En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // Bundesliga 2015-16
  2. // Bilan

‏Les notes du champion d'Allemagne

‏Toujours en tête de la Bundesliga, le Bayern n’a jamais tremblé, même si sa défense a plus que vacillé sous le poids des blessures. Et son milieu aussi. Heureusement que son attaque était en forme.

Modififié

Gardiens


Manuel Neuer (7) : MN n’a pas été le meilleur gardien de Bundesliga, il n’en a pas eu besoin. Malgré une défense des plus changeantes, C17 pèse quand même 21 clean sheets (2e d’Europe derrière Oblak) et seulement 16 buts encaissés (18 pour le Slovène). Il a passé son temps à être lui-même : des arrêts fous, des sorties loin, très loin, qui se finissent parfois mal, des dribbles, des relances magnifiques, des relances foirées, des trous d’air, des pénos arrêtés. Neuer est tellement fort qu’il est parfois victime de lui-même. Et même si Buffon dit qu’il n’a rien inventé, il reste au-dessus du lot.

Sven Ulreich (1) : 1 match, un but encaissé, un titre de champion. En prime, une Pokal. Pendant que Stuttgart descend, Sven engrange. Il y a pire comme choix de carrière.

Tom Starke (-) : Trop occupé sur les tournages des prochains Marvel. Clap de fin.

Défenseurs


Une saison de Bundesliga sur les réseaux sociaux

Philipp Lahm (6,5) : Le Castor Junior n’a pas livré sa meilleure saison avec le Bayern, loin de là. De nouveau simple arrière droit, il a paru parfois émoussé, moins dominant. Même en dedans, il reste une valeur très sûre. 8 Buli pour lui, et 7 Pokal. Ça va faire bizarre de ne pas le voir à l’Euro.

Rafinha (5) : Beaucoup moins utilisé en raison du retour de Lahm à droite, le lutin brésilien reste un élément important du vestiaire, apprécié par tous ses coéquipiers. Le genre de mec qui te chante du Bob Marley tranquille pour célébrer le titre, enchaînant Three Little Birds et No Woman, No Cry.

Jérôme Boateng (7 - deux mois) : Vous vous rappelez du latéral droit pataud et maladroit de Manchester City ? Impossible de croire que c’est le même. Probablement le joueur qui a le plus profité de l’apport de Guardiola. C’est qui le meilleur central du monde ? C Jérôme. Tout le monde le saurait s’il ne s’était pas pété fin janvier.

Medhi Benatia (4,5) : Trop souvent blessé, et surtout trop peu adapté au jeu prôné par Pep, notamment à cause de sa lenteur et de sa relance quelconque. L’armoire à trophées remplie, il est maintenant question de rebondir, poussé vers la sortie par l’arrivée d’Hummels. Alors, retour en Italie ou Arsenal ? Des nouvelles d’Alain Cantareil, sinon ?

Javi Martínez (-/7) : Lui aussi a passé son temps sur le flanc, jouant juste un peu plus que Benatia et moins que Boateng. Mais lorsqu’il a été sur le terrain, l’Espagnol a toujours bon, et parfois très bon. Déjà un miracle quand on sait qu’il a eu ligaments externes et croisés au genou droit, ménisque à droite.

Holger Badstuber (-) : Sept matchs pour lui, et encore un mystère de la médecine bavaroise. Guardiola avait peut-être raison de mettre des baffes au mec qui injecte du miel et du placenta de cheval dans le genou de ses joueurs.

Joshua Kimmich (6) : Il fallait bien que quelqu’un profite de toutes ces blessures. C’est donc Joshua, sa tête de puceau, son 1,76m, ses 70 kilos tout mouillé et son inexpérience totale. Ah oui, Kimmich est milieu de terrain de formation et n’avait jamais joué en Bundesliga, seulement en 3. et en 2. Évidemment, Pep s’en balance, et a fait de lui le partenaire d’Alaba en charnière pendant de longues semaines. Moyenne de la ligne Lahm-Kimmich-Alaba-Bernat : 1,74m. Prends-ça, le football allemand. Même s’il a gratté une place dans le groupe élargi de Löw, lui a encore beaucoup de chemin à parcourir. Joshua Kyo.

Serdar Taşçı (?) : Rémi Gaillard. Le mec a clairement fait carrière grâce à Matthieu Delpierre.

David Alaba (6,5) : Alaba à gauche. Alaba au milieu. Alaba en haut. Alaba en six. Alaba en huit. Alaba en dix. Cette année, Guardiola avait une nouvelle idée : Alaba en bas, dans l’axe. En vrai, dans une défense à 4, pas comme lorsqu’il faisait le troisième larron. Forcément, ça s’est vu que le mec n’aimait pas trop trop défendre, plutôt jouer à la baballe, cf LdC. Allez Carlo, tu lui dis d’arrêter de se Vallsiser et tu me le colles à gauche.

Bernat (4,5) : La saison de la non-confirmation. Heureusement que la concurrence s’appellera Gaël Clichy à l’avenir.

Milieux


Xabi Alonso (7) : Champion du monde, et toujours une classe mondiale. Ouais, il est lent, et alors ? L’homme qui touche le plus de ballons de Bundesliga, et qui le traite toujours bien. Et puis tirer les coups francs sous le mur, c’est toujours rigolo. Un bon point aussi pour avoir noyé Guardiola sous la bière.

Thiago Alcántara (5,5) : Vache, mais le mec est frustrant. Potentiellement hyper fort, il passe son temps à te brosser des passes latérales et à revenir en arrière. Le mec allume, allume et éjecte : un grille-pain. L’Angleterre, c’est comment ?

Arturo Vidal (7,5) : Plus le temps passait, plus le Bayern lui ressemblait. Dans une équipe quelque peu aseptisée, Vidal le Punk a apporté ses grosses couilles. Toujours bien d’avoir un peu de grinta dans son équipe, surtout que t’es à côté d’une danseuse comme Thiago. Et puis ça nous rappelle Van Bommel, Effenberg et Matthaus, le bon temps.

Sebastian Rode (6) : Hit the Rode, and don’t you come back no more. Mérite d’aller courir pour une équipe du haut de tableau de Buli.


Mario Götze (< /3 ) : Munich, c’est fini. Je ne sais pas si j’y retournerais un jour. Allez, reviens au BvB, ils t’ont pardonné maintenant qu’un nouveau traître a été trouvé - Coucou Mats.

Douglas Costa (8, puis 5) : Énorme en début de saison, le Brésilien portait le Bayern sur ses épaules, mettant les couloirs à feu et à sang. Vers l’hiver, il a quelque peu calé, s’entêtant parfois à faire du Robben. Junior est tout simplement toujours habitué au rythme ukrainien.

Attaquants


Kingsley Coman (6,5) : 19 ans et une queue de rat, mais deux Ligue 1, une Coupe de la Ligue, une Serie A, une Coupe d’Italie, une Bundesliga, une Coupe d’Allemagne. Voilà, voilà.

Franck Ribéry (<3 Kaiser Francky est revenu pour casser des gueules. Sur le terrain, il était presque tout le temps le meilleur Munichois, enclenchant toutes les offensives et aimantant le ballon. En dehors, il a fait des blagues et dansé avec Alaba sur Snapchat. Une fois sa candidature pour l’Euro recalé, il a recommencé à se battre avec des adversaires. Le Francky vrai.

Arjen Robben (-) : Un peu comme Ribéry, en moins fort et en moins drôle. Certaines choses ne changeront donc jamais.

Thomas Müller (7,5) : Alors 20 buts, 7 assists, des danses, des buts de n’importe quoi, des déclarations, des gestes de contorsionniste. Du Thomas Müller.

Robert Lewandowski (7,5) : Torschützenkönige pour la deuxième fois en trois saisons, et le premier à mettre 30 buts en un exercice depuis Dieter Müller. Sans tirer la majorité des penaltys. Illustré.

‏Mention spéciale à Dante, Højbjerg, Kirchhoff, Green et Pantović.



Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 4 heures 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 4 heures Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 5
il y a 6 heures Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 17 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 9 il y a 10 heures Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 16
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4
À lire ensuite
Top 10 : Papinades