1. //
  2. // Lyon/Bordeaux (0-0)

0-0, malgré tout

L'an dernier, c'était l'affiche d'un quart de finale de Ligue des Champions. Cette année, c'est un match entre deux bêtes blessées. Après 90 minutes de combat, les deux équipes se sont séparées sans but.

Modififié
0 3
La semaine dernière, on s'était ennuyé ferme - à mourir - devant le dégueulasse Monaco-Marseille (0-0). Autant dire que l'attente est grande autour de ce Lyon-Bordeaux. Pour les deux équipes, il s'agit de la dernière chance de croire encore au titre. Ou presque. Lyon affiche huit points de retard sur Lille au coup d'envoi, Bordeaux en accuse douze. 90 minutes plus tard et aucun but, les deux équipes peuvent nourrir des regrets. Début janvier pourtant, on pensait Lyon relancé dans la course au titre. Depuis, les Rhodaniens se sont fait éjecter salement de la Coupe de France par Nice et ont sombré à Valenciennes la semaine dernière en championnat (0-2). C'est donc dans une ambiance un peu tendue que Gerland accueille ses gladiateurs. Malgré ses déclarations de la semaine envers Claude Puel ( « Je me suis adapté à la vision de Claude Puel, mais elle est différente de la mienne » ) Gourcuff squatte le onze de départ. Un 4-3-3 très classique avec Lisandro sur le côté gauche.

Côté Girondins, Jean Tigana reconduit quasiment la même équipe que face à Nice (Chalmé à droite, Fernando en 6, Plasil plus haut) et espére confirmer le bon match livré la semaine dernière. Un 4-4-2 hybride dans lequel Jussié doit apporter sa touche technique. Mais c'est un autre Brésilien qui s'illustre dès les premières secondes. Sur une percée, Fernando file des frissons à l'arrière-garde lyonnaise. Replacé à son poste, l'ancien de Sienne lance les hostilités. Le ton est donné : le champion 2009 veut jouer haut et presser son adversaire. Et à ce jeu-là, c'est Bordeaux qui sort les biceps en premier. De l'impact, de l'impact et encore de l'impact. Lyon peine à exister.

De l'intensité et du rythme

Et pourtant, le premier frémissent offensif est à mettre au crédit des locaux. Sur un centre de Bastos, Gomis remet en retrait sur Gourcuff qui voit sa frappe contrée par Chalmé. Ca se précise très vite. La précision, c'est ce qu'il manque d'ailleurs à Cris pour ouvrir la marque sur corner, mais sa tête lèche le montant de Carrasso. Lèche seulement.

Bordeaux est bien rentré dans son match, mettant énormément d'impact dans chaque duel. Un rapport de force dans lequel Lyon n'arrive pas à rivaliser. Même si la technique de Bastos permet aux locaux d'être les plus dangereux sur chaque coup de patte du Carioca. C'est d'abord Gomis qui tente d'exploiter une tête de Lisandro consécutive à un centre du gaucher. Puis, sur un corner de Gourcuff (pas mauvais ce soir), Cris pense ouvrir le score. Mais le buste de Trémoulinas, bien campé sur sa ligne, traine par là. On joue la 33è minute et le match s'emballe. Sur l'action suivante, Trémoulinas régale Ben Khalfallah qui, malgré son demi-mètre, manque de tromper Lloris du crâne. Et si le match était définitivement lancé ?

Lisandro vendange

La seconde période repart sur les mêmes bases avec deux pétards allumés d'entrée. Le premier signé Gourcuff – bien capté par Carrasso – le second de Modeste qui n'ouvre pas assez son pied pour tromper Lloris. Il faut un très bon gardien bordelais pour empêcher Lisandro d'ouvrir la marque sur une erreur d'appréciation de la défense des Girondins. Mais l'Argentin – pas dans une grande forme en 2011 – bute sur le dernier rempart bordelais. Sans succès.

A force d'arroser, on se dit que la gonfle va finir par rentrer. D'un côté comme de l'autre. Mais c'est oublier la fatigue qui s'invite dès la 70ème minute sur le pré. Les gestes sont moins précis et les erreurs plus nombreuses. Diakhaté prend d'ailleurs un KO technique sur une frappe de Fernando en pleine face. La fin de match nous gratifie des premiers pas d'André sous le maillot scapulaire. On le dit pétri de talent. Il a surtout une coupe de cheveux délictuelle. On en reste là. 0-0. Un score habituel le dimanche soir. Certes, on est loin du spectacle affligeant de dimanche dernier, mais la frustration demeure. En dépit des bonnes intentions affichées des deux côtés, il aura manqué l'essentiel : des buts. Pour ce faire, il aurait fallu prendre des risques. Un truc inconnu dans le Royaume de France. Là où les championnats étrangers ont balancé ce qu'ils avaient de mieux en stock tout au long du week-end, la Ligue 1 a fait du sur-mesure. Un match nul musclé et intensif. Mais sans but. Terriblement français. Un résultat qui n'arrange personne. Ni les équipes, ni le diffuseur.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Vous etes gentils, ce match etait l'un des pires de la saison pour Lyon. Etant dans le virage nord inf, on a pu chanter "On s'fait chier, On s'fait chier, On s'fait chier!!!"
Trop peu d'actions de but, Gourcuff plus que moyen...
Vous etes gentils!
A regarder c'était pas mal quand même... La défaite à Valenciennes c'est 2-1 et le ballon de Diakhaté c'est dans la tempe qu'il se le prend.
au passage ça sert à rien de refaire le match mais je pense que la frappe de fernando partait en pleine lucarne. Sur ce coup la tempe de diakhaté a été bien salutaire à l'Ol (autant que le torse bombay de tresh l'enfant de la jungle...).
enfin match nul qui laisse entrevoir du mieux pour bordeaux (avec cette prestation moyen + on repartait avec 3 points du vel il y a 3 semaines au lieu de zéro).
Pour Lyon, ça va être dur d'aller au bout.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Reims honore Kopa
0 3