus l'interrogation sur la capacité de Vilanova à être premier rôle.

Si tous ces paramètres sont bien gérés par le Barca, je ne vois pas ce qui les empêchera de reprendre leur domination car personne ne les a dominé quand ils étaient en forme.
Oh oui, cette année n'était qu'une année de méforme, c'est vrai que 91 points, c'est un mauvais résultat quoi :(

Sinon, ta phrase concernant notre haine envers le Barça est assez redondante en fait. Alors, je dois comprendre que nous adorons le Barça mais que nous n'aimons pas ne pas pouvoir le critiquer ? Oh mais oui ça me semble logique.
Détester encore plus une équipe quand celle-ci gagne, moi ça me semble normal. Pour ma part, je n'aimais déjà pas City avant cette saison, depuis leur victoire je les déteste.

Enfin bon. Que de faux prétextes pour ces défaites en champion's league et en Liga... Cette année le Real a été meilleur et l'a prouvé en venant battre le Barça au Camp Nou, c'est tout.

(ah oui excuse-moi de ne pas supporter uniquement les équipes en réussite en ce moment)
PS : L'Espagne en 2010, c'était dégueulasse. 1-0 à tous les matchs, jeu médiocre, matchs fermés. Au niveau de cette CDM minable en fait (La Mannschaft, seule chose à sauver)
Mon but n'est pas d'interdire la critique du Barca ( dont je ne suis pas supporter mais simple admirateur )mais honnêtement 95% des post critiques sont justes des vomissures avec flot d'injures....

Je trouve regrettable qu'il n'y ait pas un relatif consensus pour remercier Guardiola d'avoir pendant 4 ans ( et la Roja aussi ) montré qu'on pouvait gagné avec un jeu léché sans brutasse d'un quintal au milieu du terrain qui joue comme un bûcheron et juste des longs ballons vers un tige du genre Venegor of Hesselink en guise de jeu... ce dont tant d’entraîneurs nous gratifient tous les week-end. Les gars qui ont composés l'équipe de ces 4 années sont discrets et pas bling-bling comme tant de leur collègues, l'entraîneur ne fait pas de vagues, ils lancent des jeunes du centre de formation.

Parce que les arguments du genre:

" 3 ballons d'or pour le nain quelle honte ! merci Xaviniesta "

Heu oui c'est vrai sur les 3 j'en aurai donné 2 à Xavi et Iniesta mais à ce compte-là quel gagnant du ballon d'or mériterait vraiment son ballon d'or à part Maradona qui jouait tout seul dans l'équipe d'Argentine qui gagna la coupe du monde ?

" tu parles d'un jeu ! du Hand "

Si c'était juste du " hand " ca serait à la portée de n'importe qui hors aucune autre équipe n'a le niveau technique pour tenir la gonfle comme ca.

De plus ca réclame une énorme implication collective alors que nous sommes plus que jamais en pleine règne de l'individualisme ( tu m'étonne qu'Ibra se soit fait foutre dehors...).

On parle par ailleurs fort peu de leur défense et de leur énorme pressing pour récupérer efficacement le ballon.

Et bien entendu pas le moindre commentaire désobligeant sur les équipes en face qui s'organisaient comme un rideau défensif de Rugby...

Le Real a été meilleur cette saison, ben oui m'enfin si tu t'arrête le raisonnement à ca tu perd pas mal de choses en route il me semble.

Imagine le Real avec l'adjoint de Mourinho ( le fameux " Rui la Furia " ) qui contracte un cancer, Marcello qu'on doit opérer d'une tumeur, Pepe qui préfère copuler avec sa copine que s'entraîner, Benzema à l'hosto avec un genou pété. Xavi Alonso ou Ozil rincé comme l'est Xavi. Arbeloa transparent commme l'a été Alvès...
Et au final seul Ronaldo en forme comme l'a été Messi cette saison, tu pense qu'ils auraient finis champion avec une équipe comme ca ?....

Mourinho est une brute de compétition qui gagne partout mais pour la première fois il a échoué, car au Barca comme au Real une liga c'est pas suffisant. La première année c'était pas grave car Mourinho tourne à fond généralement à partir de la deuxième saison ( mise à part les " manita " difficile à avaler ).

Si l'année prochaine le Barca est régénéré et qu'ils se font battre là il n'y aura rien à dire leur système sera fini et il faudra qu'ils se réinventent mais tenir un constat similaire pour cette saison je trouve ca fort de café.
Mou-rinho Niveau : CFA
Sinon il y a eu les absences de Di Maria qui était à ce moment la le meilleur passeur de liga, et Arbeloa plus transparent qu'il ne l'est déjà? Dani Alves lui a marqué contre le real,Arbeloa il a fait quoi pendant le classico?
Oui enfin, les blessures, absences des joueurs etc., ce ne sont rien d'autre que des prétextes pour la défaite du Barça.
Regarde la vérité en face, le Real a battu le record de point en une saison, a battu le record de buts inscrits, a battu le Barça au Camp Nou... Cette saison, ils étaient simplement meilleurs, le Barça en forme n'aurait sûrement pas fait mieux que 32 victoires, 4 nuls et 2 défaites (le bilan du Real)

c'est où? "les 20 choses..." car dans cet article rien de trés nouveau
pour bestounet
ok le réal a gagné à Barcelone, rappelle moi les scores du match aller, de la super coupe et de la coupe du roi. Je reconnais bien volontiers la supériorité du réal sur la saison,supériorité du à mon sens sur une meilleure gestion des effectifs, au moment important le Barca a eu un coup de mou, (XAVI cramé ,INIESTA invisible, et Messi transparent, sans parler des nombreuses blessures;
j'aurais aimé une finale LDC Barcelone Réal ;avec ces 2 équipes à 100% cela aurait été un autre spectacle
@ Bestounet:

Il faut dire que c'était l'idée du siècle d’intercaler un classico entre les demi aller et retours, ca a achevé physiquement un Barca moribond et coûter la deuxième mi-temps au Real contre le Bayern.
La haine et le doigt : "Depuis qu'il est en Espagne, Mourinho n'a jamais serré la main à Vilanova".

C'est faux. Il l'a fait lorsque Vilanova est revenu suite à son hospitalisation concernant son cancer de la thyroïde.

Cf image : http://madrid-barcelona.com/data/articu … dea4c1.jpg
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
7 21