1. //
  2. // 8es
  3. // Juventus-Bayern

‏Incudine turinois ou Hammer bavarois ?

‏Juve-Bayern ou la rencontre de deux équipes destinées au titre domestique et aux conceptions presque opposées, la faute notamment à une pénurie de défenseurs en Bavière. Alors, marteau ou enclume ?

Modififié
494 10
Le Trap’, sa foi et l’Opus Dei

‏Au moment du tirage au sort des huitièmes mi-décembre, on ne donnait pas cher de la peau de la Juventus. Le Bayern sortait alors d’une phase de poules tranquille à cinq victoires et 19 buts, tout en dominant allègrement la Bundesliga. Les Turinois, certes finalistes en titre, regrettaient eux les nuls face à Gladbach et surtout la défaite de la dernière journée concédée à Séville, permettant à Manchester City de prendre la tête sur le fil. D’autant plus que les Allemands ont battu les Italiens quatre fois lors de leurs six dernières rencontres, avec aucune défaite depuis 2005. De quoi être optimiste. Depuis, la donne a quelque peu changé. Si le Bayern domine toujours autant de la tête et des épaules son championnat, c’est aussi le cas de la Juve en Serie A, à la faveur d’une série de 15 victoires consécutives et d’une défense de fer (seulement 15 buts encaissés). Que ce soit en 3-5-2 ou en 4-3-3, le collectif d’Allegri est compact, solide, appliqué. Pierre angulaire de l’édifice, son axe central, l’autre BBC, est peut-être ce qu’il se fait de mieux à l’heure actuelle, à l’image d’un Bonucci en état de grâce.

‏Défense à trois contre défense à trou


Et si Chiellini ne sera probablement pas remis, ce n’est pas le cas de Khedira, qui devrait apporter des jambes volontaires face à ses compatriotes. En tout cas, Barzagli, peut-être le plus impressionnant lorsqu’il est en forme, se sent d’attaque : « Chaque équipe a ses faiblesses et c’est notre travail de les trouver. On va mettre un grand coup et être prêts pour la bataille. » Pourtant, Barzagli n’a pas à chercher bien loin la faiblesse de son adversaire, elle se situe là où il excelle : plein axe, devant son gardien. C’est bien simple, l’infirmerie de Säbener Strasse regorge de tout ce qui ressemble à un défenseur central : Jérôme Boateng, Medhi Benatia, Javi Martínez, encadrés par un Holger Badstuber résidant des lieux. Seul rescapé, Serdar Taşçı vient d’en sortir après une commotion, mais le joueur prêté par le Spartak Moscou n’est tout simplement pas - encore ? - au niveau, comme l’a prouvé sa prestation samedi face à Darmstadt. Fautif sur le but des promus, l’ancien international allemand (on pense à toi Matthieu Delpierre) a cédé sa place à la 53e minute à Juan Bernat alors que le score était encore de 1-1.

La meilleure défense, c’est l’attaque en force


Comment donc Guardiola compte-t-il s’en sortir ? Samedi, il avait choisi le jeune milieu de terrain Joshua Kimmich, 21 ans et surtout 1,76m, aux côtés de Taşçı, avant que celui-(Tas)ci ne cède sa place au couteau autrichien le plus célèbre au monde, David Alaba, deux ans et quatre centimètres de plus. Si Xabi Alonso a comparé l’Allemand à Mascherano récemment, il est possible qu’il le remplace ce mardi soir, lui qui était suspendu en Bundesliga. Après tout, Pep a réinventé son Bayern en arme verticale, surchargeant les côtés d’ailiers atomiques (Costa, Coman, Robben et Müller étaient tous titulaires) pour détruire les digues regroupées que lui propose la Bundesliga. D’où l’utilité d’avoir des centraux relanceurs, forts techniquement, rapides pour couper les contres, à même d’évoluer très haut. Qu’importe si ce n'est pas leur poste de formation, Pep ne se formalisant guère de ce genre de considérations. Sur le papier, l’idée est aussi valable face à la Juventus, dont l’identité de jeu reste similaire : il faudra appuyer très fort pour faire plier son impressionnant bloc-équipe. Mentionnons aussi la probable indisponibilité d’Alex Sandro, laissant le couloir gauche à un Évra pas forcément aussi à même de répéter les efforts face à trois joueurs, pas non plus des plus aidés par un Pogba moins protecteur que Khedira (ou Sturaro). Sauf s’ils centrent ou rentrent, les Bavarois tomberont sur le terrible axe Barzagli-Bonucci-(Chiellini ?). L’autre problème de taille pour le Bayern sera donc de gérer les attaques turinoises, puisqu’elles existeront. La taille d’un Mandžukić, sans doute de retour et forcément revanchard, devrait peser sur une défense ne dépassant guère le mètre 80, tout comme la vista dans les espaces d’un Dybala ou d’un Morata. Dans le fond, la problématique tactique de cette rencontre ressemble terriblement à celle de la dernière finale de la Ligue des champions. Reste à voir si, dans des conditions similaires, Guardiola fera aussi bien que son ancienne équipe, ou si la Juve résistera, à l’italienne.

‏Par Charles Alf Lafon
Modifié

Dans cet article

Un bon papier, tactiquement concernant le Bayern tout est dit.... et c'est quasi impossible de savoir ce que Pep a en tête... et que la clé restera l'adaptabilité aux déplacements de la juventus (je vois bien un axe Alaba/Kimmich, avec l'éventualité qu'Alonso decroche pour une défense à trois, si besoin est).

Et si Tasci est titulaire, Guardiola est devenu fou.... car même si Alaba à gauche c'est un gain énorme par rapport à Bernat, ça n'aurait pas trop de sens... si il veut vraiment Alaba à gauche alors Alonso sera DC...

Pour le reste je vois bien 4 offensifs, au lieu des 5 qu'on a plus souvent vu ses derniers matchs...

Bon vivement dans 3 heures... ça commence à me stresser....
Très bon article ! Mais selon moi, même si les défenses seront décisives, c'est au milieu que tout va se jouer, si Pep met 5 attaquants contre la Juve, mathématiquement il ne lui reste qu'un milieu de terrain sur les phases de contre ce qui parait très très risqué tant la qualité du milieu de terrain de la Juve avec la rapidité d'un Dybala, et la vista du trio Pogba-Khedira-Marchisio.
Je vois bien la Juve gagner 2-0 ou 3-1, la qualité de centre d'Evra et Lichteiner va grandement mettre en danger un axe déjà fragile.
straussken Niveau : DHR
Avec Mandzukic c'est sûr qu'il va falloir balancer dans l'axe mais je ne suis pas d'accord avec toi sur la prétendue "qualité de centre" de Lichtsteiner, à mon sens si il a un défaut c'est bien ça. Ceci dit, pas sûr qu'il monte beaucoup aujourd'hui ; je le vois plus rester solide en défense pour couvrir les montées incessantes de Cuadrado qui devrait être positionné juste devant lui, d'autant plus qu'on risque fortement de jouer en contre.

En tout cas ça fait un moment que j'attends ce match, j'en salive d'avance, en espérant voir du bon football et une victoire de la juve au bout. Je met aussi une petite pièce sur une sortie de Mandzukic qui se tient la cuisse vers la 60è.
Note : 1
Tactiquement, il faut également ajouter que la Juve a eu l'occasion de préparer ce match de C1, contre Naples et à moindre mesure contre Bologne, en alignant un 4-4-2 en ligne.

Contre Naples, meilleure attaque d'Europa league, meilleure attaque de Série A, évoluant aussi avec le meilleur buteur et le meilleur passeur du championnat , ce dispositif a complètement annihilé tous les mouvements offensifs. Résultat, pas une action dangereuse pour Naples.

En gros ce schéma "à l'ancienne" permet d'empêcher les dédoublements sur les ailes, qui constituent la base des mouvements offensifs d'équipes comme Naples, mais aussi le Bayern, tout en assurance une solidité au milieu + une grosse faculté de projection vers l'avant, avec les 2 attaquants et les 2 milieux sur les côtés.

Bref, si la Juve passe ces huitièmes, je pense qu'on le devra à Allegri, et à son intelligence tactique qui pour moi est la clé sur les 2 matchs.
declaubianco Niveau : CFA2
Honnêtement ça risque d'être compliqué pour la juve, j'espère me tromper mais si le bayern retrouve son équilibre de début de saison et que Muller décide d'accélérer, je ne vois pas comment la juve pourrait s'en sortir.
Il faudrait d'abords éviter de se prendre un but dès l'entame sur un manque de concentration, laisser les cotés (lignes de touches) libres et mettre du monde dans l'axe, faire attention au centre, et faire déjouer Muller.
Offensivement, partir à la limite du hors jeu, et jouer à fond les centres pour Mandzuquiche (blague)pardon Kic.
Barry Allen Niveau : CFA2
@Tonio42

La qualité de centre d'Evra et Lichtsteiner, sérieusement ? C'est vraiment pas là où ils brillent le plus! Surtout comparer à Alex Sandro qui lui pour le coup est un excellent centreur.
Rakamlerouge Niveau : National
Je vois bien Pep aligner Xabi Alsonso et Kimmich dans l'axe afin de ne pas se priver de l'apport offensif d'un Alaba sur le couloir gauche. Et tenter de réussir l'exploit de s'imposer sans aucun défenseur de métier dans le 11, au pays des défenseurs de métier :)

Mais bon, à malin malin et demi, je ne le sens pas trop pour le Bayern. La dynamique semble pencher pour les bianconeri. C'est dommage parce qu'avec une DC Boateng/Javi Martinez, c'était pas la même histoire...

En tout cas, vivement les compos!
La faiblesse de la Juve se dévoile lorsqu'elle fait face à des joueurs rapides et doués balle au pied: on l'a vu lors du dernier Juve-Bayern, on l'a vu contre Barcelone.

Il va falloir une très grande solidarité des latéraux et des milieux de terrain, pour suppléer les joueurs qui vont sûrement perdre des 1vs1 face aux fusées d'en face, à voir les consignes d'Allegri qui lors de la dernière finale m'a semblé contraindre Pogba à être présent dans les duels et à la récupération et donc de lui demander de jouer plus propre et donc moins libéré, a fortiori devenu moins décisif dans le jeu. La clé se jouera également dans le pressing: on a vu récemment que le Bayer leur avait posé problème en jouant intensément les premiers et seconds ballons.

Mandzukic va jouer le rôle de pivot et de point de réception des centres, d'ailleurs, aujourd'hui, je sens qu'ils vont se multiplier. Dommage, parce que notre meilleur centreur reste Alex Sandro.

Notre pivot va également épuiser les défenses par ses appels, et va sûrement en aspirer certains, ça pourrait laisser de la place à Dybala. On a un gros coup à jouer face à une défense aussi décimée que petite en taille. Et Zaza/Morata auront un gros coup à jouer dans les 20 dernières minutes.

La tâche s'avère néanmoins ardue. Et surtout, quand on sait la schizophrénie latente du Bayern guardiolesque entre les matchs à domicile et à l'extérieur (remember Porto & Shaktar), il s'agira aujourd'hui de sécuriser au minimum un très bon résultat aujourd'hui pour jouer le contre au retour. Si on n'arrive pas dans cette situation pour le match retour (à cause donc d'un nul ou une défaite), alors ce sera terminé. Faire le jeu à Munich, c'est laisser de trop grandes brêches aux 4 ailiers (!) du Bayern.
J'ai hâte, on va se régaler.
Message posté par Plop
La faiblesse de la Juve se dévoile lorsqu'elle fait face à des joueurs rapides et doués balle au pied: on l'a vu lors du dernier Juve-Bayern, on l'a vu contre Barcelone.

Il va falloir une très grande solidarité des latéraux et des milieux de terrain, pour suppléer les joueurs qui vont sûrement perdre des 1vs1 face aux fusées d'en face, à voir les consignes d'Allegri qui lors de la dernière finale m'a semblé contraindre Pogba à être présent dans les duels et à la récupération et donc de lui demander de jouer plus propre et donc moins libéré, a fortiori devenu moins décisif dans le jeu. La clé se jouera également dans le pressing: on a vu récemment que le Bayer leur avait posé problème en jouant intensément les premiers et seconds ballons.

Mandzukic va jouer le rôle de pivot et de point de réception des centres, d'ailleurs, aujourd'hui, je sens qu'ils vont se multiplier. Dommage, parce que notre meilleur centreur reste Alex Sandro.

Notre pivot va également épuiser les défenses par ses appels, et va sûrement en aspirer certains, ça pourrait laisser de la place à Dybala. On a un gros coup à jouer face à une défense aussi décimée que petite en taille. Et Zaza/Morata auront un gros coup à jouer dans les 20 dernières minutes.

La tâche s'avère néanmoins ardue. Et surtout, quand on sait la schizophrénie latente du Bayern guardiolesque entre les matchs à domicile et à l'extérieur (remember Porto & Shaktar), il s'agira aujourd'hui de sécuriser au minimum un très bon résultat aujourd'hui pour jouer le contre au retour. Si on n'arrive pas dans cette situation pour le match retour (à cause donc d'un nul ou une défaite), alors ce sera terminé. Faire le jeu à Munich, c'est laisser de trop grandes brêches aux 4 ailiers (!) du Bayern.
J'ai hâte, on va se régaler.


Je trouve ton avatar classe, je sais pas trop pourquoi!
Georgesleserpent 2.0 Niveau : National
Message posté par EternaJuve
Tactiquement, il faut également ajouter que la Juve a eu l'occasion de préparer ce match de C1, contre Naples et à moindre mesure contre Bologne, en alignant un 4-4-2 en ligne.

Contre Naples, meilleure attaque d'Europa league, meilleure attaque de Série A, évoluant aussi avec le meilleur buteur et le meilleur passeur du championnat , ce dispositif a complètement annihilé tous les mouvements offensifs. Résultat, pas une action dangereuse pour Naples.

En gros ce schéma "à l'ancienne" permet d'empêcher les dédoublements sur les ailes, qui constituent la base des mouvements offensifs d'équipes comme Naples, mais aussi le Bayern, tout en assurance une solidité au milieu + une grosse faculté de projection vers l'avant, avec les 2 attaquants et les 2 milieux sur les côtés.

Bref, si la Juve passe ces huitièmes, je pense qu'on le devra à Allegri, et à son intelligence tactique qui pour moi est la clé sur les 2 matchs.


Merci pour le résumé tactique très claire, j'ai pas pu regarder les matchs de la Juve dans ce système pour me faire une idée.

Ca semble assez efficace, mais est ce que ce sera utile ce soir ?
Dites moi si je me plante, mais il me semble qu'en l'absence de Ribery, le Bayern joue de façon plus axiale (d'après ce que j'ai vu, ils pourraient jouer en 4-3-1-2 ce soir), et ce système, s'il ne met pas non plus la Juve à poil dans l'axe, me semble surtout étudié pour annihiler les cotés.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Vidal Local
494 10