1. // Rétro
  2. // Ce jour-là

17 novembre 1993, le soir du crime

Du 17 novembre 1993, la France ne va pas à la World Cup 1994 américaine. La faute à un but à la 90e minute de Kostadinov et à une équipe incapable de prendre un point en deux matches. On retient aussi le célèbre « c’est la faute de Ginola » de Gérard Houllier. Ou la preuve que le foot est un sport individuel qui se joue en équipe.

Modififié
357 14
En ce 17 novembre 1993, la France doit décrocher un match nul face à la Bulgarie pour se qualifier pour le Mondial 94. Et ne pas louper une deuxième Coupe du monde consécutive. A domicile. Easy. Sauf que. Un mois plus tôt, les Bleus ont cramé leur joker face à Israël, dernier du groupe de qualif’, déjà à la maison. Autant dire que c’était plié, les enceintes crachant du «  L’Amérique, je veux l’avoir et je l’aurais…  » de Joe Dassin. Las. Contre toute attente, pas de Grand Pardon pour des Bleus qui se font punir 2-3 au Parc, après avoir menés 2 à 1 à sept minutes de la fin.

Deuxième chance contre la Bulgarie donc. A l’époque, TF1 utilise le minitel pour organiser ses jeux-concours, pas encore d’arrêt Bosman et la France est deuxième à l’indice UEFA des clubs. L’équipe de France est favorite. Tout roule. A part qu’en face, ce sont des types avec des têtes de tueurs d’enfants, remember Trifon Ivanov. Si le site de la FIFA, dans un compte rendu du match parle de « conditions climatiques idéales » , Stoitchkov se souvient « d’un froid glacial, le terrain était complètement gelé » . Tout commence bien, Cantona ouvrant le score à la 32e. Mais à partir de là, la machine, déjà pas bien brillante, se grippe. Les Bleus deviennent fébriles, et les Bulgares en profitent pour égaliser cinq minutes plus tard par…Kostadinov. Désormais complètement tétanisés, les Bleus déjouent, paralysés par la peur. A la 69e, Papin, souffrant de crampes, est remplacé par Ginola. L’EdF joue profil bas, ne veut pas se découvrir. A la 89e, elle est qualifiée. Une minute plus tard, Ginola obtient un coup-franc près du poteau de corner. Il centre. Dans le vide. La suite, c’est Kostadinov qui en parle le mieux : «  Kremenliev à Balakov, puis Penev qui me fait la passe décisive au millimètre, comme il me l’a répété plusieurs fois après le match. Moi, j’étais totalement conscient de ce qui était en train de se passer. J’ai accéléré, je savais que la victoire était au bout de mon pied. J’ai visé en une seconde, armé et frappé comme une mule. Puis, cela été le bonheur » . Kostadinov fait le doublé. Son but envoie la France en enfer et la Bulgarie au septième ciel, au pays du soccer.

Houllier, loin de déclarer par la suite « Kostadinov m’a tuer » préférera accabler Ginola, «  ce salaud  » coupable d’avoir « envoyé un exocet à travers le cœur du football français. Il a commis un crime contre l'équipe. Je le répète, un crime contre l'équipe  » . Stoitchkov, fidèle à lui-même dira après le match que « les Français avaient si peur qu'ils ont joué les fesses serrées. Ils n'ont pas cherché à gagner, ils ne méritaient pas de se qualifier » . Dix ans plus tard, Hristo ajoutera, sadique, avoir « vu des joueurs français pleurer. Les supporters français aussi étaient en larmes. Cela reste une de mes plus grandes joies de footballeur !  » . Avant de remuer le couteau dans la plaie : « Avant le match, je me souviens de ces Français, tous très souriants, qui rigolaient dans les couloirs… Mais à la fin du match, ils n’étaient pas aussi joyeux » . Deschamps, déjà laconique, lâchera « Nous sommes des ânes... » . Pour Trifon Ivanov, si les Bulgares n’ont pas fait dans le yaourt ce soir là c’est qu’ils ont «  remporté ce match parce qu’(ils) avaient plus faim que les Français et n’avaient pas d’autre choix que de gagner  » . Huit mois plus tard, au Mondial US, les deux qualifiés du groupe de la France, la Suède et la Bulgarie, laquelle « a montré qu’elle n’était pas une petite équipe de merde » dixit Hristo, seront demi-finalistes. Parmi les onze Français sur le terrain, cinq seront champions du monde en 1998 plus Aimé Jacquet, alors adjoint, et Djorkaeff, sur le banc. Ginola dira plusieurs années après au Parisien, que « d'une certaine manière, j'ai l'impression d'avoir été le seul à assumer nos faiblesse. J'ai l'impression d'avoir laissé tomber les copains et ils me le rendront bien après » . D’ailleurs, le 14 novembre 2011, la cicatrice n’est pas refermée : David Ginola poursuit Gérard Houllier pour "injures publiques et diffamation" devant le tribunal correctionnel de Toulon. Gégé a la bonne idée, dans le livre Secrets de coachs, de remettre le couvert à gros coup de « salaud » . En attendant, ce 17 novembre, c’est aussi le jour de sortie du Beaujolais nouveau. Du vin de merde pour une date de merde. Santé.


Par Vincent Ruellan
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Punchlines de Hristo :« les Français avaient si peur qu'ils ont joué les fesses serrées. Ils n'ont pas cherché à gagner, ils ne méritaient pas de se qualifier». «j'ai vu des joueurs français pleurer. Les supporters français aussi étaient en larmes. Cela reste une de mes plus grandes joies de footballeur ! ».
brrrrrrrrrrrrrraaaaaaah ! lol
gravegwesk Niveau : DHR
Hristo a fait pleurer bon nombres de supporters invonsolables quand il coach leur equipe... Mais ce fut un putain de footeux.
article sur ces poirots bulgares sur vieuxfooteux.blogspot.com !
Par la suite, on pouvait entendre dans les stades quand ça jouait le PSG: "et Ginolaaa, à cause de toiii, on ira pas aux USAAAaa.." huhuhu
Puiqu'on peut raconter sa soirée du 17 novembre 1993, j'y vais !

j'avais 7 ans et j'm'en souviens comme si c'était hier. C'est la seule fois de ma vie où j'ai pleuré pour un match de foot. Après le match, nous sommes allés nous coucher avec mon frère et nous étions inconsolables, je me souviens de nos parents dépassés par notre réaction ! La WorldCup, on l'avait même en t-shirt, c'était une certitude que la France y allait, on comprenait à peine pourquoi il fallait jouer contre ces maudits bulgares pour y aller. à priori un billet d'avion suffisait ! ça a été un drame...

Pour moi Kostadinov a longtemps été un enfoiré, jusqu'à ce que je comprenne qu'il avait planté un but exceptionnel,la contre-attaque du siècle. Mais surtout, dans ma tête, il s'appellera tjrs Kostadinooooooooooov !!!!
Eh bien moi j'avais 38 ans et je n'ai pas pleuré du tout.
Je n'étais déjà pas content que cet arriviste médiocre de Houllier devienne l'entraîneur national mais en plus quand j'ai vu le niveau de jeu de l'EdF j'étais éffondré. Il faut se rappeler de ce qu'avait fait Goethals avec nombre de joueurs de l'équipe de France pour mesurer le gâchis qui était en cours.
Alors que cette équipe avec un jeu aussi nul et entraîné par un nul soit éliminée ça ne m'a pas tiré une larme. J'ai même repris deux fois des moules. Et puis la frappe de Kostadinov c'était quelque chose, hein!
Houiller en fait trop! Ginola a peut etre commis une erreur de débutant mais ce sont des choses qui arrivent dans le foot. J'avais 18 ans à l'époque et j'avoue que j'ai trouvé Houiller lache en voulant tout mettre sur le dos de Ginola. Il ne devait déjà pas perdre face à Israel. Cette équipe ne méritait peut etre pas d'aller au mondial comme le disait Hristo!
J'avais 10 ans et c'est le premier match en entier qu'on m'autorisait à regarder.
Parce que jusque là c'était « t'as le droit de regarder la 1è mi-temps, mais après il y a école demain ! » .. je m'en fout, j'ai vu le but de Boli contre le Milan, le seul du match plus tôt en Mai .. et toc l'autorité !

Mais imaginez : premier match de l'équipe de France regardé et voilà ce Kostadinov, alors, après avoir lancé un « Putain de Yaourts » de colère (c'est la seul insulte « raciste » qui est sortie de ma bouche depuis ce moment), c'est de nouveau le lit .. Mais 5 ans après on gagne la Coupe du Monde, et ceux qui ont connu ce soir-là de fin 93 la savoure encore plus ! Alors, Merci Émil finalement ..
"Ginola obtient un corner près du poteau de corner".

Oui, en général c'est mieux.
Certes Ginola à commis une erreur il centre pour personne. Mais tout de même les bulgares ont faient une contrattaque parfaite "The contrattaque"...
En quelques secondes ils ont remonter et éliminer tous les bleus. Si Ginola est coupable d'avoir raté une passe les autres sont coupables de quoi??...
La France ne méritaient pas d'aller à cette coupe du monde c tout.
Et de toute manière Houiller à réagi comme il le fait d'habitude. Pour moi Houiller n'est rien de plus qu'une serpillière.
Chez Ardisson bien des années plus tard il avait dit kil y pensait tous les jours.
Certes le centre était pas bon mais après ya encore du monde, c simplement une contre attaque parfaite du meme accabit que celle de France RFA en 82(but de Rummenigge).
Le match kil fallait surtt pas perdre c t un mois plus tot contre Israel. Que 18ans après Houiller est tjrs là même attitude c franchement indigne et du même niveau que celle des français à Knysna.
Moi je dis bravo, ton équipe perd et t'accuse un joueur, c pourtant pas ça qu'on t'enseigne sauf méprise de ma part à l'école de foot.
@ Lou :

des moules en novembre ??? Et ben t'as peur de rien toi !!
hé les moules c'est les mois en "r" dons c'est bon!
@moukill :

"les moules c'est les mois en "R""

tu confonds avec les huitres je crois !

C'est surement des moules pas fraiches qu'avaient bouffé Laurent Blanc et Alain Roche pour se trainer comme ça sur cette action !
13 ans, dan un café de St-Gilles à Bruxelles, l'équipe belge se qualifie au terme d'un laborieux 0-0 devant la Tchécoslovaquie à peine scindée. L'époque où les belges se qualifiaient encore en CM donc on est content olé olé, puis zapping obligé du barman sur TF1 et... 1-1! Cool! Plus qu'un but. Arrêt de jeu, Ginola tire ça n'importe comment, le ballon remonte et s'ensuit un moment de magie incroyable où un vieux bourré prophétise en tombant presque de sa chaise que: "ça va être goooaaal dans leur gueule à Platini!" Pas le temps de sourire que la magie se produit et paf! Plafond, Parc des Princes médusé et liesse à St-Gilles. Grand moment.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
357 14