Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 2e journée
  3. // Bordeaux/Monaco

0 + 0 = la tête à Bordeaux

Désigné ces dernières saisons comme le partenaire idéal des siestes de tous les fans de foot français, le jeu pratiqué par Bordeaux s'inspire d'une longue tradition de culture défensive en Gironde. Heureusement, Willy Sagnol est là pour briser tout ça.

Modififié
10% des 0-0 de toute l'histoire de la première division française ont été joués par Bordeaux. La statistique est tombée le 3 août dernier dans le Journal du Dimanche. Et bien sûr, elle a fait sourire, tant l'équipe girondine cristallise depuis quelques saisons, aux yeux du public, l'ennui qui gagne trop souvent le téléspectateur les soirs de championnat de France. Et ce, peu importe si la saison passée, sous les ordres du pas vraiment funky Francis Gillot, les Bordelais ont inscrit plus de buts que quatorze autres équipes de Ligue 1. Oui mais voilà, la statistique est là, implacable. Et même si elle se doit d'être pondérée par le nombre de rencontres disputées par Bordeaux parmi l'élite, 2250, seuls Sochaux (2368) et Marseille (2284) ayant fait mieux, elle est le fruit d'une longue tradition de football défensif pratiqué en marine et blanc.

« Si on ne prend pas de buts, on en mettra bien un  »


S'il n'était pas au courant de cette statistique, Didier Couécou s'en est amusé en l'apprenant. Sans pour autant se montrer surpris. L'homme qui goûte une retraite paisible dans le Pays basque s'est démené durant huit saisons à la pointe de l'attaque bordelaise, de 1963 à 1969, puis de 1974 à 1976, avant d'en devenir le directeur sportif sous la présidence de Claude Bez. Aujourd'hui, celui qui vient de fêter ses 70 ans se remémore que son premier passage aux Girondins s'est fait sous les ordres de l'Espagnol Salvador Artigas, « un entraîneur fanatique du catenaccio  » . « Nous, les attaquants, on ne voyait pas souvent le ballon, c'est sûr  » , évoque, amusé, l'éphémère international, au compteur bloqué à une sélection. Parti ensuite s'encanailler à Marseille, puis à Nantes, son deuxième passage aux Girondins ne sera pas plus sexy. Au milieu des 70's, les Girondins gambadent sous la houlette de Luis Carniglia, le technicien argentin tout en rouflaquettes, que Couécou décrit comme « un entraîneur de la vieille école, très défensif également » . «  Si on ne prend pas de buts, on en mettra bien un. » Cette phrase un peu triste, les joueurs ayant évolué aux Girondins avant la période faste des 80's l'ont tous entendue.

Une philosophie pas vraiment aguichante que Couécou explique assez simplement : « Bordeaux voyait toujours à moyen terme, parce que ce n'était pas une grande équipe. Quand vous n'avez pas de bons joueurs, vous n'attaquez pas trop. Vous essayez de ne pas prendre de buts avant d'essayer d'en marquer. Partir à l'aventure, c'est le meilleur moyen de prendre des raclées. Si Bordeaux comptabilise autant de saisons en première division, je pense que c'est grâce à cette sécurité défensive. » Au poste de directeur sportif, avec Aimé Jacquet aux manettes de l'équipe, Couécou s'est évertué à perpétuer la tradition. « Je m'appliquais en priorité à construire une défense, parce que je savais que la meilleure défense finissait toujours dans le trio de tête, ce qui n'était pas forcément le cas de l'attaque. » Durant la période, les Girondins remportent trois titres de champion et terminent trois fois deuxièmes. De quoi le conforter dans ses convictions.

Les promesses de Sagnol


Cette tradition de jeu défensif en Gironde, Willy Sagnol ne l'a pas connue. Et il ne compte pas s'en inspirer, si l'on se fie à ses récentes déclarations dans les colonnes de L'Équipe ( « Je sais ce que je veux : du mouvement, du jeu vers l'avant. (…) Je ne pourrai pas, demain, prendre une équipe et lui répéter tous les jours : on fait un gros bloc défensif, tout le monde reste bien organisé derrière » ). Après trois saisons compliquées au niveau du spectacle sous l'ère Francis Gillot, le public exigeant de Chaban-Delmas espère vérifier rapidement les propos pleins de promesses de son nouvel entraîneur. Premier test ce soir, face à l'AS Monaco. Facile.

Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses